Taiji 11 septembre 2015 : premier massacre

risso-2015-regroupement

La première chasse au rabattage de la saison a eu lieu le 11 septembre 2015.
La presse japonaise communique à ce propos :  « À 05h00, 12 navires de pêche ont quitté Taiji. A 18 km au large, ils ont trouvé un troupeau d’environ 20 têtes de dauphins de Risso. 12 d’entre eux ont été rabattus et mis à mort ».

Le récit de Ric O’Barry est plus complet :

Après 11 jours de « bonheur bleu » depuis le début de la saison de la chasse à Taiji, une tribu d’environ 12 dauphins de Risso a été amenée dans la Baie meurtrière pour y être abattue.
Richard O’Barry et ses Cove Monitors ont observé 7 bateaux en formation poussant un pod vers 8h20 du matin, heure japonaise. Trois heures plus tard, ils avaient atteint l’embouchure de la crique et là, les dauphins de Risso épuisés et paniqués ont été séparés pour toujours de l’océan.
En désespoir de cause, le groupe a tenté de fuir vers la plage, en nageant sous les filets pour s’échapper. Alors que Ric et son équipe se tenait sur le rivage, une femelle dauphin s’est échouée juste en face d’eux, à quelques mètres de l’endroit où se tenait Ric. « Elle était si près », a déclaré celui-ci, « en train de se cogner la tête contre les rochers et s’agitant en tous sens ». Mais il était déjà trop tard pour cette malheureuse, frappée par la « myopathie de la capture » que provoquent la longue fuite, la peur et le choc d’être enfermé. Les efforts déployés par les pêcheurs pour la remettre dans de l’eau plus profonde se sont révélés vains. Elle est morte peu après.

femalerisso3

Photo: DolphinProject.com

« La violence vient de la chasse elle-même », a expliqué Ric, « certains dauphins meurent avant même d’atteindre la crique. La méthode est si stressante que certaines femelles enceintes avortent en pleine mer. Les plus jeunes ne parviennent pas à suivre le rythme effréné de la fuite et se retrouvent seuls, perdus en mer où ils finissent par mourir« .
Bien qu’aucune étude n’ait été menée sur les effets sur les cétacés qui survivent au processus de capture à Taiji, il existe des recherches sur les dauphins capturés en tant que prises accidentelles par les pêcheries commerciales dans les filets des thoniers. Des études menées par le Service National des Pêches Maritimes ou NMFS, ont identifié plusieurs facteurs de stress potentiels – la terreur, la chasse, la capture, le confinement – associés au syndrome de la « myopathie de la capture ». La terreur que ces dauphins endurent est évidente. Le dauphin femelle n’a jamais atteint la crique pour y être abattue avec le reste de sa famille, elle est morte du processus inhumain de la chasse au rabattage.

« Elle était si proche que nous aurions pu sauter dans l’eau et la sauver », a déclaré Ric. Mais c’aurait été une décision aux conséquences incommensurables. Si nous l’avions aidé, nous aurions été immédiatement arrêté pour complot en vue de perturber le commerce. Notre vidéo, ordinateurs, caméras – tout aurait été confisqué ».
La récente arrestation de Ric O’Barry prouve que les tensions augmentent à l’extrême à Taiji. Même les médias japonais semblent être en veille constante et ont joué un rôle direct dans l’incarcération de Ric. « Leur histoire est déjà écrite », conclut Ric. Elle est celle que le mairie de Taiji veut leur voir écrire »…


Une première petite famille paisible et innocente de dauphins de Risso a donc été massacrée hier matin à Taiji.
  Certains, comme cette femelle, sont morts de pure terreur.  Les autres ont été rapidement expédiés par la méthode habituelle : une tige de fer dans la nuque.  Leurs corps sont déjà à la boucherie, pour finir en engrais ou en croquettes pour chiens.

