Nouvelles du Zoo de Duisburg

Iris fait son dernier show à Duisburg...


 30 mars 2012

Grande manifestation devant le zoo de Duisburg avec Ric O’Barry  

Richard O’Barry, le célèbre défenseur des dauphins captifs, s’est déplacé depuis Miami pour participer à la manifestation menée contre la détention de dauphins au Zoo de Duisburg, le 30 mars 2012 dernier.
Cet évènement était organisé par le Whale and Dolphin Protection Forum (WDSF) and SAVES Wildlife Conservation Fund (Saves the Oceans).

Tous les activistes et défenseurs des droits de l’animal aussi bien que les organisations d’aide aux animaux en difficulté du monde entier ont été cordialement invités à se joindre à cette vaste protestation contre toute forme de mise en captivité des cétacés.

Il faut savoir que le Zoo de Duisburg a refusé jusqu’à ce jour de rendre ses archives publiques et refuse toute enquête.
L’organisation WDSF a lancé une action judiciaire contre la Ville de Duisburg en novembre 2011.
Cette organisation y a exprimé sa suspicion légitime à l’égard du delphinarium, que l’on soupçonne d’être un véritable cimetière.

Plus de 60 dauphins auraient en effet expiré entre les murs en béton du bassin de cet établissement depuis son inauguration.

Tous les décès n’auraient pas été déclarés officiellement.
Parmi les victimes, la delphine iris, déportée de l’ancien Delphinarium d’Anvers et décédée tragiquement le 28 mars 2003.

Aujourd’hui, deux dauphins capturés en mer (Ivo, le fils d’Iris et Pepina, l’ancienne compagne de Play Boy) et sept nés-captifs sont exhibés lors des shows du delphinarium.

Achim Winkler, l’actuel directeur du Zoo qui a remplacé le Dr Frese, est si bien connu pour ses contre-vérités et ses omissions que les opposants à la captivité l’ont surnommé « Animal-blabla ».

L’histoire sans fin de la cruauté dans les delphinariums doit s’arrêter, non pas seulement en Allemagne, mais partout dans le monde. Tel était le but de cette manifestation pacifique qui s’est tenue dans la dignité le 30 mars 2012 devant les portes du Zoo de Duisburg, de 13:00 à 17:00

Une petite délégation belge était présente, menée par Christophe Jurdan et quelques amis, dont le gestionnaire de ce site.

Adresse : Zoo-Duisburg Haupteingang, Mühlheimer Str. 277
Infos : https://www.facebook.com/events/253133904761024/

 


 

Mars 2011

Ici mourut Iris et survit son fils Ivo…

Ivo, toujours vivant…

Dauphins présents à Duisburg en 2012

Baby Butu, quel destin ?



Septembre 2007
Dernières nouvelles d’Ivo, de son nouvel enfant
et des dauphins de rivière

Iris et Ivo à Anvers en 1998


juillet 2006
Delphinarium fermé, Ivo toujours en vie

Ivo à Duisburg

Depuis le récent effondrement du toit en mars 2006- bravo, c’est toujours mieux qu’un incendie, comme à Bruges ! – les shows semblent avoir été interrompus. Comment notre pauvre Ivo vit-il cela ? Il ne reste que 4 dauphins à Duisburg.
Ivo n’avait donc plus revu le ciel ni le soleil ni les nuages depuis sa capture aux côtés d’Iris en 1981, à l’âge d’un an, dans le Golfe du Mexique, puisque le Delphinarium du Zoo d’Anvers était également une structure tout à fait couverte.
Quant à Pepina et à ses enfants nés captifs, cela doit leur faire également une drôle d’impression de revoir tout à coup un ciel bleu ou de ressentir la pluie sur leur peau, certains pour la première fois de leur vie !

Mais sans shows, dans un environnement artificiel dénué de tout décor, de toute plante,de tout rocher, dans cette cuve de béton nu, les dauphins privés de stimulation risquent de devenir fous.

Rappelons que le vétérinaire affecté au Zoo de Duisburg, M. Manuel Hartmann, faisait curieusement partie de la fameuse « Commission pour le bien-être des dauphins de Bruges » mise en place par le Ministre Demotte, à l’initiative du député Thierry Giet en 2004 et dissoute depuis lors…..

