Des orang-outans à Paris

orang-paris1

En 2016, les orang-outans du Jardin des Plantes vivent toujours dans les mêmes cages qu’en 2007 ! Photo Lolo/Faby

Lire aussi : « La Panthère au jardin des Plantes »


Des orang-outans à Paris

Avril 2006 Photo YG

2007
Lingga est partie en Angleterre

Lingga à Paris

Lingga seule dans sa cage de verre à Paris

Avant

Lingga en Angleterre en été 2007

Après

L’’avenir de la petite Lingga, dont l’’histoire est longuement évoquée dans l’’article qui suit, suscitait, rappelons-le, de vives inquiétudes chez les défenseurs des animaux.
Comment cet enfant née le 29 août 2005, aussitôt abandonnée par une mère incapable de l’élever, puisque elle-même n’avait pas eu le temps d’apprendre comment prendre soin d’un enfant, allait-elle jamais pouvoir s’’intégrer, non seulement dans le monde des orang-outans captifs mais plus de façon plus improbable encore, dans son véritable milieu naturel, les grandes forêts tropicales du sud-est asiatique, au terme d’’une éducation entièrement humaine ?

On rapporte que depuis l’’an dernier, son oncle Dayu, âgé de 7 ans prenait déjà grand soin de l’’enfant et tentait la distraire. Aujourd’hui, les nouvelles semblent meilleures encore :

Envoyée à la nurserie du Monkey World Ape Rescue Centre (Wareham, Dorset) au Royaume-Uni, elle s’est intégrée aujourd’’hui à un groupe de jeunes de son âge avec lesquels elle peut jouer  et apprendre la vie en commun.

Le Monkey World fonctionne depuis 1987. Il a été fondé par les Dr Jim et Alison Cronin en 1987 afin d’’aider les primates et autres singes captifs en difficulté. S’’étendant aujourd’hui sur 65 hectares, il abrite plus de 160 chimpanzés, orang-outans, gibbons et autres singes qui vivent ici en sécurité et à l’’abri du stress dans un environnement verdoyant aussi naturel que possible.

Tous les pensionnaires de ce sympathique refuge ouvert au public sont issus de zoos au sein desquels leurs conditions de vie n’’étaient pas adéquates.

Apparemment donc, tout se passe bien pour Lingga ! 
Ceci dit, rappelons-le une fois encore, ce type d’évènement prouve s’il en était besoin que la conservation «ex situ» et la reproduction en cage prétendument destinée à réintégrer « un jour » ces grands singes dans leur forêt d’origine (à supposer qu’elle existe encore…) ne peut plus se faire dans des zoos à l’’ancienne… comme l’’est encore le Jardin des Plantes ou le Zoo d’’Anvers.

Les grands primates ne sont pas des iguanes ou des vautours des Gorges du Verdon.
Ils disposent d’une conscience d’’eux-mêmes, du sens passé et de l’’avenir, ils comprennent le sens de la mort, ils utilisent des outils et tout un éventail de cultures locales et de langages simples (chant des gibbons, long calls des bonobos, gestuelle des chimpanzés des plaines, etc.) dont la complexité n’’a été que tout récemment découverte.

Il est donc temps que ceux-ci évoluent dans le bon sens, dans un contexte de changement climatique accéléré et de destruction massive de la biodiversité qui ne rend certes pas les choses faciles.

Pavillon des orang-outans au Jardin des Plantes à Paris. Ce n’est clairement pas à partir d’ici que les orang-outans repeupleront Bornéo…


 

2006

Lingga née captive est abandonnée par sa mère

Photo YG

Trop peu de stimulations pour cette petite fille seule, malgré les efforts de ses soigneurs

 

Mai 2006

En plein coeur de Paris, à deux pas du Quartier Latin, à l’’ombre d’arbres centenaires et de magnifiques bâtiments Art Nouveau, une petite famille d’’orang-outans originaire de Bornéo est détenue dans une cage à la Ménagerie du Jardin des Plantes.

