Taiji : c’était un petit clan de dauphins de Risso

taiji-risso-famille

La petite famille se rassemble, terrifiée. Dans une heure, ils seront tous morts.


Taiji, 23 septembre 2015

C’était un petit clan de dauphins de Risso : maman, grand-mère, des tantes, un seul bébé et des adolescents.
Ils chassaient les rares proies que la mer polluée leur laisse, poursuivant les calmars jusqu’aux ténèbres des grands fonds. Ils nageaient vite, avant que l’aube se lève.
Tout à coup, un son atroce a traversé les eaux, des vibrations métalliques leur ont vrillé les tympans. Des bateaux approchaient en frappant sur des tubes de métal.

Le clan a fui aussi vite qu’il a pu. Mais d’autres bateaux l’ont pris sur le flanc, un autre encore lui a coupé la route.
Les 11 dauphins ont été poussés dans la baie de Taiji. Le piège s’est refermé sur eux. En moins d’une heure, les pêcheurs ont tué tout le monde. Ils se sont emparés de chaque membre du pod et lui ont enfoncé une pointe de fer dans la moelle épinière, avant de boucher le trou sanglant avec un bouchon de bois.

Dans cette famille, il y avait un timide.
On se moquait souvent de lui, parce qu’il avait peur de tout. Ce matin, il disait encore, dans le dialecte de sa tribu :
– » On ne nage pas un peu trop près des côtes, là ? »
– « Pourquoi ? » avait fait la voix de sa sœur, au loin.
– « Ben… Grand-Mère dit toujours que sur les terres, là-bas, il y a des Hommes qui nous font du mal… ».

 

Les jeunes riaient. Certains d’entre eux n’avaient même jamais vu un humain en vrai, ou alors de très loin.
Les adultes, eux, ne disaient rien. Ils savaient bien que le jeune avait raison. Ils savaient bien que c’était dangereux.
Mais que faire d’autre ? Un seul vaste courant marin, riche en céphalopodes et poissons de toutes sortes, longe les rives de Taiji en cette période de l’année.
Ailleurs, au large, la mer est vide. Il faudrait être un cachalot pour plonger assez bas jusqu’à la nourriture !

Le petit clan avait donc poursuivi sa route. Trop près, beaucoup trop près des côtes. Quand les filets ont coupé sa famille de l’océan, le grand timide a foncé droit devant lui. Il a franchi la ligne des bouchons flottants. Son cœur battait si fort ! Il avait TELLEMENT peur ! Ils voyaient les autres mourir, il entendait leurs cris.
Alors, il a choisi de mourir, lui aussi. Il a laissé l’eau entrer dans son évent. Il s’est noyé.

Indifférents, des hommes ont noué une corde à sa caudale. Ils l’ont traîné jusqu’à la boucherie puis ils ont jeté son corps auprès de celui de sa sœur, dans une flaque de sang.

Les dauphins sont des gens.
#Stop Taiji

 


taiji-23-septembre

Tant de navires pour un si petit clan !

 

risso-taiji-police

Les gardes-côtes surveillent la chasse

 

risso-taiji-adult-juvenil

Où aller pour sauver l’enfant ? Partout la mer est bloquée.

 

risso-taiji-fuite

Un dauphin s’est échappé. Il franchi les filets.

 

taiji-risso-mort-d-peur

La peur l’a foudroyé. Il a respiré de l’eau. Il s’est noyé. Les tueurs l’emmène à la boucherie.

La vie sociale du dauphin de Risso