Turbo et Ariel retournent chez eux !

Photo Copyright Helene O'Barry/Dolphin Project.

Ric O’Barry coupe le filet qui sépare les dauphins de la liberté !

2001

Ariel et Turbo : deux dauphins réhabilités au Guatémala

A l’heure où chacun se lamente – ou se réjouit – de l’échec de l’orque Keiko à retrouver la liberté, à l’heure où l’on s’interroge doctement dans les milieux scientifiques sur le point de savoir si oui ou non la « vieille » Iris survivrait à sa libération, il est bon de se souvenir que la réhabilitation de cétacés ayant vécu en mer ne présente, en principe, aucun problème particulier et se conclut toujours par une remise en liberté parfaitement réussie, dès lors que des tribus de dauphins se trouvent à proximité pour accueillir les anciens détenus.
L’histoire toute récente de Ariel et Turbo vaut donc d’être racontée en détails, car elle réjouit le coeur et donne beaucoup d’espoir….


 

Ariel, la delphine enceinte et son compagnon Turbo
s’envolent vers la liberté !

Photo Copyright Helene O'Barry/Dolphin Project.  Ric O'Barry reconduisant les deux dauphins vers la liberté !

Ric O’Barry guide les dauphins vers la liberté !

Tireur d’élite pour dauphins libres
Ariel et Turbo se sont envolés vers la liberté un beau matin du 12 juillet 2001, quittant à jamais la prison où on les avait enfermés dans les collines d’Antigua, pour rejoindre un lagon de réhabilitation au bord de l’océan.

Une équipe d’experts de la World Society for the Protection of Animals (WSPA), des vétérinaires et des spécialistes de la réhabilitation de dauphins, parmi lesquels Ric O’Barry, s’était réunie avant l’aube pour le grand départ.

Ariel et Turbo furent alors emmenés dans une civière adaptée à leurs besoins, leur peau a été recouverte d’un mélange de zinc et de lanoline pour en prévenir la dessiccation, puis ils furent placés dans des caissons de transport constamment humidifiés et rafraîchis par de la glace.
En raison des menaces de la mort lancées contre les sauveteurs du WSPA, la police, les militaires et même un tireur d’élite caché sur l’un des camions durent escorter le convoi jusqu’à l’aéroport de Guatemala, non sans mal ni sans tension, puisque cette ville est sujette à de terribles embouteillages.

Les deux dauphins transportés en avion. Photo WSPA

Les deux dauphins transportés en avion.

L’avion miliaire qui transportait les deux dauphins fit un vol d’une heure et demi avant d’atteindre Puerto Barrios sur la côte guatémaltèque des Caraïbes.
Une fois sur place, les animaux furent transférés dans un hélicoptère et accomplirent ainsi la dernière partie de leur voyage. L’utilisation de cet hélicoptère permit en fait à l’équipe de débarquer les dauphins à quelques mètres de leur lagon de repos, en se posant sur un banc de sable à marée basse.

Dans les minutes qui suivirent le premier plongeon de la delphine Ariel dans son enclos provisoire, un groupe de dauphins libres s’approcha du filet. Ils accueillirent l’ancienne captive avec de grands bonds joyeux et des sifflements, apparemment très excités.

Ariel répondit avec bonne humeur, comme si elle se retrouvait chez elle. Turbo la rejoignit au bout de quelques minutes et tous deux commencèrent alors à explorer leur « sea-pen » provisoire.

Deux dauphins de cirque pourrissant dans une ferme
En les voyant ainsi vocaliser gaiement et chasser le poisson vivant dans leur enclos, on avait peine à croire que quelques semaines auparavant, ces deux dauphins étaient au bord de la mort.

C’est en effet grâce à l’intervention rapide et déterminée de la WSPA, du Conseil National du Gouvernement Guatémaltèque pour les Zones protégées (CONAP) et du groupe local de protection animale Madre Salva que les dauphins ont pu bénéficier d’une deuxième chance.
Selon Ric O’Barry, l’ancien entraîneur de Flipper aujourd’hui spécialiste de la réhabilitation et membre à ce titre de l’équipe aéroportée du WSPA :

« Les progrès que ces dauphins ont réalisés sont incroyables. Quand le WSPA s’est précipité au Guatemala pour essayer de sauver Ariel et Turbo, nous n’avions qu’un faible espoir de les garder en vie !  L’eau dans laquelle ils croupissaient était putride et sentait mauvais, semées de leurs propre excréments. Les dauphins refusaient de manger depuis plusieurs jours, ils souffraient d’une infection rénale et leurs corps étaient couverts de blessures, particulièrement autour de la bouche.