Communiqué du Zoo :

Chers visiteurs du Zoo de Duisburg,
Comme vous l’avez sûrement lu dans la presse, nous devons hélas fermer durant quelque temps le Delphinarium de Duisburg pour des raisons de sécurité. Les problèmes survenus au niveau du toit se sont avérés si sérieux que nous avons du envisager une reconstruction complète. Mais rassurez-vous : vous pourrez bientôt vous réjouir des démonstrations de notre dauphin vedette DELPHI lors des Osterferien 2006.
Nous vous demandons donc cordialement de faire preuve de compréhension face à cette situation inhabituelle. Nos dauphins Pepina, Ivo, Daisy et Delphi ont juste besoin d’un nouveau toit au-dessus de leur tête ! « 

Commentaires : Ivo vit donc toujours, mais notons que le discours publicitaire de Duisburg a changé : ce n’est plus Ivo « la grande vedette » mais bien le jeune Delphy, née en 1992.
Mauvais signe pour Ivo : de plus en plus, les delphinariums affrontent le problème des dauphins qui s’usent, se fatiguent et ne font plus leurs shows avec le même enthousiasme.
Certaines de ces entreprises n’hésitent même pas à déclarer qu’ils doivent parfois renouveler leurs stocks.
Pour mémoire, c’est le 28 mars 2003 qu’Iris est décédée à Duisburg, prétendument d’une « leucémie due à l’age » mais surtout d’épuisement, de désespoir et d’ennui.

Septembre 2004
Ferdi et Yogi sont aux USA !
En 2011, tous deux sont morts….
Quelques brèves nouvelles en août 2004


 

Historique du Zoo de Duisburg

Das-Walarium-im-Duisburger-Zoo-ferdinand 

Recherches sur le langage au Delphinarium de Duisburg
Les dauphins Tursiops aujourd’hui
Béluga et commerson
Dauphins de rivière

Iris et Ivo à Duisburg


 

Historique

 Bref historique du Zoo de Duisburg

Das-Walarium-im-Duisburger-Zoo


Retour sommaire


Recherches sur le langage
au Delphinarium du Zoo de Duisburg

Duisburg press picture : Play Boy à la fin de sa vie. Il peut siffler sa "signature" tant qu'il veut, il va mourir tout de même...

En 1997, à l’époque où Play Boy et Pepina vivaient encore « heureux » au sein de leur petite tribu, et juste avant l’arrivée dramatique de la delphine Iris et de son fils Ivo, Vincent Janik a cru bon de mener des recherches sur la signature sifflée chez les dauphins en captivité. Donnons-en ici les prolégomènes :

* Context-specific use suggests that bottlenose dolphin signature whistles are cohesion calls
VINCENT M. JANIK & PETER J. B. SLATER. School of Environmental and Evolutionary Biology, University of St Andrews
(Received 12 August 1997; initial acceptance 21 October 1997; final acceptance 14 February 1998; MS. number: 5615)

« Les études sur les dauphins Tursiops captifs ont prouvé que chacun d’entre eux produit une signature sifflée individuelle, stéréotypée et spécifique à l’individu. Cependant, aucune étude n’a encore démontré le contexte dans lequel ces sifflements étaient utilisés. Ici, l’hypothèse est défendue que la signature sifflée est utilisée pour maintenir la cohésion du groupe.
Afin d’étudier si ces signatures sifflées sont employées uniquement dans ce contexte, nous avons examiné le type d’utilisation du sifflement au sein d’un groupe de quatre dauphins captifs dans deux circonstances différentes.
Des individus ont été enregistrés alors qu’ils étaient séparés du groupe et lorsqu’ils nageaient tous ensemble dans la même piscine.

Les séparations avaient lieu de manière spontanée, quand un animal nageait dans la seconde piscine du Delphinarium. Aucune cloison n’a été utilisée et aucune interaction agressive entre les dauphins n’a précédé ces séparations.
Les dauphins en train d’appeler ont été identifiés grâce à la comparaison d’amplitude du même son enregistré dans les deux piscines.