La cadette du groupe s’appelle Lingga.
Elle est née le 29 août 2005 des œoeuvres de Wattana née au Zoo d’Anvers en 1995 et de Tubo, son père.
Ce dernier, un jeune mâle âgé de 11 ans, n’est autre que le fils de la célèbre Nénette, une doyenne ventripotente qui survit à Paris depuis plus de 30 ans, et de Solok, un mâle mort tragiquement à l’âge de 34 ans :

« Le samedi 16 février 2004, juste avant l’ouverture du Jardin des Plantes, deux soigneurs stagiaires se sont retrouvés nez à nez avec Solok, le vieux mâle orang-outan bien connu des habitués, lequel avait profité d’une porte mal fermée de son enclos pour partir à l’aventure. Paniqués, les deux stagiaires ont appelé un des vétérinaires pour qu’il intervienne.

Pour une raison inexpliquée, celui-ci, au lieu de déposer de la nourriture contenant un sédatif et attendre que Solok l’ingurgite et s’endorme (Il n’y avait aucun danger qu’il s’échappe au dehors puisque ceci se déroulait à l’intérieur de la singerie) a tiré à quatre reprises avec un fusil anesthésiant sur le primate, utilisant un produit interdit du fait de risques de décès pour l’animal.

Le pauvre Solok est mort, on ne lui a laissé aucune chance, victime de l’incompétence de trois personnes et surtout du vétérinaire. Personne n’a eu l’idée de prévenir Marie-Claude BOMSEL, qui travaille depuis des années avec les primates et qui, elle, aurait su comment agir pour que cela ne finisse pas en tragédie.
Depuis ce drame, Nénette, la compagne de Solok, reste prostrée dans son enclos, à peine distraite par la présence de son petit… »

Voici le genre de fusil qui a tué Solok. Le Jardin des Plantes l’expose à l’entrée du pavillon…

Aujourd’hui isolée de sa maman et de toute sa famille dans une cage latérale, la petite Lingga est exhibée dans une sorte de boîtier de verre garni de quelques rares jouets. Une autre vitre la sépare du reste de sa famille qui, sans doute, l’observe du coin de l’oeil. Aucun gardien à l’horizon : les visiteurs indélicats peuvent aussi bien frapper au carreau.
Qui leur interdira ?

A l’instar de tant d’orques, de femmes chimpanzés ou d’éléphantes qui accouchent en captivité, la maman de Lingga se montre incapable de s’occuper de sa propre enfant.
Rien de plus normal : Wattana née au Zoo d’Anvers en 1995 est elle-même la fille de Ralphina, une guenon victime d’un trafic illégal et sauvée de justesse à l’aéroport de Roissy en 1987.

Traumatisée, affaiblie, arrachée trop jeune à sa famille, la pauvre Ralphina n’a, bien
évidement, jamais pu être réintroduite en milieu naturel.  Lorsqu’elle a donné naissance à Wattana, elle n’a pas su comment l’élever et aujourd’hui, Wattana reproduit à nouveau ce comportement. Elle ne sait pas non plus materner sa fille, puisqu’elle ne l’a pas appris !

Des méthodes dites de « training» sont, paraît-il, utilisées par les gardiens de la ménagerie pour que cette maman retrouve ses capacités maternelles (ses «instincts naturels» comme dit le Zoo !) tout en acceptant la présence de l’homme à ses côtés. Un beau défi qui n’est pas gagné d’avance et révèle toutes les difficultés que suscite ce type d’acculturation.

Rappelons d’abord que le terme d’instinct n’a plus grand sens aujourd’hui en terme scientifique, sauf lorsqu’il s’agit d’insectes ou d’autres créatures quasiment automatisée, et dont le cerveau généralement minuscule est programmé pour fonctionner à l’inné et non pas à l’acquis.

Soulignons ensuite que le principal problème avec ces grands singes roux captifs est qu’ils ont désormais perdu toute leur culture, leurs traditions, leur savoir-faire, leurs connaissances durement acquises au fil des millénaires, en symbiose totale avec le milieu forestier qui est le leur, et qui pourrait toujours être le nôtre, si un brusque changement climatique ne nous avait pas transformé en singe coureur des savanes, distincts de nos frères arboricoles.

