Un sanctuaire marin n’est pas une cage de mer

  

Un sanctuaire marin n’est pas une cage de mer

SeaWorld ne désigne les sanctuaires marins que sous le vocable insultant de « cages de mer », réputées dangereuses pour les malheureux cétacés qu’on y enfermera.
Le Marineland d’Antibes et avec lui, tous les delphinariums de France, dénoncent quant à eux l’arrêté scélérat qui les obligent à mettre leurs dauphins sous contraception  (ce qui ne les prive en rien du plaisir sexuel, comme peuvent l’attester de nombreux humains) et balaient d’un geste méprisant toute idée d’un sanctuaire de ce genre.
Bref, l’Industrie panique, comme paniquait il y a deux siècles l’industrie de l’esclavage face au mouvement abolitionniste.


Dans un récent article du quotidien Vancouver Sun, Martin Haulena, le vétérinaire en chef de l’Aquarium de Vancouver et l’ancien dresseur de SeaWorld, Mark Simmons, déclarent qu’un bassin en béton dans un aquarium est un environnement plus sûr et bien meilleur pour les cétacés qu’un sanctuaire en bord de mer.

Cette remarque tombe mal à propos quand on sait que l’Aquarium de Vancouver vient de perdre deux jeunes bélugas coup sur coup, sans que le Dr Haulena ni ses collègues ne puissent nous expliquer pourquoi.

 

Le Dr Haulena

Dans ses commentaires, le Dr. Haulena fait systématiquement référence aux sanctuaires marins en termes «d’enclos marins » (« sea pen »).
Mais comme il le sait fort bien, le Whale Sanctuary Project n’envisage nullement de construire des enclos marins, qui sont de petites enceintes totalement inadaptées à un séjour de longue durée. Un sanctuaire de bord de mer, est au contraire un habitat vaste et profond, créé en fermant d’un filet toute une crique ou une baie, selon des méthodes d’ingénierie bien établies.
Il ne ressemble en aucun cas à un enclos marin.

Voici que signifie le mot « enclos marins ». Il s’agit ici de ceux de la US Navy

En ce qui concerne les autres déclarations des représentants de l’Aquarium de Vancouver :

Dr. Haulena: « Vous n’avez aucun contrôle environnemental. Vous ne pouvez pas contrôler les proliférations d’algues nuisibles. « 

FAUX. La variation des facteurs environnementaux, y compris les changements de la température de l’eau, les déversements d’hydrocarbures et les proliférations d’algues, sont des facteurs qui sont pleinement pris en compte par notre équipe d’experts composée de vétérinaires, de scientifiques spécialisés en mammifères marins, de biologistes marins et de professionnels du bien-être animal, tandis que nous étudions les nombreux sites possibles pour un sanctuaire de bord de mer.


Dr Haulena: « Les filets cernant le sanctuaire sont en eux-mêmes une menace pour les espèces sauvages et les écosystèmes ».

FAUX : le type de filets utilisés s’inspirent de ceux déjà utilisés par la US Navy et par de nombreux parcs marins (avec tout petits lagons fermés pour les touristes). Ils ne posent aucun problème de ce type.


Dr. Haulena: Le contact humain et la socialisation sont réduites dans cet environnement…  Dans le même temps, il devient impossible de soigner un animal malade ou blessé (qui se tient au beau milieu de la baie. Notons que l’argument est également utilisé par le delphinarium de Bruges pour contester la construction d’un petit lagon extérieur).

Faux : Notre personnel soignant nourrit des relations étroites avec chaque cétacé résident et il interagira régulièrement avec tous. Nous effectuerons les mêmes procédures de soins vétérinaires (tels que prise de sang, vérification de la dentition, dosage des hormones, etc.) qui se font aujourd’hui à l’aquarium de Vancouver et dans bien d’autres delphinariums dans le monde. Nous maintiendrons une communication constante entre chaque résident et chaque soigneur par le biais d’apprentissages, et nous aurons des données quotidiennes sur l’état de santé de chaque résident tous les jours de l’année.

La socialisation des cétacés entre eux ne sera pas limitée, bien au contraire. Les résidents auront la possibilité de voir et d’entendre d’autres résidents au travers de filets et quand cela devient possible et que des liens se nouent, de nager tous ensemble. (Rappelons que le sanctuaire dit accueillir des orques puis des dauphins de toutes provenances, dont beaucoup ont appris la violence en bassin. Ce sera un long travail de pacification qu’il faudra mener pour que des « pods » se recréent peu à peu)
Les cétacés interagiront également avec les poissons et d’autres espèces marines occupant leur espace océanique.

 

Forêt de kelp en Colombie Britannique


Mark Simmons, l’ancien dresseur de SeaWorld, affirme de son côté que les baies closes pour les dauphins, les bélugas ou orques priveraient ces résidents de toute stimulation.

FAUX : Encore une fois, c’est le contraire qui est vrai. Les cétacés de l’aquarium de Vancouver et ceux des autres delphinariums vivent actuellement dans des bassins en béton de faible profondeur avec très peu de stimulations sociales et aucun contact avec l’environnement naturel pour lequel l’évolution les a  façonnés. Dans un sanctuaire en bord de mer authentique, les cétacés auront bien plus de place pour nager et, surtout, pour plonger jusqu’à des profondeurs impossibles dans un bassin en béton, alors que ces plongées sont indispensables à leur bien-être basique. Ils connaîtront enfin les rythmes naturels d’un environnement océanique riche et dynamique.


Dr. Haulena: « Ces sanctuaires vont devenir des SeaWorld sous un autre nom. »

FAUX : Dans un delphinarium, le bien-être des animaux n’est jamais la priorité. Ces établissements commerciaux doivent d’abord se préoccuper de la satisfaction des leurs visiteurs et de la vente des billets. Dans un sanctuaire, le bien-être des cétacés est la priorité absolue. Toute l’entreprise se concentre sur ce but.

Le but même d’un sanctuaire est de restaurer autant que possible ce qui a été volé à ces animaux durant toutes ces années au service de l’industrie du divertissement.

 


Response to the Vancouver Aquarium

Pourquoi les zoos et les delphinariums doivent devenir des sanctuaires

Nouveaux projets de sanctuaires marins : la vie des orques va changer !

Ile de Lipsi : un sanctuaire marin pour les dauphins en Grèce

Les huit dauphins de Baltimore auront un sanctuaire marin

Vancouver pourrait accueillir un sanctuaire pour les cétacés

Réhabiliter les dauphins captifs

Response to the Vancouver Aquarium