Taiji planning to sell dolphins to China


de Taiji à pékin

Le parcours des dauphins
martyrisés

Delphinarium en Chine : ici, on a le sens du spectacle !

Taiji
Town in Japan is again planning to sell dolphins
from
the brutal “drive hunt” to China

Un message de

Sakae Hemmi,

Elsa Nature Conservancy,
Japan

P.O.Box 2, Tsukuba-Gakuen
Post Office, 305-8691 Japan

Avril
2006

Ce qui suit est une
mise à jour au sujet des dauphins de Taiji qui doivent être exportés d’ici peu
vers la Chine :

1) En date du 30 mars 2006,
le Ministère Japonais de l’Economie, du Commerce et l’Industrie a donné
officiellement son accord pour l’exportation de dauphins capturés lors des pêches sanglantes à Taiji.

2) L’un des dauphins
concernés est déjà mort avant l’envoi, mais Taiji envisage d’en exporter sept
autres.

3) Ces sept dauphins, qui
sont toujours détenus dans un enclos marin du port de Taiji, seront expédiés à
Dalian, en Chine, vers la fin du mois d’avril.

4) Nous avons appris que
les fausses orques capturées et destinées à l’exportation dont on restait sans
nouvelles sont déjà mortes, elles aussi. L’une est décédée le 16 février
dernier,
l’autre le 26.

5) Le « Comité pour
construire une ville des baleines et des parcs naturels » a rapporté les
informations suivantes en janvier de cette année :

– Des fonctionnaires venus
de Taiji ont visité deux delphinariums à Dalian et un à

Pékin.
Taiji a décidé
d’établir des liens amicaux avec ces établissements afin de favoriser « la
recherche scientifique » en leur envoyant des dauphins saisis lors des
massacres saisonniers au Japon.

– M. Kazutaka Sangen, le
maire de la ville de Taiji, a révélé en outre qu’il envisageait désormais de
capturer des orques pour les envoyer à Dalian (Talien) et

Pékin.

Le maire de Taiji espère
lancer ainsi les bases d’une belle et noble coopération entre la Chine et le
Japon pour démultiplier le nombre des orques captives.

(Au-delà des recherches
prétendument scientifiques,notons qu’il s’agit ici d’une stratégie bien connue, dite du «panda» qui vise à
resserrer les liens entre ces deux nations asiatiques. Le gouvernement
totalitaire de Pékin en est le grand champion, qui envoie régulièrement ses
animaux les plus rares dans des zoos étrangers, pour des raisons purement
diplomatiques. Usage ancien, qui valut à
Baudouin,
Roi des Belges, de recevoir
en son temps un chimpanzé vivant de la part du Maréchal Mobutu. Cette fois,
c’est le Japon qui s’y met./NTD)

 – Le
Delphinarium de Pékin
a déjà commandé dix dauphins.
Aucune information précise ne nous permet de savoir à
quel moment précis ces dauphins seront livrés par le Japon, mais cela se
passera en 2006.

 

Merci de continuer à
envoyer des fax et des E-mails pour s’opposer à ces échanges criminels.
Un
grand nombre de lettres seront nécessaires pour arrêter l’envoi des dauphins,
et plus encore en ce qui concerne la capture d’orques au large des plages
sanglantes de Taiji.

Mr.
Kazutaka Sangen, Town Mayor of Taiji


E-mail:taiji@town.taiji.wakayama.jp


Fax:?+81-735-59-2884

Mr.
Toshihiro Nikai, Minister of Economy, Trade, and Industry


E-mail:webmaster@meti.go.jp

Fax:
+81-3-3501-6942

Mr.
Teruyuki Komiya & Mr. Ken-ichi Kitamura,


Japanese Association of Zoos and Aquariums

E-mail:
exdjaza@sirius.ocn.ne.jp

Fax:
+81-3-3837-1231

 

Mr.
Yoshiki Kimura, Governor of Wakayama Prefecture

Email:
e0001003@pref.wakayama.lg.jp

Mr. Fax: +81-73-423-9500

Please
visit www.savetaijidolphins.org

 for detailed information on this
issue.

Sakae Hemmi,

Elsa Nature Conservancy,
Japan

P.O.Box 2, Tsukuba-Gakuen
Post Office, 305-8691 Japan

Lire aussi :

http://www.onevoice-ear.org/campagnes/cetaces/note_interne.html

Insistons sur le fait que ces pratiques, encore choquantes aujourd’hui, seront
monnaie courante d’ici peu quand la logique économique chinoise sera la norme
sur la planète entière.

Les petits crétins qui se réjouissent sur certains forums de voir s’ouvrir à

Port Saint Père près de Nantes un nouveau
fleuron de l’Industrie esclavagiste, devraient
savoir que d’ici peu, les captures reprendront massivement partout dans le
monde, et même en France.
Marsouins, dauphins communs, Tursiops,  Grampus,
tous y passeront et sauteront bientôt dans des cerceaux au coup de sifflet de
leur dresseur pour faire tinter les tiroirs-caisses.

Quand il s’agit de faire du pognon vite et fort, les Humains ont le chic pour
mettre leur éthique en poche et un mouchoir par-dessus.
Aujourd’hui, vu la demande, l’élevage de dauphins captifs est trop lent, trop
coûteux et peu rentable.
C’est tellement plus simple d’aller chercher ces «animaux» en mer et de les
arracher à leurs tribus d’origine pour amuser quelques heures des
familles humaines ventripotentes gorgées de barbe-à-papa, de sodas et de
hamburgers. C’est un telle chance pour les agences de voyage que de pouvoir
orienter leurs clients vers telle île des Caraïbes ou de Polynésie où ils
pourront enfin nager avec de vrais dauphins en cage !

Tous sont complices des massacres de Taiji.
Aucun d’entre eux ne les dénonce.


dauphins de Taiji à Taiwan


retour en chine

Retour au Japon