Nénette au Jardin des Plantes. Photo YG avril 2006

Quelle sera l’’avenir de cette petite guenon ?
On le sait d’éjà : Lingga ne retrouvera jamais la forêt de ses ancêtres.
Non seulement elle serait incapable d’y survivre – les « stages de soutien à la parentalité » que reçoit sa mère n’étant conçus que pour la rendre capable d’élever ses enfants au sein d’un zoo – mais en plus, son milieu d’origine est désormais complètement  exploité, débité pour son bois rare, remplacé par des palmiers à huile ou carrément réduit en cendres.

Jamais donc, elle ne pourra se lancer joyeusement de branches en branches tout en haut de la canopée ou choisir sur les conseils d’une mère aimante les fruits les plus savoureux qui poussent en certains lieux et à certains moments de l’année, qu’il faut connaître.
Jamais elle ne pourra jouir du parfum des fleurs ou du spectacle d’étonnants insectes courant entre les feuilles. Jamais elle ne frémira aux appels des mâles géants, dont la voix caverneuse fait s’envoler les oiseaux sur des kilomètres de distance….

 

C’est que le terme de culture n’est pas un vain mot chez les orangs-outans….
On le sait depuis peu, l’orang-outang a la capacité d’adopter de nouveaux comportements et de les transmettre aux générations suivantes.  Neuf spécialistes des primates ont comparé leurs données qui résultent de plusieurs années d’observation de l’orang-outang du sud-est asiatique. Les recherches portaient sur six groupes d’orangs-outangs de Bornéo et de Sumatra, en Indonésie. Les chercheurs ont répertorié 24 types de comportements distincts ou d’utilisation d’outils, qui sont transmis de génération en génération. C’est ce qu’ils expliquent dans le magazine Science du 3 janvier 2003.

Birute Galdikas, qui travaille à l’Orangutan Foundation International de Los Angeles, aux États-Unis, et à l’Université Simon Fraser, en Colombie Britannique, au Canada, explique que l’existence de traditions transgénérationnelles chez les orangs-outangs montre que l’origine de la culture est plus ancienne qu’on ne le pensait. Elle daterait de 14 millions d’années, date à laquelle les ancêtres des grands singes asiatiques et la lignée des hominoïdes africains, qui a donné naissance aux chimpanzés, bonobos, gorilles et humains, se sont séparés.

A Bornéo comme à Sumatra, les orangs-outangs envoient un baiser sifflant, en aspirant l’air avec leurs lèvres resserrées. Mais seul les primates qui vivent à Bornéo ont découvert qu’ils pouvaient amplifier le son obtenu en plaçant leurs mains autour de leur bouche.
Avant d’aller se coucher, un groupe de singes émet un sifflement en soufflant de l’air entre ses lèvres pressées, comme pour se dire bonsoir. Un autre groupe utilise des brindilles pour attraper des insectes dans les troncs d’arbres ou pour ôter les graines des fruits. Les orangs-outangs se servent aussi des feuilles : à Sumatra, pour prendre des fruits piquants et à Bornéo, pour s’essuyer la figure.

Ces habitudes, qui ne se retrouvent que chez certains groupes, ne dépendent pas uniquement de l’environnement des animaux et les similitudes sont plus fortes chez les groupes qui vivent à proximité. Elles constituent la preuve d’une transmission sociale de comportements, qui a déjà été mise en évidence chez d’autres espèces comme le chimpanzé.

Birute Galdikas estime que le développement de cette culture est le signe d’un niveau cognitif élevé. Elle affirme que les orangs-outangs sont aussi intelligents que les chimpanzés ou les gorilles mais qu’ils ont une personnalité et une mentalité différentes.