Chaque dauphin a principalement produit une signature sifflée stéréotypée quand il s’est trouvé séparé du groupe.
De même, le groupe qui demeurait dans le premier bassin a également principalement fait usage de ses signatures sifflées lorsqu’un autre animal nageait dans la piscine
séparée. Si tous les animaux nageaient en même temps dans la même piscine, seuls des sifflements non-signés étaient émis.
L’imitation des autres signatures sifflées était également rare dans ce cas et n’a pas initié de rencontres particulières ou de réponses vocales spécifiques.

Les résultats de la recherche confortent donc l’hypothèse que les signatures sifflées ne sont utilisées que pour maintenir la cohésion de groupe.

L’étude a été menée au Delphinarium du Zoo de Duisburg en Allemagne.
Les sujets étaient quatre dauphins Tursiops issus de l’Atlantique nord : un mâle adulte (Play-boy, 23 ans) et une femelle adulte (Pepina, 14 ans), capturés tous deux dans le Golfe du Mexique plusieurs années auparavant, ainsi qu’un mâle sub-adulte (Duphi, 7 ans, mort à 8 ans) et une femelle juvénile (Delphi, 3.5 ans), tous deux nés en bassin. Ces deux delphineaux sont nés de mères différentes mais le mâle adulte était probablement leur père à tous deux.

La femelle adulte dans la piscine n’était pas la mère des individus nés captifs mais elle était enceinte au moment de l’étude. Son delphineau est né 7 mois après que notre étude ait été achevée.
Les dauphins se déplaçaient librement d’une piscine intérieure à l’autre.

A Duisburg, la piscine principale la plus vaste est ovale : elle mesure 25 m de long et 15 m de large. L’autre bassin, plus petit, est de forme rectangulaire, avec des longueurs latérales de 10 et 9 m.
Les deux piscines sont profondes de 5 m et sont reliées par un canal d’une profondeur de 1.79 m de profond et 1.23 m de large courant le long du mur commun. Durant toute l’étude, les animaux disposaient de l’usage des deux bassins à tout moment ».

Ici, Daisy, fille de Pépina et de Play Boy écoute son père mourir en coulisses.. Sans doute lance-til de nombreuses "signaturs sifflées".. Photo VdB

Cette recherche appelle plusieurs commentaires :

– Elle révèle que des scientifiques continuent à exploiter le potentiel des delphinariums pour boucler leurs thèses de doctorat ou maintenir le rythme de parution de leurs publications scientifiques.
Si la démarche peut se concevoir, il est tout de même assez choquant d’apprendre qu’en 1998, aucun de ces chercheurs ne s’est soucié de savoir si les dauphins étaient en bonne santé ou s’ils étaient heureux. Filtration à l’ozone ou pas, le Delphinarium de Duisburg n’a jamais cessé d’être un vrai mouroir mais cela n’a pas dérangé nos scientifiques qui énumèrent froidement dans leur étude les caractéristiques de ces bassins minuscules  et qui tels les « médecins » des camps de la mort, examinent leurs sujets sans état d’âme particulier.

– Les recherches en elles-mêmes sont non-signifiantes.
De la même manière que les études physiologiques sur les dauphins drogués et malades des bassins ont peu de sens, de même l’étude du langage n’en a pas beaucoup plus dans ce milieu social artificiel, où chacun a été capturé en des lieux différents et parle sans doute sa langue propre.
Découvrir que la signature sifflée sert à la « cohésion du groupe » revient en gros à déclarer que « dire bonjour » sert à se saluer et à nouer des liens
sociaux. Fallait-il vraiment une étude pour cela ?
N’aurait-il pas été plus intéressant de la mener en pleine mer ? Ou de chercher à savoir, sur base des travaux de Vladimir Markov, quelle sorte de langage peuvent bien parler les captifs entre eux ? Une sorte de « pidgin des bassins » ?

– Pépina n’était donc pas la mère des deux delphineaux Duphi et Delphi. Mais alors, d’où venaient ces enfants ?
Qui était leur vraie  maman ? Une certaine Flappy ?
On constate une fois de plus que la transparence n’est pas le fort de l’industrie de la captivité..

