Boudewijn Seapark : mensonges par omissions

Boudewijn Seapark : mensonges par omissions

Dans un article publié le jeudi 12 avril 2012 par le groupe Sudpresse (La Capitale, La Meuse, etc.), le directeur du Boudewijn Seapark, M. Bernard Logghe, évoque la manifestation qui se prépare devant les portes de son parc d’attractions.

Il y soupire d’un ton las : « Une manifestation de plus, ça devient ridicule . Ces gens sont des radicaux qui disent des mensonges pour influencer le public.  On ne sait pas discuter avec eux, donc, je ne tiens pas à le faire ».
« Qu’on ferme alors tous les zoos du monde qui attirent chaque année des millions de visiteurs !  continue-t-il, « Chez nous, nous comptons un soigneur personnel par dauphin. Quel hôpital peut en faire autant ? Rien n’a jamais prouvé le stress causé aux dauphins. Et puis même , les hommes aussi ont du stress et ce stress est parfois positif ».
Stress ou pas stress ? M. Logghe se contredit un peu, mais soit. Il n’en est plus à cela près…

Le journaliste, Pierre Martin, rappelle en conclusion que le Boudewijn Seapark fêtera ses 50 ans l’an prochain (son delphinarium, lui, a été officiellement inauguré en 1972)  et qu’il a obtenu l’an dernier une excellente cote de la part de l’Association Européenne pour les mammifères Aquatiques.

M. Martin néglige cependant de préciser que l’EEAM, fondée au Delphinarium de Hardewijck, est uniquement composé de professionnels du secteur, tous convaincus de l’intérêt financier des parcs marins et de la nécessité de maintenir en vie aussi longtemps que possible leurs détenus, compte tenu de l’interdiction légale relativement récente d’en capturer en mer.

Qu’une coalition de dresseurs de dauphins ne trouve rien à redire à la mort de la petite Flo, morte sans surveillance la nuit du 5 au 6 janvier 2012 (un dresseur par dauphin ? Vraiment ?) pour des raisons qui resteront à jamais inconnues, qu’elle n’ait rien à reprocher aux accouchements atroces qu’eurent à subir Roxanne et Yotta en 2011, et moins encore à la déportation de la delphine Linda et de son fils Mateo, désormais parqués seuls dans un delphinarium sub-standard, reste parfaitement logique.
On ne se critique pas entre honorés collègues, pas même lorsqu’ils capturent les dauphins dans un bain de sang, comme à Taiji (Japon) ou qu’ils massacrent des dizaines de dauphins à la chaîne, comme à Connyland, vigoureusement soutenu par l’EEAM !

La manifestation de 2012.

Plus grave est l’accusation adressée aux « radicaux qui mentent ». Allons ! 
Le Dr Lori Marino, neurobiologiste de renom international qui découvrit que la conscience de soi existait chez les dauphins, et réclame aujourd’hui la fin immédiate  de toute contention de cétacés en basin, serait donc une menteuse.
Le Dr Toni Frohoff, éthologue cognitiviste, qui a révélé le stress extrême qu’endurait les dauphins de Bruges, serait donc une menteuse.
Les scientifiques attachés aux associations ENDCAP, BORN FREE et WDCS, qui publièrent deux rapports accablants sur le delphinarium de Bruges, seraient donc des menteurs ?

Mais qui ment le plus, dans cette affaire ?
Des gens ayant consacré leur vie à étudier la culture, les langages la vie sociale et affective des dauphins et autres cétacés, ou ce petit monsieur, parachuté directeur de cirque aquatique, et dont la compétence doit surtout consister à faire grimper le chiffre d’affaires de son entreprise commerciale et à tromper le public en lui cachant la vérité ?

Boudewijn Seapark Bruges dauphin mort

Serait-ce là Milo, mort à 8 ans ?

Le delphinarium de Bruges réjouit la famille toute entière


Le nouveau show pédagogique du Boudewijn Seapark