Les derniers delphinariums d’Allemagne 

Les derniers delphinariums d’Allemagne

Les derniers delphinariums d’Allemagne sont en train de mourir : la captivité des cétacés ne fait plus recette auprès de la nouvelle génération en Europe, nettement mieux informée que celle de ses parents. C’est donc à un combat désespéré pour la survie de cette attraction animalière que nous assistons. Il en va de même en Italie, en Finlande, aux Pays-Bas, mais pas encore en France ni hélas, en Chine ou en Russie.
Néanmoins, même ces fantômes d’une gloire passée, Nuremberg et Duisburg, n’ont pas encore perdu leur faculté de nuire… 

Dans les années 90, l’Allemagne comptait encore 9 delphinariums.
Depuis, 6 d’entre eux ont fermé leurs portes, à savoir :
– Europapark Rust, à Freiburg
– Holiday Park Hassloch, à Speyer
– Phantasialand, à Bruehl
– Tierpark Hagenbeck, à Hamburg
– Hansapark Sierksdorf, à Luebeck
– Heidepark, à Soltau
– Allwetterzoo, à Münster

Les dauphins détenus dans ces 6 établissements fermés ont été transportés vers d’autres delphinariums allemands ou – dans quelques cas plus rares – exportés vers d’autres pays. Quant au delphinarium de l’Allwetterzoo de Münster, fermé fin 2012, il n’a pas libéré ses détenus comme il l’avait promis. En févier 2013, Nando, Palawas et Rocco ont été déportés au Dolfinarium de Hardewijk.

Nando, Palawas et Rocco ont été déportés au Dolfinarium de Hardewijk

Quant aux deux derniers delphinariums d’Allemagne, celui du zoo de Duisburg et celui de Nuremberg, ils sont encore bien loin d’avoir fermé. Les installations de Duisburg ont été dotées d’un nouveau toit. Celui-ci s’était effondré une première fois il y a quelques années, laissant les dauphins exposés au froid de l’hiver germanique.
En Belgique, ce delphinarium sinistre est resté dans quelques mémoires suite à la campagne « Libérez Iris et Ivo » lancée en 1995.
Iris avait été capturée en Floride avec son fils Ivo et parvint à survivre presque 20 ans dans l’enfer du delphinarium d’Anvers.
Quand celui-ci fut enfin fermé sous la pression des activistes en 1999, les deux derniers survivants ont été déportés à Duisburg.
En quelques mois, le jeune Ivo parvint à tuer son rival Play Boy. Il n’y avait en effet pas de place pour deux mâles adultes dans un même bassin aussi minuscule et c’était un crime que de les y avoir placé.
Iris se laissa mourir lentement en refusant de participer au show et s’éteignit d’une mystérieuse « leucémie due au grand âge » (34 ans) en mars 2003.  Aucun traité vétérinaire ne mentionne cette maladie.

Depuis ses débuts, l’histoire du Zoo de Duisburg est une longue suite de tragédies.
Son fondateur adorait capturer les dauphins lui-même, à la main, et hésitait pas à faire attacher un dauphin rose à un poteau au milieu de la rivière pour que ses appels fassent venir d’autres botos.  Plus de 60 dauphins périrent à Duisburg mais aussi toutes sortes d’autres cétacés et même deux dauphins roses de l’Amazonie, dont il ne reste qu’un seul survivant aujourd’hui.

De son côté, NurembeNuremberg rg a investi 24 milliards d’euros dans un soi-disant «lagon des dauphins ».
En outre, depuis 2011, le delphinarium offre à ses visiteurs une nouvelle attraction qui leur permet de se rapprocher des dauphins. Il prétend désormais exhiber ceux-ci dans un «environnement naturel», bien qu’il soit difficile d’imaginer qu’un bassin de béton nu puisse jamais ressembler à l’océan. Quant au lagon, il ne vaut guère mieux qu’une mare. Le zoo poursuit également des activités de delphinothérapie, à l’instar du Boudewijn Seapark à Bruges et ce, malgré le fait que les bénéfices d’une telle thérapie ne reposent sur aucune preuve scientifique.

Les dauphins sotalia de Nuremberg


Archives

Heide-Park Soltau
Fermé en 2008

Le Heide-Park Soltau était  le plus grand centre de loisir de l’Allemagne du Nord, puisqu’il couvrait une superficie de 850 000 m².
« C’est aussi l’un des plus beaux et des plus grands delphinarium d’Europe », affirmait sa publicité, « avec environ deux millions de litres d’eau de mer artificielle. La température de l’eau des bassins est de 18 degrés Celsius. 1800 places assises sont disponibles sur les gradins. De 3 à 5 représentations ont lieu chaque jour. »

En été 2002, 4 dauphins Tursiops y étaient détenus,  à savoir : deux femelles du nom de Daisy et Melbourne et deux mâles du nom de Fritz et Joker.
Le chef des dresseurs était Max Kolb, « qui accorde une importance particulière à informer son public sur les exploits de ces animaux marins ». Selon plusieurs activistes internationaux, la situation sanitaire et morale des quatre dauphins de Soltau justifiait une action musclée en vue d’une fermeture immédiate.

