Dauphins captifs : c’est fini pour la Suisse ?

Shadow et Chelmers sont morts à Connyland sous l’effet combiné d’une rave-party d’enfer, d’une surdose d’opiacés ou de MDMA

13.03.2012

Dauphins captifs : c’est fini pour la Suisse ?

Berne (AP) 
La mort de plusieurs dauphins au delphinarium Connyland, à Lipperswil (TG), ne laisse pas insensible les parlementaires fédéraux.
Le Conseil national a accepté mardi une motion d’Isabelle Chevalley (Verts libéraux/VD) visant à interdire la détention de dauphins et baleines en Suisse.
Pour le reste, le plénum a procédé à un « toilettage » de la loi sur la protection des animaux censé renforcer leur bien-être.
Le Conseil des Etats devra se pencher à nouveau sur le dossier.

« Combien faudra-t-il encore de morts de dauphins pour que nous réagissions? Il est temps de mettre fin à une attraction d’un autre âge, en interdisant la détention de dauphins et de baleines en Suisse », a argumenté Isabelle Chevalley.
Et de rappeler que huit dauphins sont morts en trois ans dans l’unique parc d’attractions qui subsiste en Suisse, le Connyland, créé en 1983. Ce taux de mortalité est inadmissible.

Rapporteur de la commission, Oskar Freysinger (UDC/VS) a appelé en vain à ne pas créer une « Loi Connyland ».
La proposition de la Vert’libérale a été acceptée par 112 voix contre 60.  En novembre dernier, une pétition de l’association OceanCare munie de 77.776 signatures contre l’importation de dauphins et la création de nouveaux delphinariums avait été remise aux services du Parlement.

La Vaudoise a eu moins de succès avec la proposition d’octroyer un droit de recours aux associations contre les décisions des autorités cantonales concernant l’expérimentation animale et la loi sur la protection des animaux. Ce serait réintroduire « par la petite porte » l’avocat pour les animaux, que le peuple a refusé à 83%, a critiqué Oskar Freysinger, soutenu par le ministre de l’économie Johann Schneider-Ammann. Ce dernier a relevé que ces organisations sont déjà étroitement associées aux procédures d’autorisations. Les Verts libéraux estiment de leur côté qu’il est temps de donner les mêmes droits aux associations de protection des animaux qu’à celles de protection de la nature: « Comment expliquez-vous qu’on puisse faire valoir les droits d’un arbre, et pas ceux d’un animal? », a demandé Isabelle Chevalley. Les propositions de minorité en ce sens ont été repoussées par 99 voix contre 68.

L’ensemble de la loi renforce globalement la protection des animaux. Elle interdit par exemple désormais aussi l’exportation et le transit de peaux de chiens ou de chats, et non plus seulement l’importation. Le plénum a par ailleurs souhaité ancrer dans la loi l’interdiction de transit par les routes suisses des animaux d’abattage, une disposition inscrite jusqu’ici dans l’ordonnance. Le transit ne serait admis que par rail ou par avion.
Au vote sur l’ensemble, la modification de loi a été adoptée par 173 voix sans opposition.

(AP / 13.03.2012 10h52)

Voilà ce qui leur sert de mer… Ici, nettoyage du bassin.

Soulignons cependant que la captivité des dauphins n’est pas encore interdite : les trois derniers dauphins qui mourront à l’avenir ne pourront simplement pas être remplacés, ni aucun autre importé, ce qui ne sera pas sans poser des problèmes de solitude aigus aux derniers survivants.

Message de Gaby Bühler
« Seule l’importation de dauphins en Suisse est interdite. Les delphinariums restent légaux. Le Gouvernement a décidé de parler des delphinariums une nouvelle fois et a refusé de voter  une loi qui interdirait définitivement tout delphinarium en Suisse. La question sera ré-abordée en juin prochain. Le 1er avril, nous organisons une manifestation devant Connyland. Ric O’Barry sera présent, de retour d’Allemagne.

8 dauphins sont morts au cours des trois dernières années dans cette geôle. Il ne reste plus sur place qu’une mère et ses deux fils, respectivement âgés de 10 et 7 mois.
Connyland est incapable de présenter un show « correct » dans ces conditions. Nous exigeons la fermeture immédiate de ce delphinarium. Les dauphins peuvent être envoyés au Maroc, chez Miss Katharina Heyer. Elle met en place un centre de réhabilitation et de revalidation pour cétacés là-bas. Ils pourraient vivre dans un enclos marin fermé avec de la véritable eau de mer. Fini le chlore es bassins ! Je suis sûr qu’ils y seraient très heureux. Ils pourraient redevenir des dauphins véritables et non plus des clowns !
La manifestation aura lieu de 10 à 12h 30. Tous les amis des dauphins y sont les les bienvenus ».

En attendant, le spectacle continue en effet dans l’enceinte de l’ignominieux cirque Connyland, exhibant les « pitreries forcées » de Chiki (capturée en mer en 1990), d’Angel (fils de Chiki né en mai 2005) et de Secret II  (fils de Chiki, né des oeuvres de Chiki en mai 2011). Le père de ces deux nés-captifs n’est pas connu.
Rappelons que Connyland a même été jusqu’à détenir une orque du nom de Dzul-Ha dans ses geôles minuscules. Elle n’y survécut qu’un an.

dzul-ha1

Dzul-Ha, l’orque suisse qui ne survécut qu’un an au Connyland

Notons aussi le rôle majeur qu’a joué le parti Vert’Lib dans cette affaire. En Suisse, contrairement à la France ou à la Belgique, les parlementaires se soucient des animaux et prennent la peine d’écouter ceux qu les défendent. Une belle leçon de démocratie pour nos propres édiles qui feraient bien d’en prendre de la graine.
Concrètement, et même si à deux reprises, une timide réponse fut donnée à nos appels par la députée Zoé Génot, que fait le parti ECOLO pour interdire les shows de dauphins captifs à Bruges, alors que désormais, le consensus scientifique est acquis : la place des cétacés n’est pas dans un bassin nu rempli d’eau chlorée ! 

Le cirque continuera jusqu’à la mort de tous les clowns-esclaves…


Connyland et ses dauphins sous Ecstasy