Virgin Holidays s’engage à soutenir les sanctuaires marins

Virigin Holidays avance bien dans sa logique, mais distingue encore les shows « théâtraux » des autres, afin sans doute d’épargner SeaWorld.

Virgin Holidays s’engage à soutenir les sanctuaires marins

Virgin Holidays vient de publier une nouvelle déclaration à propos des cétacés captifs.
L’Engagement de Virgin sur les mammifères marins en 2014 a été une expérience positive qui a permis de faire des progrès significatifs en ce qui concerne l’avenir des cétacés, orques, dauphins et marsouins.
Lorsque nous avons réuni des intervenants autour de cet engagement, nous avons également déclaré que nous allions explorer une vision à long terme pour les cétacés captifs dans le tourisme. C’est la prochaine étape de ce voyage.  Notre vision est celle d’un avenir dans lequel le tourisme rencontre les besoins sociaux et physiques complexes des cétacés et la sauvegarde de leurs habitats.

Virgin n’est pas la seule compagnie à offrir des delphinariums comme destination. Image WDC

 

Depuis 2014, il y a eu des avancées significatives que nous saluons chaleureusement. En particulier, la décision de l‘Aquarium National de Baltimore de déplacer ses dauphins dans un sanctuaire marin apparaît comme une étape importante.
Nous voulons encourager ce changement. Cesser de vendre toutes les destinations où figurent des attractions de cétacés serait sans doute l’option la plus facile, mais cela ne répond pas aux besoins immédiats des animaux actuellement captifs. Nous sommes toujours confrontés à un manque d’installations alternatives et nous voulons nous assurer que tous les changements seront menés au bon rythme, avec sensibilité et humanité et au bon rythme. Cela nous permettrait également de sortir du débat mais nous perdrions alors la capacité d’influencer la direction de ce voyage. Nous sommes conscients que la situation semble très complexe, notamment parce que nous continuons à travailler avec nos partenaires actuels pour encourager un changement positif. Dans cet esprit:

  1. Nous n’accepterons plus aucune nouvelle attraction qui présente des cétacés captifs dans des spectacles théâtraux, lors de séances de contact (comme les programmes de nage avec les dauphins) ou à d’autres fins de divertissement;
  1. Nous travaillerons en étroite collaboration avec les partenaires existants afin d’encourager l’évolution de leur offre de produits afin de refléter les goûts changeants des consommateurs et de veiller à ce qu’ils se conforment au Guide mondial de bien-être pour les animaux dans le tourisme – développé par notre association professionnelle ABTA, Et Aquaria, le Groupe vétérinaire Zoo international et des ONG reconnues;
  1. Nous allons soutenir la création de sanctuaires côtiers pour les cétacés captifs et promouvoir la conservation dans leurs habitats naturels grâce à un don annuel soutenant la vision à long terme de Virgin Holiday pour les cétacés captifs dans le tourisme
  1. Nous offrirons plus de choix aux clients dans les pays où nous opérons : nous ferons la promotion de l’observation responsable des baleines et des dauphins sauvages ainsi que celle des sanctuaires marins, quand ils seront opérationnels;
  1. Nous soutiendrons la coopération internationale pour mettre fin à la capture des cétacés sauvages et décourager la construction de nouvelles attractions, où les cétacés seront utilisés à des fins théâtrales, de contact ou de divertissement.

Nous reconnaissons que le bien-être animal ne s’arrête pas là: beaucoup d’autres espèces sont impliquées. Il y a beaucoup de choses à faire et nous voulons commencer par les cétacés, mais avec le temps nous allons travailler à étendre nos principes à d’autres animaux.

D’ores et déjà, Jean-Michel Cousteau, président d’honneur de l’Alliance Mondiale pour les Cétacés, a déclaré :
«L’annonce de Virgin Holidays énonce clairement sa vision pour l’avenir. La compagnie est à la recherche d’une approche collaborative et veut identifier les mécanismes pour résoudre les nombreux défis auxquels font face les baleines et les dauphins dans le contexte touristique actuel.
Trop souvent, cette question n’a pas été un catalyseur de changement à l’intérieur du secteur du tourisme. Je crois que toutes les orques et les dauphins méritent d’avoir la chance de sentir l’océan, d’interagir dans un environnement naturel et d’utiliser leur sens extraordinaire du son comme ils ne pourraient jamais le faire en captivité ».

Richard Branson amorce ici d’évidence un tournant.
Depuis 2014, il n’a cessé d’être soumis à une pression constante de la part des activistes anglais, dont notoirement, la WDC.  Une pétition agrémentée d’un vidéo ravageuse a sans doute eu raison de ses dernières résistances.

Tout en gardant sa confiance à des organismes  comme l’ABTA et en ménageant SeaWorld avec des termes ambigus comme « spectacles théâtraux » (et les autres ?), il affirme aujourd’hui vouloir promouvoir de manière officielle les sanctuaires marins et plaide clairement pour la fin de la captivité des cétacés. Cette évolution est sans doute plus facile pour lui, qui aime réellement les océans et tentent de les protéger, que pour d’autres chefs d’entreprise. Et elle aura un impact indéniable sur le secteur.

Mais tous ces entrepreneurs doivent se dire que les spectacles de cétacés seront bientôt considérés partout comme un cruels et obsolètes.
La Chine, le Japon, la Russie nous renvoient aujourd’hui une image si sanglante et si monstrueuse de cette pratique commerciale que les delphinariums occidentaux commencent à en pâtir A cela s’ajoutent l’Effet Blackfish et l’excellente qualité des nouveaux documentaires qui nous font vivre la vie réelle des dauphins, et non plus celle de clowns en esclavage.
C’est le sens de l’histoire et Virgin le suit.