Corée du Sud : orcelles au marché aux poissons de Bussan

 

photo from friend

Le sang qui coule encore de la bouche de la victime de droite, le melon fendu de deux blessures de la victime de gauche. Ces orcelles ne se sont pas noyées dans un filet… Elles viennent d’être tuées.

Corée du Sud
Orcelles au marché aux poissons de Bussan

Une personne qui visitait la Corée du Sud en avril 2012 a été vivement choquée par le fait qu’au marché aux poissons de Bussan, des orcelles fraîchement pêchées étaient mises en vente.

Les pêcheurs se rendaient parfaitement compte qu’il s’agissait là d’un commerce interdit : malgré l’intervention de gros bras qui ont voulu l’en empêcher, le photographe a néanmoins pu prendre quelques clichés. Certains pêcheurs lui ont affirmé que ces petits dauphins s’étaient pris dans leurs filets et qu’il s’agissait donc d’une erreur, d’un malheureux accident.
En réalité, ils vendent la graisse à un prix élevé et l’on se doute que cela doit constituer un incitant très fort pour chasser activement.

Mais pourquoi cette graisse est-elle si précieuse ?
« Au Japon, comme en Corée, la médecine traditionnelle envisage la chair des cétacés non seulement comme une source de nourriture, mais également comme un remède. Les gens mangent la viande de la baleine ou du dauphin, sa graisse et ses organes internes.  Ils tirent de l’huile à partir des parties non comestibles de l’animal.
La graisse salée peut être utilisée comme un médicament contre la diarrhée chronique et elle est réputée également efficace contre les maux d’estomac et pour un bon équilibre digestif en général. On pense aussi que l’huile de dauphin peut guérir de la gale ». 

D’après le Dr Philipp Franz von Siebold, « Fauna Japonica » 1823

 

photo from friend

La graisse de dauphin, un médicament traditionnel vendu très cher

 Les photos nous montrent par d’ailleurs des orcelles baignant dans leur sang, ce qui s’accorde mal avec le fait qu’elles aient pu se noyer dans un filet.
Rappelons que les orcelles, ou dauphins de l’Irrawaddy, familiers des rivières et des estuaires, sont plus sensibles à la pression anthropique que la plupart des autres dauphins vivant au large dans l’océan.

La principale menace pour eux est de se noyer dans les filets. La majorité des décès signalés dans toutes les sous-populations d’orcelles en Asie du Sud-est sont dus aux captures accidentelles et aux noyades.

Aux Philippines, les dauphins de l’Irrawady se prennent dans les pièges à crabes posées au fond de l’eau.
Au Cambodge, les soldats leur tirent dessus avec des fusils M6 pour leur viande et leur graisse. En Birmanie, la pêche électrique, le creusement de mines et la construction de barrages constituent également des menaces mortelles et permanentes.

Les décès collatéraux dus à la pêche aux explosifs étaient autrefois communs au Vietnam et en Thaïlande.
La menace la plus directe est la chasse directe dont ils font l’objet, malgré les interdictions légales, car leur huile est considérée comme précieuse. En outre, comme partout ailleurs, les dauphins sont supposés manger le poisson du pêcheur et lui faire concurrence. On les tue donc pour cela aussi.

thai-orcelle-trip-advisor.jpg

Orcelle esclave en Thaïlande

Dans de nombreux pays d’Asie, les dauphins de l’Irrawaddy sont encore capturés et dressés pour exécuter des shows comiques dans les delphinariums.
Leur apparence sympathique et leurs comportements uniques, comme le fait de pouvoir cracher de l’eau, associés au fait qu’ils peuvent survivre dans un bassin rempli d’eau douce (moins coûteux à entretenir qu’un bassin d’eau salé) , le rendent en effet très populaires auprès des propriétaires de delphinariums ou de casinos où on les exhibe.
En 2002, il y avait plus de 80 delphinariums dans au moins neuf pays d’Asie qui les montraient en spectacle.
Les mises en garde de l’IUCN semblent avoir peu d’effets dans ces pays où la police est le plus souvent corrompue et où la pauvreté pousse à violer les lois.


 

Pour dénoncer la vente d’orcelles au Busan Fish Market

Busan Port Authority
79-9, Jungan-Dong 4GA
Jung-Gu
Busan 600-016
Korea, South

bpamaster@busanpa.com
www.portbusan.or.kr

photo from friend

Le sang qui coule de la bouche, la nageoire droite visiblement atteinte par un coup de gaffe. Cette orcelle ne s’est pas noyée dans un filet… Elle vient d’être tuée.

 

Retour dauphins de l’Irrawady