En 2008, Merlin Entertainments, nouveau propriétaire des lieux et opposant déclaré à la captivité des dauphins, a commencé à chercher une nouvelle « maison » pour les dauphins du parc Heide.
« Les relâcher dans la nature n’est pas une option, car ils sont nés en captivité et ne survivrait pas. Après avoir examiné toutes les options, il a été conclu que les plus cours convenable à court terme était de prêter les dauphins de Heide-Park à Nuremberg zoo, qui dispose d’excellentes installations et de programmes de soins complets et complets pour ces animaux, et où ils peuvent également rencontrer à d’autres dauphins.
Le zoo de Nuremberg fournira un logement temporaire idéal pendant que Merlin poursuit sa recherche de sanctuaires marins« .
Dix ans plus tard, les bélugas de Shanghai se dirigent vers le leur.

Delphinarium Münster GmbH
Fermé en 2013

Ce « Zoo ouvert par tous les temps  » (Allwetterzoo), le delphinarium est visitable gratuitement durant toute la journée, dès 10 heures du matin, à la différence de celui de Duisburg où il faut payer une seconde entrée. 

Autre différence : ici, les otaries et les dauphins ont le même statut que les éléphants ou les singes. Ils ne sont pas des animaux de cirque mais de simples pensionnaires du zoo. Ils peuvent dès lors être observés en train de jouer, de se nourrir, de se reposer ou de recevoir leurs entraînements quotidiens destinés à faciliter les examens médicaux ultérieurs. Il n’y a aucun show, on peut entrer et sortir du delphinarium à n’importe quel moment. Ceci marque une tendance intéressante qui vaut d’être notée et indique le malaise croissant de l’Industrie de la captivité sous le feu roulant des critiques.

Environ 2 millions de litres d’eau de mer circule dans les deux bassins qui sont reliés l’un à l’autre.
Six grands filtres, assurent le nettoyage de cette eau, dont la température est maintenue en permanence entre 19 et  24° C.
Nemo et Nando sont des dauphins Tursiops nés au Zoo de Nuremberg en 1986 et en 1990. Ils vivent à Munster depuis 1996.

Paco et Coco sont, eux, des dauphins de rivière de l’espèce Sotalia originaires de Guyane. Ils sont arrivés de Nuremberg en 1991. Ce sont les seuls et les plus vieux Sotalias captifs en Europe. Le Zoo d’Anvers en avait également commandé dans les années 70 mais ils n’ont pas survécu.

 

Le delphinarium du zoo de Nuremberg

Le delphinarium de Nuremberg (Allemagne) s’est ouvert en 1971. Il a perdu une première fois tous ses dauphins suite à une épidémie, puis a modifié ses installations. En 1980, le delphinarium est enfin parvenu à faire naître un dauphin en captivité. Cet établissement est considéré comme un modèle de modernité parce qu’il ne fait pas mystère de ses déboires antérieures (de nombreux dauphins y sont morts) et tient un discours extrêmement habile à propos de la captivité.

En réalité, le zoo possède deux delphinariums, mais un seul est ouvert au public, l’autre étant réservé aux études – nombreuses – et à l’élevage. Plusieurs fois par jour, une présentation des dauphins est faite par les soigneurs.
Il s’agit bien d’une « présentation » et non d’un spectacle. Le comportement, le mode de vie, le régime alimentaire des dauphins sont expliqués à cette occasion. L’entrée du delphinarium est payante, mais vous pouvez également observer les dauphins sous l’eau gratuitement ; en effet en passant derrière le bâtiment, vous longerez un couloir de vitres donnant sur le bassin.

Notons qu’à l’emplacement actuel du delphinarium, se trouvait jadis l’installation pour les ours blancs.
En effet, le zoo possédait un vieil ours qui mourut. Le zoo de Karlsruhe cherchait alors un zoo pouvant accueillir ses quatre ours blancs pendant le temps de la construction de la nouvelle installation au zoo de Karlsruhe. Le zoo de Nürnberg se proposa donc et hébergea les quatre ours.

Malheureusement , le 29 mars 2000, aux alentours de 18h 30, un visiteur libéra les quatre ours blancs qui se mirent à gambader dans le parc. Par chance, les visiteurs étaient peu nombreux et ils furent évacués rapidement. Des équipes s’organisèrent, et les soigneurs essayèrent d’endormir les ours mais leur pelage hivernal ne permit aux projectiles d’atteindre leur but. Des appâts de viandes furent également déposés dans l’enclos mais cela resta sans succès. Avec la tombée de la nuit et le stress grandissant chez les ours, une seule solution devenait envisageable. Le zoo de Karlsruhe fut prévenu et donna son accord. Les quatre ours furent donc abattus.

Le zoo de Karlsruhe héberge aujourd’hui deux ours blancs dans sa nouvelle installation. Ces deux ours sont prêtés par le zoo de Hanovre pendant la rénovation de leur installation. Le zoo de Nürnberg, quant à lui, projette de construire une nouvelle installation pouvant héberger des ours blancs mais pour l’instant cela reste un projet…


Bientôt la fin des dauphins Tucuxi ?

Le zoo de Nuremberg drogue ses dauphins captifs

La fin du delphinarium de Münster

Nando et les dauphins de Münster