A propos de la signature sifflée

Retour sommaire



Les dauphins à Duisburg en 2004

Iris un an avant sa mort. Elle obéissait encore aux humains.

 

Cinq dauphins captifs vivaient au Tierenpark de Duisburg (Allemagne) en 1998, avant que Iris et Ivo n’arrivent du delphinarium d’Anvers.
Play-Boy, le mâle dominant, Pepina sa compagne, avaient été capturés en mer en 1975 et 1980.
Leurs trois enfants, Duphi, Delphi et Daisy naquirent respectivement nés en 1988, 1992 et 1996.
Il semble en fait que Pepina n’ait pas été la mère de Duphi et Delphi, mais on ignore l’identité de la mère réelle tout autant que la provenance de ces jeunes delphineaux.

Le jeune Duphi (né en captivité, âgé de 11 ans) est mort d’un abcès au poumon fin 1999.
Cet abcès était trop proche du  cœoeur et donc inguérissable. Un « choc aux antibiotiques » l’aurait emporté.

Son père, Playboy , est mort le 29 mars 2000, au terme de 19 ans de captivité continue.

En 2000, Iris accouchait d’un enfant mort-né.
Delphy et Pepina étaient enceintes des oeuvres d’Ivo, devenu le maître incontesté du bassin…
Le petit Duke né de Pépina est mort au bout de quelques mois.
Pas de nouvelle de la grossesse de Delphi, cet enfant mise enceinte avant l’âge, mais on peut conclure par soi-même de l’issue de cette triste affaire.

Enfin, Iris a été tuée par la captivité en date du 28 mars 2003.
Ivo vit toujours en 2004.

(A suivre en page « nouvelles récentes » )

On estime de source autorisée qu’au moins 46 dauphins Tursiops sont morts au Zoo de Duisburg en  trente ans.

Nous avons reçu par ailleurs une liste nominative de certaines des victimes, fondées sur le Marine Mammal Inventrory Report de 1993 et rédigée par l’unité allemande du Dolphin Project.
Fondée sur un document destiné à contredire l’affirmation selon laquelle les dauphins survivraient plus de quarante ans en captivité, l’association cite les chiffres et les noms suivants :

Nixe, mort en 1969 au bout de 4 ans de captivité.
Flip, mort en 1970 au bout de 5 ans de captivité.
Flap, mort en 1979 au bout de 12 ans de captivité.
Susy, morte en 1981 au bout de 14 ans de captivité.
Gaucho, mort en 1982 au bout de 2 ans de captivité.
Allua, morte en 1984 au bout de 15 ans de captivité.
Hänschen, morte en 1985 au bout de 1 an de captivité.
Pepe, mort en 1989 au bout de 9 ans de captivité.
Dolly, morte en 1989 au bout de 17 ans de captivité.
Max, né en captivité, mort en 1989 au bout de 11 jours de vie.
Kai, né en captivité, mort en 1990 au bout de 69 jours de vie.
Busso, mort en 1991au bout de 7 ans de captivité.
Nico, morte en 1992 au bout de 12 ans de captivité.

(Depuis la rédaction de cet article, le site Ceta Base a été crée. On y trouvera des informations, toujours partielles, sur les vivants et les morts  Duisburg. Selon les estimations les plus récentes, ce serait plus de 60 cétacés qui seraient morts dans ces bassins).

Retour sommaire

 


 

 

Autres cétacés captifs

Septembre 2004

Ferdi le bélouga et Yogi le dauphin de Commerson sont arrivés aux Etats-Unis !

Yogi, le dauphin de Commerson de Duisburg qui avait été envoyé
le 9 septembre 2004 au Sea World de San Diego avec son ami Ferdi,
est mort quelques semaines après son transfert, à la fin du mois de novembre.
Apparemment, deux autres dauphins de cette espèce sont morts il y a quelques mois également, ce qui porte le nombre de dauphins de Commerson détenus au SWC à 7 dont 5 mâles exhibés dans un bassin de l’attraction « Journey to Atlantis ».

