Delphinothérapie au Japon

Cliché privé

Le dauphin comme médicament contre l’allergie cutanée et l’autisme

 

Suite à un accord entre la Showa University School of Medicine (Département de Pédiatrie) et le Kamogawa Aquarium, l’association japonaise Oceanic Wellness Foundation a tenu sa session annuelle de dolphin-therapy durant le mois d’octobre 2001 au « Renaissance Resort » à Okinawa, dans le village d’Onna. 

Cette session était destinée aux enfants souffrant de dermatite dite « atopique ».
Vingt familles ont participé aux programmes proposés par le centre.
« Presque aucun des enfants n’avait touché de dauphin de sa vie » déclare le communiqué de presse relatant l’événement, « de sorte qu’ils étaient tous très nerveux au début. Mais très vite, ils se sont habitués aux animaux, ce qui a amené de larges sourires sur leurs visages ».

Les spécialistes japonais insistent sur le fait que les enfants souffrant de ce type de dermatite sont gravement allergiques aux animaux à fourrure, mais non aux mammifères marins disposant d’une peau nue.
En outre, si l’eau de mer leur est salutaire, la brûlure et les picotements qu’elle provoque chez ces enfants rend malaisé l’usage d’un tel traitement. En présence de dauphins, par contre, les enfants oublient la sensation de l’eau de mer sur leur peau et se concentre sur leurs nouveaux jouets vivants.

Depuis 1996, ce type de soins est pratiqué de manière épisodique dans le village d’Onna (district d’Okinawa).
Il s’agit de la première initiative de ce genre au Japon mais de nouveaux projets ont été annoncés, en vue de développer largement ce type de thérapie et de répondre ainsi à la demande sans cesse croissante du grand public.

Cliché privé

Il faut savoir en effet que de plus en plus de parents d’enfants souffrant d’autisme ou d’autres  troubles de la communication réclament de pouvoir disposer de ce type de soins et prennent contact avec le centre. 

Jusqu’ici, 110 enfants autistes ou apparentés ont déjà pris part à ces thérapies, directement inspirées de celles qui se pratiquent en Floride et placées désormais sous la houlette de la Fondation Science et Santé d’Onna et du  Département de Neurologie de l’Hôpital National des Enfants.

Les recherches sont menées par le Dr Yoji Iikura, de la Showa University Medical School, qui conduit également les traitements anti-allergiques. Selon le Dr. Iikura, la « dolphin-therapy » est sans doute efficace mais elle exige de très nombreuses séances ainsi que des recherches ultérieures.

Il y a de fortes chances pour que quelques uns des dauphins du centre d’Okinawa soient des rescapés des pêches sanglantes au rabattage menées annuellement le long de la côte et qui fournissent pour l’essentiel tous les delphinariums nationaux, généralement surpeuplés et de petites dimensions.
Par ailleurs, selon certains témoignages, l’eau des bassins serait vidée pour une bonne part lors de certaines séances, de sorte que le contact avec les dauphins à demi-échoués soit rendu plus facile pour les clients difficiles…

L’instrumentalisation du dauphin est ici totale, comme si le Japon – qui compte pourtant
parmi les plus fins spécialistes de la primatologie au monde – n’arrivait pas à admettre que le dauphin puisse être doté de la moindre conscience ou souffrir de son enfermement. Il est temps que la jeune génération d’éthologues japonais prennent désormais le relais et fasse en sorte que de telles pratiques n’aient plus lieu.

Pour en savoir plus  

Dossier Dolphin-thérapie

Dossier  » Petting-pools »

Cliché site Wellness Foundation

Retour accueil