Delphinothérapie au Boudewijn Seapark de Bruges

Delphinothérapie au Boudewijn Seapark de Bruges

La delphinothérapie est pratiquée au Boudewijn Seapark de Bruges depuis 2004.
Il est frappant que l’une des rares « activités scientifiques » menée en collaboration avec un organisme scientifique par le Boudewijn Seapark de Bruges, soit précisément fondée sur l’une des plus dramatiques arnaques qu’on ait pu infliger aux dauphins captifs du monde entier depuis que leur captivité existe.

Une étude a pourtant prouvé l’inconsistance de ces théories fumeuses  tandis qu’une autre, signée de notre compatriote Véronique Servais, se concluait par ces mots : « Les dauphins ont-ils un « pouvoir thérapeutique » ? Nous avons mené une recherche expérimentale afin de tester l’hypothèse que les dauphins améliorent l’apprentissage chez des enfants atteints d’autisme. Les résultats on montré que les « effets thérapeutiques » des animaux sont très sensibles à l’appareillage mis en place pour les démontrer – ils tendent à disparaître dans des conditions de contrôle très strict. L’étude montre par ailleurs que les hypothèses qui parlent « d’effet » thérapeutique de l’animal rejoignent par leur forme les discours magiques se référant au « pouvoir thérapeutique » des dauphins ».

Pourtant, ce n’est pas ce qui empêche les delphinariums de le proposer à leur client.
Il s’agit même désormais d’une activité annexe obligée, toutes les prisons aquatiques du Japon à la Chine en passant par la Russie et les USA, disposant désormais d’un « hôpital » où l’on soigne un peu de tout. C’est afin de servir à ces fariboles commerciales que des dauphins sont régulièrement capturés à Taiji et bientôt à Futo, pour transformer entre deux shows des dauphins malades, stressés, désespérés d’avoir perdu leur famille, en médecins de l’âme et du corps d’enfants porteurs de handicap.


Il est également affligeant de lire ce témoignage d’un enfant de 8 ans, qui se remet d’une méningite
.
«Mon dauphin s’appelle Puck et je l’ai fait chanter. Elle écoute bien, mais chante comme un cochon. Elle a également fait un beau saut périlleux. Jusqu’à la semaine dernière, je n’avais jamais vu de dauphins, mais je n’ai pas peur des animaux. Il y a quelque temps, je suis tombé malade et j’ai eu une méningite. Ce n’était pas bien, mais je me sens mieux maintenant ».

Sans doute va-t-il mieux et l’on s’en réjouit.
Mais Puck ? Comment va-t-elle ? Voilà plus de trente ans qu’elle n’a plus revu la lumière du jour et qu’elle tourne dans ces bassins minuscules, toujours identiques, année après année. Elle chante peut-être comme un cochon, mais les souvenirs qu’elle garde en son cœur, les images de ces chasses marins qu’elle menait avec sa maman et toute sa tribu quand elle était petite, les jeux, les amitiés, les histoires qu’on lui racontait, tout cela ferait une belle chanson très triste. Elle parlerait de tous ces morts que Puck a vu flotter près d’elle dans ce bassin obscur, de tous ces enfants dauphins morts au bout de quelques jours, quelques semaines ou quelques années et du chagrin sans cesse renouvelé de voir partir ses meilleurs amis…
La vie d’un dauphin, c’est bien plus que de faire l’automate au coup de sifflet pour le plus grand bien de nos enfants humains.
C’est un univers d’émotions, d’intelligence et de conscience totale.
Nous n’avons aucun droit de les enfermer !

Revalideren met dolfijnen

Hoewel het Dolfinarium van Boudewijn Seapark stevig onder druk staat, zijn de dolfijnen voor het Kinderrevalidatiecentrum van UZ-Gent van groot belang voor de revalidatie van de kinderen. De dolfijnentherapie zou niet alleen belangrijk zijn voor de motorische revalidatie, maar ook voor het zelfvertrouwen van het kind. https://bit.ly/2JGvuvgVanavond een reportage in AVS Vandaag.

Posted by AVS on Tuesday, March 26, 2019


La delphinothérapie au Boudewijn Seapark

« Repousser les limites de leurs capacités par la motivation et l’expérience du succès », tel est l’objectif le plus important de la collaboration entre le centre de rééducation pour enfants UZ Gent et le Boudewijn Seapark.
Le centre de rééducation pour enfants UZ Gent traite quarante enfants âgés de zéro à seize ans souffrant de lésions cérébrales graves, de lésions de la moelle épinière, de lésions nerveuses, d’amputations, de brûlures, de troubles musculaires et articulaires et de tumeurs.
Pour que la rééducation de ces enfants soit aussi aisée que possible, des activités telles que la rééducation avec les dauphins, l’hippothérapie, l’hydrothérapie, les techniques de cirque, la psychothérapie créative, etc., font partie de la rééducation multidisciplinaire quotidienne.

