Chimelong Ocean Kingdom, la référence en maltraitance animale

Spectacle de bélugas russes au Chimelong Ocean Kingdom

Chimelong Ocean Kingdom, la référence en maltraitance animale

Le Chimelong Ocean Kingdom à Zhuhai dans le sud de la Chine, est sans doute la référence absolue en matière de maltraitance animale. C’est aussi l’un des plus grands aquariums du monde, souvent loués par les médias avides de superlatifs, mais ses détenus souffrent l’enfer…

« Si vous voulez parler des problèmes de bien-être animal dans l’industrie des delphinariums, alors le Chimelong Ocean Kingdom s’impose comme la nouvelle référence pour en évaluer les dégâts.
Depuis son ouverture en 2014, la China Cetacean Alliance surveille attentivement le parc et ses détenus.
Quatre ans ont passé et depuis lors, nous avons vu de plus en plus d’animaux arriver dans les piscines du parc marin, tout en notant que beaucoup d’autres  disparaissaient. En revanche, les enclos où ils doivent survivre n’ont fait l’objet d’aucun changement et les shows de mammifères marins sont restés plus ou moins les mêmes ».
China Cetacean Alliance- Report on Chimelong OK 2018

Les dauphins blancs de Chine

En janvier 2017, un article paru dans le National Marine Mammal Treasure signalait que 4 dauphins blancs de Chine – appelés aussi dauphins à bosse de l’Indo-Pacifique – étaient officiellement exhibés au Chimelong Ocean Kingdom à Zhuhai, dans un espace intitulé « Base scientifique » et que le cinquième était toujours à l’arrière de son nouvel enclos.
Les cinq dauphins blancs avaient transférés du Singapore Undersea World au « Chimelong OK » en 2016, malgré le fait que les dauphins blancs de Chine sont des animaux inscrits à l’Annexe I de la CITES et qu’aucun commerce de leur corps, mort ou vivant, n’est autorisé.

En mars 2017, nos bénévoles se sont rendus au parc Chimelong mais ils n’y ont vu que quatre dauphins blancs.
Ils ont noté aussi qu’il y avait une forte rotation du personnel, ce qui signifie que les cétacés ne disposaient pas d’un personnel formé attentif à leurs besoins.

En juin 2018, il n’y avait plus que trois dauphins.
Quant à la base scientifique «Dolphin Bay», où ils étaient exposés, était en fait le bassin où l’on avait enfermé pour la première des grands dauphins il y a 17 ans.

Les trois dauphins blancs vus cette année seraient, selon le personnel, un couple et leur fils. La mère et le fils sont restés proches l’un de l’autre et sont gardés dans un bassin étroit. La nageoire dorsale du mâle est manifestement déformée et son rostre est blessé. Enfin, ses dents sont apparentes au niveau de la mâchoire inférieure.

Le personnel a déclaré que ce mâle utilisait souvent son rostre pour frapper le mur de la piscine.
« Mais comme il se trouve dans l’eau, ce n’est pas facile de le soigner ! Il est dans l’eau et lui donner des médicaments est très compliqué ».  
Des experts travaillant avec l’ Alliance Chinoise pour les Cétacés ont cependant confirmé que les vétérinaires donnaient des médicaments aux dauphins tout le temps dans les delphinariums. L’idée selon laquelle ils ne peuvent pas recevoir de médicaments parce qu’ils sont dans l’eau est évidemment fausse. Un médicament pour la peau peut sans doute être difficile à appliquer et il se dissout rapidement, mais le dauphin peut toujours recevoir des antibiotiques par voie orale, ce qui permettrait à la mâchoire de guérir.

L’aileron blessé du dauphin blanc de Chine

La mâchoire inférieure de ce dauphin est gravement atteinte

Quand il ne se tape pas le rostre contre la paroi de sa piscine, le mâle reste à flotter sur l’eau sans rien faire pendant de longues périodes.
Mais que pourrait-il faire ? En captivité, sinon attendre son poisson congelé, il n’y a pratiquement rien à faire – et pour des  êtres aussi puissamment intelligents que les dauphins, c’est un sort extrêmement cruel. Dans la nature, les dauphins blancs sont des prédateurs. Leur état physiologique et psychologique est lourdement affecté par l’enfermement en captivité et ils souffrent donc constamment.