Bornéo et Sumatra sont les deux derniers endroits au monde où l’on trouve encore des orangs-outangs. Ils ne sont plus que 20 000. Protégés, ils n’en demeurent pas moins une espèce menacée d’extinction.

http://observer.guardian.co.uk/uk_news/story/0,,1749987,00.html

Lingga ne saura rien de tout cela…

Pas plus qu’’un dauphin né en bassin ne peut savoir ce que signifient le son de la marée, la force des vagues de tempêtes ou les cris des poissons sauvages, la petite Lingga ne fera jamais l’expérience d’’une vie au sommet des arbres.

Elle deviendra, comme tous ses semblables captifs, une sorte de pantin décérébré à l’apparence de singe, un objet d’’exposition juste bon à être regardé et qui, toute sa vie, se contentera de dormir, de bouffer, d’être déplacée d’un zoo vers un autre, afin de s’y faire mettre enceinte et d’assurer la survie du précieux génome de son espèce, et de jouer avec ses excréments en regardant le ciel gris au travers du grillage.

Elle ne sera ni de notre Monde Humain ni du Monde des Singes Roux, car, contrairement à Washoe, Kanzi ou Koko, notre petite Lingga ne bénéficiera pas des stimulations humaines, curieuses et passionnantes que sont le langage signé, les reportages à la télévision, les revues illustrées ou les peluches en forme d’animaux.
Elle n’ira pas se promener main dans la main avec son gardien en pleine campagne, ni ne fera des conférences de presse pour plaider la cause de ses semblables, comme a pu le faire Koko.
Sa mère, Wattana, se plaisait à tisser des oeuvres en fils colorés dans sa cage et de faire du macramé, comme nous l’explique Chris Herzfeld. Mais on l’a privée de ce passe-temps artistique pour aller se faire engrosser aileurs…

Toute sa vie, elle sera prisonnière d’une une cage minuscule par rapport à ses territoires ancestraux, payant pour le seul crime d’être un orang-outan….

Jane Goodal a ’honoré de sa visite la Ménagerie du Jardin des Plantes pour y féliciter ses gestionnaires des soins pour qu’ils donnent à leurs grands singes. C’est peut-etre aller un peu fort, mais il est clair que le sort de Lingga sera sans doute plus doux que celui de ses semblables encore en liberté, que des Indonésiens hilares s’’amusent à ligoter au tronc d’’un arbre puis à griller vivants en les arrosant d’’essence.

En Indonésie, les orang-outans sont massacrés, capturés et parfois violés après avoir été tondus.

Mais est-ce vraiment là le monde que nous voulions ?
Des animaux en cage et d’autres massacrés  ?
Plus de nature sauvage nulle part, rien que de l’ennui et de la souffrance, au service de l’argent ?
Est-ce vraiment le destin des grands singes, des cétacés, des ours, des loups ou des éléphants que de se transformer en objets de spectacle à l’usage des Humains ?

Notre fragile Planète Bleue, notre seule Terre à tous, ne serait-elle pas infiniment plus belle, plus riche, plus passionnante encore pour les générations futures, si on laissait à ces magnifiques mammifères dotés de hautes cultures, de conscience de soi, de langages et d’intelligence, le droit d’élever leurs enfants selon leurs moeœurs et leurs traditions, dans leurs pays ou leur mers d’origine, en parfaite symbiose amicale avec les Humains en des lieux préservés ?

On peut rêver.
Il est possible aussi qu’il soit déjà trop tard et que la petite Lingga soit l’ultime de sa race, tout à la fois victime et protégée des Zoos, comme le furent autrefois les derniers tigres de Tasmanie.

 

Tigre de Tasmanie. Voulu par les zoos, tué par les zoos.


Wattana, la petite orang-outan qui faisait du macramé
Livre et vidéos de Chris Herzfeld

Nénette au Jardin des Plantes (2010)
Un film de Nicolas Philibert

La Ménagerie du Jardin des Plantes

Jane Goodall et les orang-outans

Aidez les derniers orangs-outans !

Singes boxeurs en Thaïlande

Grands singes du Zoo d’Anvers

 Juste le ciel de Paris au travers des grillages. Photo YG Avril 2006