Deux bélugas ébouillantés dans les bassins de Barnum




Deux bélugas ébouillantés dans les bassins de Barnum

Deux bélugas ébouillantés vivants dans leur aquarium en 1865 : c’était là le sinistre début de l’Industrie de la Captivité Animale avec le cirque Barnum. Connu aujourd’hui sous le nom de Ringling Bros. and Barnum & Bailey Circus, il vient de renoncer à l’exhibition d’éléphants. En revanche, les bélugas captifs n’ont jamais été si nombreux dans les geôles aquatiques.  

Un jour, les bélugas disparaîtront des cirques aquatiques, comme l’auront fait les éléphants avant eux.

Si vous regardez le film « The Greatest Showman » de 2017, vous y verrez beaucoup de danses, de chansons et de belles histoires, mais vous n’y entendrez pas parler d’un feu dévastateur qui a détruit le « Musée américain » de P.T.Barnum, il y a plus de 150 ans.
Des dizaines d’animaux captifs sont morts dans les flammes, terrifiés et en a jeté d’autres dans les rues de New York en 1865 dans le pandémonium qui s’est ensuivi.

Béluga amené au port

Un siècle avant que SeaWorld ne commence à capturer des dauphins et des orques pour les enfermer dans de minuscules bassins, Barnum avait essayé sans succès de garder des bélugas vivants, capturés dans l’océan Atlantique, dans les bassins primitifs de son American Museum à New York.
Les deux premières baleines blanches amenées dans l’établissement moururent deux jours après leur arrivée. Celles qui furent prises au piège le jour de l’incendie ont du faire face à une mort encore plus horrible. Le site Historians.org raconte ceci à propos de l’événement:

Tandis que le feu dévorait les bâtiments de l’American Museum durant l’été 1865, l’eau salée du bassin des bélugas commença à bouillir. Quelqu’un a brisé la vitre en verre épais en espérant que l’eau sortant en cascade éteindrait les flammes.
Au lieu de cela, les deux bélugas – qui avaient été capturés au Canada une semaine auparavant – roulèrent sur les cendres en flammes avant de tomber dans la rue en contrebas pendant que tout le bâtiment commençait à s’effondrer.

La scène était si horrible que des journaux comme le New York Herald se firent un bonheur de la décrire en détails, ajoutant des phrases telles que «baleines bouillies» dans leurs articles. Les carcasses restèrent à pourrir pendant plusieurs jours sur le trottoir de Broadway, trop lourdes que pour être enlevées rapidement.

L’utilisation d’animaux pour le «divertissement» humain est une erreur. C’était déjà une erreur en 1865 quand le musée de Barnum a pris feu, et c’est toujours une erreur aujourd’hui.
Le sombre héritage du « The Greatest Showman » a duré des générations, réduisant les animaux à de simples accessoires aux yeux de nombreux Américains. Mais aujourd’hui, grâce à des documentaires comme Blackfish ou au travail inlassable de PETA et d’autres organisations dans le monde, des millions de personnes ont pris conscience de l’horreur de ces pratiques. Un changement massif de l’opinion publique est en cours.

Les gens savent désormais que le fait d’utiliser des animaux dans des cirques et de les garder en captivité nuit à leur bien-être physique et mental. De plus en plus, les familles et les touristes se détournent des parcs marins et des cirques qui font usage des animaux. Reléguons l’héritage honteux de Barnum dans les livres d’histoire auxquels il appartient et construisons ensemble un avenir dans lequel aucun être vivant ne serait réduit en esclavage pour vendre quelques billets.

Un texte de PETA

1865 ) 2018 : les bélugas sont toujours réduits en esclavage

 


La ville de New York interdit les cirques avec animaux !

Belugas in Aquariums: a Brief History


Deux bélugas ébouillantés dans les bassins de Barnum

log in

reset password

Retour à
log in