Dolphin Island : les dauphins Tursiops et les dauphins tachetés

À la fin de 2016, Dolphin Island possédait  9 grands dauphins et cinq dauphins tachetés, mais cette année, il n’y avait plus que 8 Tursiops et toujours 5 dauphins tachetés.
Dolphin Island est occupée par ces deux espèces de dauphins. Il n’y a pas aucun enrichissement environnemental prévu pour ces animaux si  si intelligents, à part quelques rochers artificiels.

Presque tous les dauphins sont couverts de marques de morsures et d’autres cicatrices.
L’un des grands dauphins Tursiops présentait également des symptômes de cataracte. En moins de 30 minutes, nous avons observé plusieurs comportements agressifs dans le bassin, tels que des menaces gueule ouverte. Nous avons également noté que les dauphins tachetés restaient regroupés ensemble, pour résister aux harcèlements constants dans ce bassin surpeuplé.

Marques de morsures en râteau

Dauphin souffrant de cataracte

D’autres blessures sur le dos d’un dauphin

Dauphin tacheté blessé

Dolphin Theater : les grands dauphins et la fausse orque

Au Théâtre des Dauphins, il y a 10 grands dauphins capturés aux îles Salomon et entre 4 et 8 grands dauphins capturés au Japon, ainsi que la seule pseudorque survivante, sur les 7 en 2013.
De 2014 à 2018, ils ont toujours fait le même spectacle. Ces dauphins ont pourtant du mal à accomplir des tours tels que le fait de se servir leurs caudales pour asperger les spectateurs, sauter hors de l’eau, lancer le ballon ou s’élancer tous ensemble vers le bord de la piscine.
Étonnamment, cette année, il semble qu’un nouveau tour ait été ajouté, puisqu’un dauphin traîne derrière lui un bateau pneumatique chargé d’un petit enfant autour de la piscine!

De toute évidence, ce tour présente un danger extrême pour les enfants et un effort pénible pour les dauphins. L’immense majorité de l’auditoire est constituée de parents avec leurs enfants. Beaucoup de ces parents veulent sans doute que leurs enfants découvrent les animaux et apprécient la Nature. Ce n’est certainement pas le message que transmet un tel spectacle.

La dernière pseudorque participe au spectacle avec les dauphins

Une musique tonitruante accompagne le show, tandis que le public est invité à toucher les cétacés et à se faire photographier avec eux pour la somme de 168 RMB.

 

Séance photo

Appareil photo et petit bateau qu’on retrouve d’ailleurs dans tous les delphinariums, à Bruges comme à Harderwijk.

L’universel petit canot tiré par un dauphin esclave

 

Théâtre de la Baleine Blanche : les bélugas russes

Les 8 bélugas ont permis au Chimelong de réaliser d’énormes bénéfices dans le cadre d’une émission télévisée en 2015. Mais aujourd’hui, leurs espaces de vie n’ont pas été agrandis et leurs enclos n’ont pas été agrandis. Ces baleines blanches ne peuvent ni nager ni plonger librement et il leur est impossible de chasser et de socialiser.

Ce sont les mêmes musiques bruyantes, les mêmes bassins vides de tout objet, le même show théâtral rempli de comportements anormaux et privés de tout contenu éducatif.
Malheureusement, la seule chose qui a changé depuis 2014, c’est qu’il est désormais possible d’embrasser les bélugas comme au Georpgia Aquarium et que de nombreux touristes étrangers ou chinois ne se privent pas de le faire chaque jour en se prenant en photo.

Touche-touche avec les bélugas. Une pratique encore très appréciée aux USA

 

Quant aux 13 bélugas présents, ils nagent chaque jour en rond dans leur bassin ou attendent, dressés dans l’eau à la verticale, que quelqu’un vienne les nourrir. 
Afin de garder un peu d’espace personnel, ils se collent contre le mur de la piscine. Un espace aussi confiné rend les bélugas captifs nerveux et plus enclins à des comportements agressifs. Il n’est pas surprenant que tous soient couverts de cicatrices sur tout le corps.