Bien sûr, ces meurtres sont un leurre. Un rideau de fumée pseudo-traditionnaliste destiné à masquer le vrai moteur de cette barbarie : l’Industrie de de la captivité. Au-delà de la chasse alimentaire qui ne trouve plus de clients, le véritable enjeu des pêches à Taiji est de capturer des dauphins vivants.
A cet  égard, les dauphins de Risso sont de mauvais candidats. Il s’agit de cétacés teutophages (mangeurs de calmars) sans doute difficile à entretenir du fait de leur régime alimentaire et de leur mode de vie naturel. Le dauphin de Risso sonde en effet à des profondeurs importantes, 500 m ou plus, afin de capturer des proies près du fond dans les zones de talus. On en trouve donc peu dans les delphinariums et leur valeur marchande est faible.
Les Japonais les massacrent pour la plupart mais ils en gardent parfois quelques uns pour les delphinariums nippons.
En 2014, 333 dauphins de Risso ont été pris à Taiji. 259 ont été tués, 67 repoussés en mer après le massacre et 7 seulement ont été gardés captifs. Soit un total de 266 prises, au-delà du quota autorisés de 261 victimes. 

kujukushima-enfant2

Dauphin de Risso captif au Japon

Le dauphin de Risso est un être fascinant mais relativement peu connu, car peu étudié. Sa culture de plongeur de grands fonds diffère de celle des Grands Dauphins, ce qui n’empêche pas que ces deux peuples vivent en bonne harmonie ni, semble-t-il, qu’ils se reproduisent entre eux à l’occasion.
La vie de la petite famille massacrée le 11 septembre était sans doute des plus coutumières, semblable à celle d’autres tribus grampus :
« L’effectif moyen d’un groupe est de 8-12 individus, avec des valeurs comprises entre 1 et 35 individus. On s’aperçoit que les petits groupes (0 à 6 individus) sont fréquents et que les groupes d’effectif supérieur à 20 individus sont rares.
Les groupes peuvent être très dispersés le matin et le soir, lorsque les dauphins se nourrissent, ou au contraire regroupés en phase de socialisation et de voyage, voire serrés en phase de repos. Les grands adultes, reconnaissables à leur pigmentation grise claire ou blanche composent la moitié environ des groupes d’effectif supérieur à 10 individus.

Le déplacement des dauphins de Risso se caractérise par des vitesses faibles, inférieures à 4 nœuds en moyenne, bien que l’on puisse parfois observer despointes de vitesse. L’activité de surface comprend assez rarement des sauts, notamment des sauts francs (dauphin entièrement hors de l’eau) ; les demi-sauts ventraux ou latéraux sont les plus fréquents.

Durant les activités d’alimentation, on note des sondes dont la durée varie entre 1 et 7 minutes. Le déplacement peut alors être lent et parallèle à la côte, les dauphins étant disposés en ligne perpendiculaire à la côte (traque), ou de direction erratique, les animaux étant alors en sous-groupe de 2 à 4 individus. Durant l’activité de voyage, sur le talus, la direction du déplacement est presque toujours parallèle à la côte, et les dauphins sont en sous-groupes dans le sens du mouvement.
Le comportement de socialisation est souvent associé à une absence de déplacement : le groupe stationnaire se manifeste par une activité de surface irrégulière. Au contraire en phase de repos, le groupe stationnaire est inactif et souvent en partie émergé : il peut alors sembler complètement assoupi. Le dauphin de Risso n’est pas migrateur à proprement parler : des troupes de dauphins se déplacent dans tout le bassin, le long du talus continental, mais aussi en plein large. Ces tribus sont à la recherche de leurs proies, pouvant rester plusieurs semaines sur un même site, et pratiquant une exploitation nomade de la ressource ».
(Cétacés.org)

Le dauphin de Risso est protégé par plusieurs traités internationaux :
Agreement on the Conservation of Small Cetaceans of the Baltic, North East Atlantic, Irish and North Seas (ASCOBANS),
Agreement on the Conservation of Cetaceans in the Black Sea, Mediterranean Sea and Contiguous Atlantic Area (ACCOBAMS),[
Memorandum of Understanding for the Conservation of Cetaceans and Their Habitats in the Pacific Islands Region
Memorandum of Understanding Concerning the Conservation of the Manatee and Small Cetaceans of Western Africa and Macaronesia (Western African Aquatic Mammals MoU).
Aux USA, les dauphins de Risso sont également protégés par la Marine Mammal Protection Act de 1992.

Le seul pays au monde qui chasse massivement cette espèce est le Japon.

 


First Blood Spilled in Taiji Cove

risso-2015_meurtre