Le concept de thérapie par les dauphins en tant que technique de rééducation au centre de rééducation pour enfants UZ Gent a vu le jour à la fin du mois de mai 2004, lorsque plusieurs enfants gravement handicapés se sont rendus au delphinarium Boudewijn Seapark Bruges. L’enthousiasme des enfants à proximité des dauphins était si grand que l’idée est rapidement venue d’intégrer les dauphins en tant que facteur de motivation majeur dans la réadaptation de ces enfants.

En 2004, il n’existait pas d’articles scientifiques ni d’études sur l’influence thérapeutique des dauphins sur la réadaptation des enfants souffrant d’un handicap physique ou grave. À cette époque, il existait déjà en Amérique du Nord des centres faisant appel à l’intelligence et aux compétences de communication des dauphins chez les enfants atteints d’un handicap mental ou de troubles du comportement. La thérapie par les dauphins pour la rééducation des enfants était une première en Belgique.

En novembre 2005, des accords concrets ont été conclus pour le projet pilote « Rééducation par les dauphins ».
Boudewijn Seapark s’est engagé à y coopérer gratuitement. La collaboration entre le centre de rééducation pour enfants UZ Gent et Boudewijn Seapark était un fait.
Les objectifs étant pluridisciplinaires, chaque séance de thérapie par le dauphin est donc accompagnée par des physiothérapeutes, des ergothérapeutes, des orthophonistes et des psychologues.

Au delphinarium, les dresseurs confient différentes tâches à leurs dauphins en déplaçant les mains et les bras d’une certaine manière.
Si le dresseur tourne les mains, par exemple, les dauphins se mettent à chanter. S’il lève un bras en l’air, le dauphin plonge puis revient hors de l’eau dans un grand saut spectaculaire.
Un grand nombre de mouvements que les dresseurs effectuent sont également utilisés dans la rééducation motrice des enfants. L’énorme avantage est la réaction du dauphin à l’action de l’enfant. Si un mouvement est correctement exécuté par l’enfant, la récompense du dauphin résulte immédiatement.

« Au total, les enfants ont quatre sessions avec les dauphins », explique Thomas Schrijvers. « Il y a d’abord trois séances de pratique. Ceci est suivi par un spectacle pour les amis, la famille et les camarades de classe une semaine, sous la supervision de l’un de nos formateurs.
Lors d’une première séanc, les enfants ont été présentés aux animaux. Ils ont appris comment fonctionne le corps d’un dauphin. Nous leur avons montré les nageoires, l’évent et les yeux des animaux. De cette façon, les enfants savaient à quoi s’attendre. Maintenant, ils ne craignent plus les dauphins. Dans cette deuxième session, ils font faire des exercices aux animaux à travers les vitres du bassin. Les enfants sont assistés par nous et entrent en contact avec un dauphin en tête-à-tête. Ils apprennent à saluer les animaux, et les faire tourner, chanter et éclabousser de l’eau. Les exercices sont adaptés aux capacités motrices de l’enfant. « 

La thérapie par les dauphins est organisée depuis 15 ans à Bruges.
Mais cela va-t-il durer ?
On le sait, le delphinarium de Boudewijn Seapark est sous pression. L’ancien ministre du Bien-être des animaux, Ben Weyts, voulait fermer le delphinarium aussi rapidement que possible.
Pourtant, les personnes participant à ce projet assurent que le bien-être du dauphin est pris en compte à tout moment. Les dauphins ne doivent pas être stressés par le fait de s’occuper de ces enfants et ne doivent être obligés de participer d’aucune manière.

Dr. Ruth Van Der Looven, UZ Gent: «L’expertise de plus de 10 ans de thérapie par les dauphins nous enseigne que cette forme de thérapie a une énorme valeur ajoutée dans le processus de réadaptation de chaque enfant. « 

Geertrui Quaghebeur, Boudewijn Seapark: «Pour nos dauphins, travailler avec des enfants est un changement agréable. Ils ne sont jamais contraints à aucun moment. La coopération entre les enfants et les dauphins est centrale. Au cours des 10 dernières années, cela a donné lieu à de nombreux beaux moments et à des rencontres inoubliables. Fantastique, émotionnel et parfois attachant. Nous sommes heureux de participer à cela. « 

Sources :
http://www.kinderrevalidatie.be/site/uz-kinderrevalidatie-dolfijnenproject#samenwerking
http://www.pretparken.be/NL/article/1544/Dolfijnen%20helpen%20al%2010%20jaar%20lang%20kinderen%20revalideren

Delphinotéhrapie en Indonésie Photo Dolphin Project


Ces dauphins thérapeutes qui se tuent à nous guérir

Dauphins thérapeutes au Best Western en Arménie

Le dauphin Puck a 50 ans