Béluga collé à la vitre

Cicatrices diverses sur la peau des bélugas


Autres animaux
Les requins-baleines

Chimelong Ocean Kingdom prétend posséder le plus grand nombre de requins-baleines dans toute la Chine. 
En plus des requins-baleines, l’aquarium des requins-baleines abritait jusqu’ici beaucoup d’autres poissons, mais cette année, le nombre d’espèces a diminué.

Le nombre de requins-baleines a été réduit de 8 à 5.
Chacun d’entre eux portent de graves abrasions aux nageoires, sur le corps et à la caudale. Ce type de blessures est difficile à éviter en raison de l’espace limité où évoluent ces géants, qui frottent le verre et la paroi de la piscine lorsqu’ils tournent dans le bassin. .
En outre, il n’est pas facile de satisfaire les besoins biologiques des requins-baleines. Maintenir une si grande espèce en captivité est une grande source de souffrance pour ces animaux.

Corps de requin-baleine présentant des écorchures

Les frottements répétés contre la paroi et la vitre usent la peau des requins-baleines


Les renards arctiques et les ours polaires

Les renards montrent tous les signes habituels du stress, avec perte de poils (alopécie) et auto-mutilation des pattes.
Le sol de leur enclos n’est jamais nettoyé et il n’y a aucun substrat sous eux, aucune terre où les renards pourraient creuser des trous, ce qui réduit la taille de leurs griffes.

Le renard arctique s’arrache les griffes

De nombreux pays étrangers ont déjà arrêté la captivité d’animaux présentant des besoins biologiques et psycho-sociaux complexes tels que les cétacés, les ours polaires et les éléphants.
En Chine, les ours blancs sont encore très courants dans les zoos.
Les deux spécimens que possède Chimelong sont logés à l’intérieur d’une enceinte réfrigérée, de sorte qu’ils ne souffrent pas de chaleur. Néanmoins, leur espace vital est fort petit et la température à l’intérieur de leur enclos est encore trop élevée pour ces ours. Tous deux souffrent de stéréotypies prononcées et semblent extrêmement maigres.

Les ours polaires arpentent leur enclos

Otaries, morses et phoques

Chimelong a des lions de mer, des phoques barbus et des morses.
Certains sont utilisés pour effectuer des shows en plein air et se livrer à des comportements complètement anormaux pour des pinnipèdes.
Les touristes ont la possibilité de nourrir les otaries et les phoques avec de la nourriture gratuite facilement disponible, de sorte que les animaux ne sont pas nourris avec des quantités appropriées.

Spectacle de morses

Otarie se tenant en équilibre sur une seule nageoire.

Maladie de peau sur le dos de l’otarie

 

Morse et phoques en plein air

Presque tous les animaux que vous voyez dans les aquariums du Chimelong Ocean Kingdom ont été capturés dans la nature. Il y a plus de victimes cachées derrière celles que vous voyez, en raison du stress et des traumatismes liés à la capture et au transport. Les animaux nés en captivité sont privés de la vraie vie qu’ils devraient vivre.

À part leur apparence, ces animaux captifs partagent peu de choses avec leurs homologues sauvages en liberté.
Les animaux captifs sont physiquement et psychologiquement contraints et les populations sauvages sont gravement touchées par les captures.
Si vous allez en Chine, s’il vous plaît, ne visitez pas les parcs marins qui gardent des cétacés en captivité et prenez conscience de toutes les souffrances qui surviennent en coulisses.

China Cetacean Alliance Report 2018

Et c’est précisément dans les coulisses du Chimelong que 9 orques capturées en Russie attendent d’exécuter leurs premiers shows dans la seconde moitié de l’année 2019.   

A new photo has been posted online showing six of Chimelong’s nine orcas at the company’s Killer Whale Holding Facility….

Posted by China Orca News 中国虎鲸新闻 on Friday, September 7, 2018

 


Fan Bingbing et le béluga

Les premières orques arrivent en Chine