Dauphins roses d’Amazonie : les deux derniers captifs



Baby Butu, pâle et solitaire au Zoo de Duisburg en Allemagne

Dauphins roses d’Amazonie : les deux derniers captifs

Dauphins roses d’Amazonie : les deux derniers captifs de cette espèce survivent respectivement au Pérou et en Allemagne.
Les dauphins de rivière  eurent pourtant beaucoup de succès dans les années 70, après que les captures cruelles du directeur du Zoo de Duisburg, le sinistre Dr Gewall, en ait lancé la mode. Le Zoo d’Anvers lui-même s’offrit une poignée de tucuxi, ces charmants compagnons gris des botos roses en liberté. Aucun ne survécut.

Il est frappant de noter que lorsque les delphinariums reçoivent pour mission de protéger des cétacés en réel danger d’extinction et non de faire se reproduire des esclaves pour les shows, ils échouent systématiquement : marsouins blancs du Yang-Tsé, vaquitas, tucixi botos… Toutes ces captures n’ont menée qu’à des morts ou, comme dans le cas de botos, à quelques très rares survivants atrocement solitaires.

VENEZUELA

Dalila était un dauphin rose d’Amazonie.
Elle s’est éteinte le 15 juillet 2016 dans sa prison de l’Acquario de Valence au Venezuela.
Quelques jours plus tôt, son jeune compagnon Zeus mourait pour une cause toujours inconnue.
Dalila avait été capturée dans la rivière Guariquito le 10 juillet 1987, avant d’être amenée au  Zoo de Quistococha, au Pérou, puis déplacée au Vénézuela.
Elle est certainement morte de chagrin, car les deux dauphins étaient très liés et d’autres décès étaient survenus récemment.

Zeus, lui, était né le 21 janvier 2005 à l’Aquarium de Valence. Ses parents étaient Pénélope et Ulysse, décédés en 2011. Les deux dauphins Artemis et Helena, la sœur de Zeus, sont également décédés. Ces dauphins de rivière formaient une collection unique au monde, la seule aussi que l’on obligeait à se produire en spectacle lors de shows désespérants.
Maintenant, c’est le tour de Dalila, qui avait environ 50 ans et connut plusieurs grossesses, toutes sans issues. 

En octobre 2010, le maire de la ville avait conclu un échange avec le Daejeon Aquaworld en Corée du Sud.
Zeus et Artemis auraient été livrés en échange de poissons mandarin jaune et de 500.000 $, mais cet accord n’a pas pu se faire 
du fait de la mort d’Artemis est morte. Ce projet avait suscité de violentes protestations

 

venezuela-dolphins
L’Aquarium de Valence

L’Aquarium de Valence (officiellement Acuario de Valencia, Fundación Seijas) est un parc de loisirs situé à Valence, au Venezuela. Il est le plus grand aquarium au Venezuela, et il abrite également un petit zoo avec des espèces en provenance du Venezuela. Il est géré par la Fondation J.V. Seijas et possède également un zoo enfermant de nombreuses espèces de poissons, serpents et autres animaux endémiques au Venezuela. Il y a aussi un petit parc pour les enfants, avec des autos tamponneuses, un carrousel et d’autres jeux.
Mais il n’y a plus aucun dauphin d’Amazonie. 

PEROU

Il reste aujourd’hui un seul dauphin d’Amazonie captif au Pérou.
Huayrurín
se serait échoué en 2007 et il vit seul au Zoo de Quistococha, situé à Iquitos, d’où provenaient les dauphins du Venezuela.

En 2016, Huayrurín présentait des blessures aux nageoires dues à la pollution et aux soins médiocres reçus à Quistococha.
L’animal ne vivait pas dans de bonnes conditions et que son état de santé se détériorait chaque jour.
Sandy Tassi, une biologiste qui s’occupait du dauphin, a dû abandonner ses soins en raison d’obstacles bureaucratiques qui l’ont empêchée d’améliorer les conditions de vie de cet animal et des autres animaux du zoo, bien mal en point eux-aussi, prétendument à cause d’un budget trop serré.
Nous ignorons si le malheureux est encore en vie en 2019.

Huayrurín malade de la bouche a reçu une sorte de bleu de méthylène en guise de soins

 

ALLEMAGNE

Quand un dauphin de rivière survit, c’est pour longtemps et pour des raisons que l’on s’explique mal.
En visite au Zoo de Duisburg, nous écrivions en 2004 :
« On pourrait  s’inquiéter à raison de la pénible situation des deux dauphins de rivière (Inias) capturés dans l’Orénoque (Amazonie) et qui tournent jour après jour, année après année, l’un autour de l’autre en se caressant de l’aileron.
Isolés dans l’Aquarium aux Poissons, aucun show n’est prévu pour eux, aucune occupation, pas même un rayon de soleil : leur bassin métallique aux murs rouillés est grand comme un placard  balai, deux ou trois brosses, un anneau de caoutchouc jonchent le fond mais c’est tout.  On dirait que l’amitié les sauve et qu’ensemble, ils arrivent à s’échapper de la réalité atroce qui les entoure. Mais qu’adviendra-t-il du survivant si l’un des deux vient à mourir ?

Ce sont là les derniers témoins des terrifiantes razzias menées par le Dr Wolfgang Gewalt dans les années 60 et 70 aux fins d’alimenter de manière spectaculaire les geôles de son tout nouveau Zoo. Pour capturer ses dauphins d’eau douce – combien sont morts pendant ces expéditions, nul ne le sait ! – soit il les aveuglait avec de fortes lampes, soit il attachait l’un des leurs à une branche au milieu de la rivière et attendait que ses compagnons lui viennent en aide pour les attraper ! 

Nos deux botos sont aujourd’hui respectivement âgés de 40 et 30 ans. C’est pourquoi on les surnomme désormais « Papa » (Vater) et « Bébé »(Baby Butu).  De manière tout à fait exceptionnelle, ils sont parvenus à survivre à l’enfer de Duisburg depuis 1975 ! »

Des jouets pour tenir compagnie à Baby Butu

Vader est mort en 2006.
Et malgré son chagrin, Baby Butu semble toujours plus ou moins vivant, dans un nouveau bassin déguisé en lagon tropical qu’il a rejoint quelques années plus tard.

CONSERVATION : l’ECHEC TOTAL ! 

dalila1
Dalila est morte sans descendance, après plusieurs accouchements ratés

Alors que les dauphins d’Amazonie sont réellement en grave danger, contrairement à l’orque ou au grand dauphin de l’Atlantique, leur reproduction en bassin est un échec total.
Pourtant,  ils ont été capturés puis exhibés en grand nombre dans les delphinariums, au nom de la « conservation ». Plusieurs centaines d’entre eux ont été capturés entre les années 1950 et 1970, et ont été distribués dans les delphinariums au Etats-Unis, en Europe et au Japon. Environ 100 dauphins de rivière se sont retrouvés dans des delphinariums américains et seulement 20 ont réussi à y survivre. Le dernier est mort à Pittsburgh Zoo en 2002.
Après la mort de la dernière femelle, Dalila, ce ne sont certes pas les deux derniers mâles captifs, Baby Butu et Huayrurín, qui vont sauver l’espèce !

dolphin-peru
Huayrurín

 


Bientôt la fin des dauphins Tucuxi ?

Ces dauphins roses qui volent dans les arbres


Dauphins roses d’Amazonie : les deux derniers captifs

log in

reset password

Retour à
log in