Les dauphins de Commerson en captivité : le grand massacre


 

16 octobre 2004
Ferdi a retrouvé des amis !

Ferdi à Duisburg... Seul comme un clou depuis des années. Photo JP Vonderberghe

« Ferdi partage désormais son bassin avec 3 autres bélugas : un mâle (Nanuq, originaire de l’Aquarium de Vancouver) et 2 femelles (Ruby et Muktuk, qui appartiennent en fait à la Navy) ».

Nous ne pouvons évidemment que nous réjouir de voir Ferdinand batifoler en Californie en compagnie d’amis de sa propre espèce, au terme de tant d’années de solitude. On lira cependant ici, non sans épouvante, le récit de la vie antérieure de son nouveau compagnon de cellule, le bélouga Muktuk, en espèrant que Ferdi ne sera pas lui
aussi soumis à ces tests scientifiques criminels sur les effets du « low-frequency active sonar » que doivent subir ces ultimes vétérans de la Guerre Froide.
Sea World California étant toujours, rappelons-le, « la mère de tous les delphinariums » sous le contrôle très étroit de la US Navy…

Lire en anglais la tragique histoire de Ruby et Muktuk
Les derniers prisonniers de la Guerre Froide


Retour sommaire


Septembre 2004

Ferdinand le « vieux » bélouga de 34 ans et son copain Yogi, un petit dauphin de Commerson âgé de 30 ans sont les ultimes survivants des captures criminelles menées par le créateur du Zoo de Duisburg, le Dr Wolfgang Gewalt.

Après des années de solitude désespérante passées sous la pluie germanique dans leur minuscule bassin à ciel ouvert, nos deux amis ont enfin été transférés sous des cieux plus propices, au Sea World de San Diego (USA).

Ce delphinarium américain collabore activement avec la US Navy – soumettant notamment des bélougas à des tests ultra-sonores ignobles –  mais dans le cas présent, on peut espérer que nos deux
« retraités » jouiront simplement d’un peu plus de soleil, d’espace, d’animation et d’eau de mer naturelle qu’ils n’en disposaient en Allemagne.

Espérons aussi que l’on ne les sépare pas : ces deux cétacés issus d’espèces radicalement différentes ont en effet noués au fil du temps des liens d’amitié indéfectibles.
Il était profondément émouvant de voir jouer ensemble le petit dauphin noir et blanc et son impressionnant compagnon bélouga à la peau blanche comme neige. L’un comme l’autre avaient perdu leur compagne à Duisburg et se sont retrouvés associés pour le meilleur et pour le pire, se soutenant l’un l’autre dans leur malheur.

Espérons enfin que le Zoo de Duisburg prendra maintenant en
charge de la même manière le destin de ses deux derniers dauphins de rivière et pourquoi pas, celui de ses dauphins Tursiops, parmi lesquels Ivo, fils d’Iris et ancien détenu du Delphinarium d’Anvers qui a assez donné de sa vie au service des « montreurs de dauphins dressés ».

Pour rappel tout de même, et afin de modérer les enthousiasmes pro-delphinariums, ce texte lu sur le site de Sea World :

« Cette année au SeaWorld, les visiteurs bénéficieront d’attractions plus excitantes, plus sensationnelles et plus interactives que jamais. Des spectacles fabuleux et rencontres inoubliables avec les animaux aux meilleures attractions du monde, des expériences uniques vous attendent à SeaWorld.

Shamu Adventure (L’Aventure Shamu)
Le spectacle de Shamu, mondialement connu, a été modifié et porte essentiellement sur le Nord-ouest de la côte Pacifique. Cette aventure, racontée par une personnalité de la télévision et l’expert animalier Jack Hanna, met en évidence les acrobaties naturelles et spectaculaires des baleines tueuses. Le spectacle présente plus d’une dizaine de nouvelles acrobaties ainsi que des ajouts sensationnels tels que le brouillard rampant, un aigle en vol
libre, et une nouvelle bande son originale du compositeur Brad Kelly. Shamu, Baby Shamu et Namu raviront les visiteurs par leurs prestations. Les spectateurs des 14 premiers rangs doivent se préparer à être mouillés lors des numéros les plus impressionnants. Le nouveau site Web www.shamu.com a été créé le jour du Memorial Day 1998.

