Delphinariums et médias : tous complices ?

Une large couverture presse pour la conférence de 1998

 

2007

Delphinariums et médias: tous complices ?

C’est une évidence : dès qu’un bébé naît à Bruges, toute la presse en parle !
Quand il vient à mourir, tout le monde sanglote et félicite les vétérinaires pour leurs courageux efforts.
La presse dans son ensemble paraît n’obéir qu’à une loi, celle d’encenser les « prisons aquatiques » au mépris de toute déontologie, de tout esprit critique, de toute impartialité. Jamais une enquête contradictoire n’est menée, jamais un adversaire de ces pratiques d’un autre âge n’est interviewé.
Ou du moins, aujourd’hui.

Car il y a peu d’années encore, quand les delphinariums étaient gérés par de petites entreprises, la liberté de parole avait cours. Désormais, des holdings géants ont racheté ces structures. Le Boudewijn Sea Park de Bruges est ainsi devenu la succursale de l’un des plus vastes empires des parcs d’attractions, la société Aspro Ocio. Du coup, il est devenu intouchable. Pas question pour les médias de perdre la manne publicitaire dont ce dôme sinistre les arrose…

Si cette étrange connivence, cet aveuglement des journalistes professionnels face aux mensonges que leur serinent les directeurs de parcs marins, ne datent certes pas d’hier, elle alterne aussi avec de brusques éclairs d’objectivité et d’audace de la part de certains journalistes convaincus de la justesse de notre cause.
Ce fut le cas notamment vers 2004- 2005, suite à la vaste manifestation tenue devant le delphinarium de Bruges, qui conduisit à la création d’une commission parlementaire sur le sort des dauphins de Bruges. Inutile de préciser que celle-ci fut rapidement enterrée par la Ministre de la Santé publique d’alors, faute « d’arguments scientifiques convaincants »..

Depuis lors, silence radio : toutes les rédactions se sont données le mort pour ne plus critiquer, jamais, cette prison sous dôme où sont morts et mourront encore tant de dauphins Tursiops… à de très rares exceptions près.

Allons, mesdames et messieurs les journalistes, s’il vous plaît, faites votre boulot : creusez, cherchez, traquez la vérité et ne cédez pas à la paresse de n’écouter que les gérants de ce delphinarium obscur. Interrogez des scientifiques indépendants, des activistes bien informés, lisez les études en anglais, réveillez-vous !
Saviez-vous, par exemple, que sur l’ensemble des pays membres de l’Union Européenne, 13 seulement persistent à enfermer des dauphins dans un lavabo d’eau chlorée ? Les autres nations y ont renoncé pour des raisons éthiques, conscientes que la place d’un cétacé était en mer et non au cirque.
Pourquoi ne pas le dire ?

Bruges-2014-les-6-dauphins.jpg

Le monde des dauphins de Bruges en 2014

 

* Nemo est né, Youpie ! personne ne dira qu’il est mort. Nous sommes en 1995

* On oublie l’incendie de 1988 et on chante la gloire du plus grand delphinarium couvert d’Europe. Rien que ça !

* Treize dauphins entassés sous chapiteau ! Et Terry qui va mourir bientôt d’une atroce maladie de peau… Rien que du bonheur !

* Quand Gérard Lippert parle, on l’écoute. Dommage qu’il ait retourné sa veste en faveur des esclavagistes depuis lors

* J’ai toujours prétendu que les hommes sont les plus forts, plaisante Luc Tolpe. Pas de chance, Simo est mort aussi !

* Le père Noël est une ordure…et les shows très pédagogiques, reflétant parfaitement le mode de vie naturel des dauphins !

* Nemo a fini par mourir, comme tant d’autres avant et après lui. Elever du dauphin en batterie, pas simple !

* Oups là ! On avait oublié Astrid parmi le tas de cadavres ! Mais la production de dauphins en boîte continue…

* Pluie de bébés, pluie de sous, les tarifs sont même indiqués ! Mais les lions de mer n’ont pas fait long feu.

* Et voilà… Terry et Skippy sont morts. Mais Puck tient toujours le coup. Là, on ne parle plus de tarifs

* Une interview du Dr Yvan Beck sur la mort de Terry et Skippy

* Dauphins de Bruges en danger !

* Les députés face aux dauphins !

* Interview enchanteresse d’une dresseuse de dauphins

* une grande première et un gros mensonge : les dauphins libres ne donnent naissance à un enfant que tous les trois ans !


retour Bruges