L’un des deux dauphins portait un large hématome sur la tête, sans doute après avoir été frappé par son entraîneur. Cette piscine allait être leur tombeau.

Aujourd’hui que ces deux dauphins ont reçu les soins appropriés et qu’ils ne doivent plus se soumettre aux ordres des humains en exécutant des shows stupides, ils reprennent vie de façon remarquable « 

Rappelons que Ariel et Turbo faisaient partie d’un spectacle itinérant, connu sous le nom de Mundo Marino.
Basé au Venezuela, ce scandaleux  » cirque à dauphins » se déplaçait dans toute l’Amérique latine, toujours avec la même installation : il arrivait dans une ville donnée, engageait des ouvriers sur place pour creuser rapidement une fosse dans le sol avec une pelleteuse. Ensuite, on recouvrait le fond de cette fosse avec une feuille plastique et on la remplissait d’eau du robinet, agrémentée d’une peu de chlore et de sel de table !
Les dauphins étaient balancés chaque jour sans cérémonie dans ce trou de fortune, où ils étaient forcés d’exécuter leurs shows.  A la fin du spectacle, dauphins malades et matériel repartaient en camion, en route pour la prochaine ville.

Les propriétaires de Mundo Marino avaient également établi une « ferme à dauphins » près de la ville d’Antigua (Guatemala) dont le but était de permettre aux animaux de se reproduire et d’y être dressés. C’est en ce lieu que l’on retrouva Turbo et Ariel, alors que cette dernière était déjà manifestement enceinte.

Avertis des poursuites qui pourraient les menacer pour cruauté envers les animaux, le personnel du cirque « Mundo Marino » disparut durant la nuit en emportant l’essentiel du matériel et des engins destinés à la filtration de l’eau. Pour les entraîneurs interpellés, de toutes façons, les dauphins allaient mourir à coup sûr si l’on tentait de les réhabiliter.

Pourtant, et en dépit du fait que la libération des dauphins est une pratique nouvelle au Guatemala, les officiels de la CONAP  mirent tout en oeuvre pour faciliter le bon retour en mer de Turbo et Ariel. Ils leur offrirent à cet fin un voyage en hélicoptère, mais aussi et surtout un site bien adapté pour ce type d’opération.

« Ces dauphins ont considérablement souffert par la faute des êtres humains «  a déclaré le Dr. Juan Carlos Murillo, vétérinaire à la WSPA. « Mais maintenant, ils sont à deux doigts de rejoindre l’océan, qui est leur vraie demeure « .

Enfin libres !
C’est en effet un beau matin du mois d’août que la bonne nouvelle tant attendue tomba enfin dans les boîtes e-mail des activistes du monde entier, signée par Hélène et Ric O’Barry :

« Chers amis,
Nous tenons à vous remercier tous pour vos lettres de protestations envoyés aux autorités guatémaltèques pour sauver nos deux dauphins Ariel et turbo, abandonnés dans une ferme à dauphins par le cirque itinérant Mundo Marino. Le juge en charge de l’affaire a reçu plus 3000 lettres en faveur de nos amis et sur cette base, il a finalement accordé au WSPA la permission de libérer définitivement les deux dauphins et de les rendre à leur habitat d’origine. Jamais semblable action n’aurait pu être réussir sans votre aide et c’est aujourd’hui chose faite : ce 31 août 2001, Turbo et Ariel ont retrouvé la liberté !! « 

Bientôt libres !  Photo WSPA

Bientôt libres !


Conclusion : Ariel et Turbo furent rapidement adoptés par une tribu de dauphins libres qui vivaient aux abords de leur lagon de réhabilitation. En 2003, ils furent encore aperçus dans la région parmi d’autres dauphins sauvages.  Opération réussie !

Pour en savoir plus :

La libération d’Ariel et Turbo racontée par Lincoln O’Barry (2015)

ariel-et-Turbo

Turbo et Ariel dans leur trou crasseux du Mundo Marino. Ric O’Barry va les sauver !

Dernières nouvelles d’Ariel et de Turbo (septembre 2001)

Liste de toutes les réhabilitations réussies