Dine With Shamu (Dîner avec Shamu)
Quel sorte de compagnon de repas Shamu est-il ? Dinez avec Shamu, et profitez d’un délicieux festin avec la plus grande star du SeaWorld. Ce repas qui a lieu autour d’une piscine se compose d’un buffet de poulet dijonnais, boeuf bourguinon, d’une sélection
de poissons savoureux, de tortellini à l’ail et à la crème, de riz pilaf aux noix de pécan, d’une sélection raffinée de salades, de fabuleux desserts préparés par notre pâtissier, etc.
Un menu spécial enfant inclut leurs plats favoris tels que des macaroni au fromage, du poulet au popcorn, une salade de fruits et des cookies Shamu. Et, comme si cela ne suffisait pas encore, les hôtes de Dîner avec Shamu ont des tables réservées le long du bassin de notre baleine tueuse.
Des instructeurs peuvent vous rejoindre pendant le repas et Shamu peut même glisser en dehors de son bassin et faire son show !
Ce dîner-spectacle a lieu presque tous les week-ends et certains jours de la semaine pendant toute l’année, mais uniquement sur réservation. Pour réserver, composez le 1-619-226-3601. Les titulaires de passeports bénéficient d’une réduction de 10%. Nombre de places limité. Appelez dès maintenant pour connaître les heures, dates, prix et pour réserver. Annulation possible.
A noter : c’est lors d’un Dîner avec Shamu que l’orque Tilikum a tué sa dresseuse Dawn Brancheau.

Wild Arctic (L’Arctique sauvage)
Embarquez à bord d’un « hélicoptère-jet » pour un voyage inoubliable vers la station de recherche scientifique Base Station Wild Arctic. Vous pénétrerez dans les terres gelées de l’Arctique et rencontrerez des morses, des baleines bélugas et des ours polaires ! C’est une aventure sauvage ouverte à tous. Cette attraction exige une taille
minimale de 1,05 m.

DIP (Dolphin Interaction Program) (A la rencontre des dauphins)
N’avez-vous jamais souhaité communiquer avec les dauphins ? A votre tour de participer au programme DIP (Dolphin Interaction Program) du SeaWorld. Vous pourrez croiser le regard du dauphin, sentir la douceur de sa peau, lui donner un signal et peut-être même le nourrir »
Etc…

Lire aussi à propos des bélougas :
Les Seigneurs des Glaces

Retour sommaire


Le Bélouga et le Dauphin de Commerson

Copyright JP Von Der Becke

Ferdinand le béluga au Zoo de Duisburg

Le plus choquant, sans doute, c’est le show du bélouga et du dauphin de Commerson réunis dans le même bassin minuscule et vétuste, à quelques pas du delphinarium. La piscine se trouve en plein air, sous la protection d’un auvent de toile maintenu par des câbles.

On a peine à imaginer que deux bélougas et deux dauphins de Commerson- ont pu partager un espace aussi confiné pendant tant d’années. Aujourd’hui (2003), ils ne sont plus que deux : Ferdinand, le petit dauphin-pie  et Yogi, la grosse baleine blanche. Pour combien de temps encore dans de telles conditions ?

Egarée dans la Mer du Nord en 1966, Mobby, la compagne de Ferdinand, a été capturée dans l’estuaire du Rhin.
Ferdinand, pour sa part, fut kidnappé lors d’une expédition organisée par le Zoo de Duisburg au Canada.
Des eskimos et des indiens Creek ont participé à cette « capture sans filet » en chevauchant, dit-on, l’animal comme dans un western. On sait que ce genre de captures sont à ce point traumatisantes que nombre de bélougas meurent ou avortent spontanément à cause du stress. Mobby elle, à survécu à cette capture sauvage. mais elle est morte d’ennui et de désespoir aux alentours de 1999.

