Du rouge à lèvres pour le béluga du Sun Asia Ocean World

Du rouge à lèvres pour le béluga du Sun Asia Ocean World

Un delphinarium chinois a subi de violentes critiques après que des images choquantes aient montré l’une de ses dresseuses mettant du rouge à lèvres à un béluga dans une tentative désespérée de faire le buzz sur Internet.
Cette femme, dont on ignore le nom, semble également embrasser l’animal avant de monter sur son dos dans la vidéo postée sur la plate-forme de partage très populaire « Douyin », également connue en anglais sous le nom de « Tik Tok ».
Les images montrant la dresseuse appliquant du rouge à lèvres à la baleine blanche ont été partagées plus de 10.800 fois au moment d’écrire ces lignes. Elles ont aussitôt suscité une indignation généralisée sur les médias sociaux, beaucoup dénonçant la volonté cynique de produire une vidéo virale.

 


La branche asiatique de PETA figure parmi ceux qui dénonce le Sun Asia Ocean World à Dalian, un gigantesque aquarium dans le nord-est de la Chine. PETA déclare que ce parc ne fait rien d’autre que de transformer de majestueuses créatures aquatiques en « clowns ».

Dans une déclaration publiée en ligne, PETA Asia écrit: « Les anges souriants de l’océan sont-ils maintenant devenus des clowns?
Le rouge à lèvres contient des substances nocives pour les animaux. Qu’en est-il du bien-être de ce béluga? »
Le site officiel du parc s’est excusé depuis, selon le Daily Mail, écrivant : « Par la présente, nous exprimons nos sincères excuses à tous les amis qui aiment Sun Asia Ocean World. »

Le compte Douyin en question a également été supprimé, à moins que son nom d’utilisateur n’ait été modifié.
Keith Guo, porte-parole de PETA Asie pour la Chine, a déclaré: « En 2016, PETA a levé le voile sur ce « monde marin » qui maintient de nombreux cétacés dans des bassins peu profonds. Ces animaux marins qui ont tant besoin de contacts sociaux et d’espace marin sont perpétuellement anxieux et vivaient dans la douleur. Leur situation ne s’améliore toujours pas en Chine ».

Rappelons que les dix premiers bélugas de cet établissement ont été capturés avec la plus extrême violence en Russie, avant d’être livrés par avion de Vladivostock à Dalian par la compagnie russe Atlant-Soyuz en octobre 2006.
Le Sunasia Ocean World avait déjà reçu la même année, de la part de son confrère japonais le Taiji Whale Museum, un lot de huit dauphins fraîchement capturés dans une mer de sang lors des grands massacres annuels de 2005.
On se doute que les importations n’en sont pas restées là.

Le Sun Asia Ocean World appartient à la chaîne Haichang Holdings qui exploite actuellement 5 des 39 delphinariums chinois, à Dalian, Qingdao, Tianjin, Wuhan et Chengdu.
La construction d’un sixième parc avec cétacés captifs par une seule et même société démontre la croissance rapide de cette industrie en Chine, et sa popularité auprès du public chinois. En 2014, Haichang Holdings a noté que la fréquentation de ses parcs avait augmenté de 10,6% par rapport aux chiffres de 2013, estimé à 11.494.200 visiteurs.

En collaboration avec le groupe Disney, Haichang Holdings a également importé 4 orques de Russie pour le Shanghai Haichang Polar Ocean World, toujours en construction. Ces quatre orques sont temporairement détenues au Dalian Laohutan Ocean Park, qui appartient au groupe Haichang. La zone de construction des bassins est de 3000 mètres carrés, y compris le bassin médical et d’autres équipements.

La nage avec les bélugas est le clou du spectacle au Sun Asia Ocean World

 

Le Sun Asia Ocean World a aussi son ours polaire…

 


Industrie de la captivité : les nouveaux empires  

Delphinariums : la menace chinoise

10 bélugas de Vladivostok à Dalyan en Chine

Les premières orques arrivent en Chine