Sea Life condamne la captivité des dauphins !


2010

Au Sea Life à Blankenberge  le prospectus publicitaire annonce d’emblée la couleur :

« Sea Life pense que les cétacés, les dauphins, et certaines espèces de requins n’ont pas leur place en captivité. Nous ne voulons présenter que des animaux qui se sentent bien dans nos aquariums »

Bravo ! Et rien d’étonnant de la part d’une entreprise de loisir animalier plutôt sympa qui se charge aussi de sauver les phoques échoués le long de nos plages et qui se trouve… à quelques kilomètres à peine du Delphinarium de Bruges, désormais « rénové » !

En plus, Sea Life va bien !
Des centaines de visiteurs adultes et d’enfants réjouis défilent chaque jour dans ses allées, qui déambulent devant des aquariums propres, vastes et soignés puis découvrent au détour d’un sentier de dune de joyeuses petites loutres asiatiques et des manchots batifolant sur du gazon ou nageant dans de l’eau de mer naturelle.

Cerise sur le gâteau : les deux otaries californiennes qui partagent l’enclos de nos phoques belges ne seraient dressées qu’à l’apprentissage des soins médicaux (lever la nageoire pour la prise de sang, ouvrir la bouche pour se faire soigner les dents, etc. ) et ne sont donc pas contraintes de se livrer à des shows stupides.

Ceci prouve à tout le moins qu’on peut gagner de l’argent et créer de l’emploi avec des animaux captifs, tout en se gardant de les faire souffrir et en respectant l’éthique.

Mais il est vrai aussi que Sea Life est une entreprise d’origine britannique et que, comme chacun sait, le Royaume Uni a fermé tous ses delphinariums depuis plus d’une décennie….

Ceci dit, les choses ne sont peut-être pas aussi simples qu’elles semblent l’être.
Un sympathique correspondant nous rappelle que Sea Life dépend d’un holding intitulé « Merlin Entertainments ».

Ce groupe financier possède, entre autres parcs d’attractions hautement lucratifs, le fameux delphinarium Gardaland en Italie, lequel invite les enfants des écoles à ses shows dès la maternelle !
(Ce parc est désormais fermé. Ses dauphins ont été déports à Gènes en 2014)

Le petit Sea Life à Blankenberge ne s’opposerait-il dès lors publiquement à la captivité des dauphins que dans le contexte belge et à seule fin de concurrencer le Delphinarium de Bruges tout proche ?

Rien d’impossible à cela.
En ce secteur commercial très particulier des loisirs familiaux, les lois du marché peuvent être impitoyables.

Dauphins à Gardaland. Ils s’amusent moins que les humains

Lire aussi

Sea Life contre SeaWorld (2012)

Question parlementaire

Dauphins torturés en Italie 

SeaLife et Gardaland

Retour Bruges

Retour esclaves