On imagine aisément l’état d’esprit de ce pauvre
Ferdinand qui s’est retrouvé brusquement tout seul, sans sa dernière amie.
C’est pour éviter qu’il ne bascule dans la folie et la mort à son tour qu’on a laissé près de lui Yogi, le petit dauphin de Commerson. (information 2002)

Yogi est également un rescapé : il vivait au sein d’un « pod » de plus de soixante dauphins de Commerson, qui furent tous capturés d’un coup lors d’une campagne de pêche particulièrement violente menée par le Dr Gewalt en Patagonie. Désormais,
depuis la mort de sa compagne, il est l’ultime survivant de ce massacre.

Il faut savoir que l’obsession première du fondateur du Zoo de Duisburg était d’acclimater les espèces les plus exotiques, et le petit dauphin de Commerson l’est assurément, puisqu’il ne vit qu’au sud de l’Amérique du sud, dans les eaux froides de l’Antarctique.

est-ce cela la préservation des espèces ? Quel est le sens de ce show ? Que font ces belugas au coeur de l'Allemagne ? Photo J.P. von der Becke

Mobby et Ferdinand en 2000

Les dauphins de Commerson et les bélugas en 1998.

Le show est conduit à l’ancienne : petite barque pour tirer quatre enfants, «dialogue» avec le bélouga qui comme on sait, dispose d’un arsenal de sons absolument inouïs qu’il produit par l’évent et mise en place d’une corde par le grand cétacé afin de permettre au petit dauphin d’exécuter son unique tour : sauter au-dessus !

Le clou du spectacle ?
Selon la bonne vieille tradition du cirque, le dompteur plonge sa tête toute entière dans la bouche non du lion, mais du «grand monstre blanc». Frissons garantis sur tous les gradins, puisque ici les spectateurs ignorent tout de la vraie vie des baleines blanches, de leurs chants de canaris sous les mers et surtout de leur
gentillesse proverbiale.

Il serait peut-être temps que les grandes organisations de défense des cétacés s’émeuvent de la situation de ces deux cétacés.  En principe, dans les Zoos, une règle universelle veut qu’on ne mette jamais deux espèces différentes dans une même cage.

Pas de macaques avec des chimpanzés, pas de chats avec des lions, et en principe, pas de dauphins avec des orques.  Même les plus chauds partisans de la captivité reconnaissent que les cétacés deviennent malheureux dès que leur groupe social tombe en dessous de cinq et que, de toutes les manières, ils ne doivent jamais être seuls. Que dire des bélougas dont les groupes sociaux peuvent atteindre plusieurs centaines
d’individus !

Par ailleurs on se souviendra aussi que les bélougas et les dauphins – même de Commerson – sont des êtres conscients d’eux-mêmes, dotés de langage, de cultures et d’une extraordinaire vie sociale encore très mal connue.
Ce n’est cependant pas à Duisburg que vous en apprendrez plus  à ce propos…

Les dauphins de rivière

On pourrait donc s’inquiéter à raison de la pénible situation des deux dauphins de rivière (Inias) capturés dans l’Orénoque (Amazonie) et qui tournent jour après jour, année après année, l’un autour de l’autre en se caressant de l’aileron.
Isolés dans l’Aquarium aux Poissons, aucun show n’est prévu pour eux, aucune occupation, pas même un rayon de soleil : leur bassin métallique aux murs rouillés est grand comme un placard  balai, deux ou trois brosses, un anneau de caoutchouc jonchent le fond mais c’est tout.  On dirait que l’amitié les sauve et qu’ensemble, ils arrivent à s’échapper de la réalité atroce qui les entoure.
Mais qu’adviendra-t-il du survivant si l’un des deux vient à mourir ?
(Vader est mort en 2006. Baby était encore vivant en 2014, dans un nouveau bassin) 

Dauphins de rivière : ramenez-le dans l’Orénoque !

Ces dauphins roses qui volent dans les arbres

Vader et Baby avec l’anneau de caoutchouc et la roue à brosses.


Baby Butu, toujours vivant

 

Photo Udo/Renate

Un zoo coupé en deux par une autoroute…

 

Retour sommaire

Iris et Ivo au Zoo de Duisburg