Eléphants captifs : le désespoir et l’ennui

Tyke vient de s’échapper de son cirque à Hawaï. Des hommes l’abattent sans pitié. Elle meurt dans son déguisement ridicule, son petit bonnet sur le front

Eléphants captifs : le désespoir et l’ennui

Archives

En hommage à Tyke

Le 20 août 1994, l’éléphante Tyke en eut assez.
Devant le public effaré d’un cirque plein à craquer, elle tua son dresseur, Allen Campbell, ainsi que son gardien, Dallas Beckwith, avant de s’enfuir dans la rue et de parcourir les rues du centre-ville de Honolulu, Hawaii. Tyke n’a connu la liberté que pendant 30 minutes, tout en blessant d’autres humains.
Puis elle s’est effondré, le corps criblé de 86 balles tirés par la police locale. Il lui a fallu près de 2 heures pour mourir…

 

Tyke-la-fin

Tyke était une éléphante africaine âgée de 20 ans. Elle était l’esclave de John Cuneo et de son entreprise  Hawthorn Corporation. Déjà, elle avait été en proie à des crises de violent désespoir et s’était enfuie à plusieurs reprises, mais Hawthorn Enterprise a continué à la louer pour des exhibitions publics.

La mort de Tyke, si atroce soit-elle, a créé une prise de conscience quant à la vie misérable des éléphants forcés d’exécuter des  tours grotesques dans les cirques pour notre divertissement. Son exécution a fait surgir un mouvement international visant à interdire les éléphants et autres animaux sauvages dans les cirques, mouvement qui gagne chaque jour du terrain. La Société Hawthorn, quant à elle, a été contrainte de renoncer à la totalité de ses éléphants en 2004 Tous, sauf un, vivent maintenant dans des sanctuaires.
Le martyr de Tyke n’aurait jamais du arriver mais il ne fut pas vain.
Nous voulons rendre hommage ici à sa mémoire et à son héritage.

tyke-elephant-goes-out-of-control-and-gets-executed

TYKE-KILLED-HONOLULU-570

Repose en paix, petite Tyke.


 

 

2013
Des éléphants à Maurice !

Casela Park Ile Maurice


Le monde mental des éléphants

Loin d'être solitaires, les éléphants mâles entretiennent entre eux des relations très étroites, entre alliances et conflits.


L’insémination artificielle : dernier recours d’une industrie aux abois

 


14 août 2012
Les éléphants du monde sauvage d’Aywaille

Photo HW

Afrique l’éléphant fou au Monde Sauvage d’Aywaille

 


Juillet 2012
Kai-Mook et sa famille d’anvers à Planckendael
Au-delà du conte de fées…

Programme de reproduction ou pas, les zoos sont d’abord conçus pour amuser les enfants.

 

De la savane jusqu’au zoo : le voyage du petit éléphant

Eléphants africains se livrant à un rituel funéraire (hommage aux ossements d’un proche


31 décembre 2011

Le cirque Bouglione et ses éléphants


Les éléphants du Zoo d’Anvers en 2011

Photo HW 2011

Anvers a possédé au total 31 éléphants.
5 étaient encore sur place en 2011, 3 sont nés sur place, 10 ont été déplacés vers d’autres zoos,
et pour les morts, voici le compte :

11 éléphants d’Asie,
4 éléphants issus de la savane africaines,
1 éléphant issu de la forêt africaine.
Les survivants ont été déménagés en 2012 à Planckendael

 


Janvier 2011

Elephants captifs : juste pour rappel !

Kim Clijsters massée par un éléphant


 


Birma


Un pneu pour Tina


Maggie, l’éléphante solitaire de l’Alaska
qui marchait dans la neige depuis 25 ans,
a enfin rejoint le « Paradis des éléphants » !

Maggie parmi ses semblables au sanctuaire des éléphants ! Enfin !


19 mai 2009

Exigez que le Zoo de Brookfield envoie son dernier éléphant solitaire vers un sanctuaire adapté
et mette fin à l’exhibition de pachydermes captifs !

La semaine dernière, Affie, un éléphant âgé seulement de 39 ans, est mort prématurément au Zoo de Brookfield en Illinois (USA).

Bien qu’aucune cause de ce décès n’ait été avancée par le zoo, on savait qu’Affie souffrait d’arthrose aux pattes, affection prévalentes dans les zoos où les conditions de vie de ces grands marcheurs que sont les éléphants sont monnaie courante.

L’IDA (In Defense of Animals) a aussitôt porté plainte  auprès du Département de l’Agriculture, déclarant que : « Si Affie a bien succombé aux conditions de vie indignes imposées aux éléphants captifs, le Zoo de Brookfield devrait être accusé de violation de l’Animal Welfare Act. » Nous avons également exigé que le dernier éléphant survivant, Christy, soit immédiatement envoyée vers un sanctuaire et qu’il soit mis fin à toute exhibition d’éléphants captifs.

En réponse, le zoo a fait la  déclaration suivante ainsi d’autres commentaires plus fallacieux les uns que les autres. L’’association Ida répondu avec ses propres arguments.

Il serait inhumain de persister à maintenir Christy au Zoo de Brookfield, surtout depuis qu’elle s’’y retrouve seule, sans son amie.
Amener un autre éléphant n’est pas une réponse adéquate car le Zoo est incapable de fournir à ces animaux une qualité de vie suffisante. Même si les enclos sont agrandis, cela ne changera rien au problème.

Les éléphants sont des mammifères hautement intelligents et vigoureux, adaptés à des climats tropicaux. En liberté, ils voyagent de 7 à 14 miles, voire plus, chaque jour, et restent actifs de 20 à 24 heures en cherchant leur nourriture, en explorant leur environnement et en élevant leurs petits. A l’inverse, le Zoo de Brookfield Zoo garde ses éléphants enfermés dans des cages minuscules tout au long des  interminables hivers du Midwest, ce qui les prive de tout mouvement et de toute stimulation intellectuelle.

En termes clairs, les zoos des pays froids sont dans l’’incapacité matérielle de fournir l’’espace et les conditions de vie sociale naturelles dont ces pachydermes ont besoin pour mener une vie longue et heureuse. Le fait est attesté par la mort de tous les éléphants qui ont remplacés les précédents : 7 éléphants ont pré à Brookfield Zoo depuis 1975. Plus de la moitié n’’ont jamais atteint l’âge de 40 ans, alors que la durée de cet animal avoisine les 70 ans…

Aidez-nous à forcer le Zoo de Brookfield Zoo  d’agir de manière éthique et humaine et d’’envoyer Christy vers un sanctuaire où ses conditions de vie seront plus proches de celles qui convient à ces mammifères terrestres d’une taille qui excède celle de tous les autres. Nombre de sanctuaires reconnus ont déjà reçu des éléphants issus de zoos l’’Association des Zoos et Aquariums (AZA).
18 d’’entre eux ont déjà mis fin ou envisagent de mettre fin à toute détention de pachydermes.

Les éléphants en captivité

Créons plutôt de sanctuaires comme aux USA,  où les éléphants disposent d’espace et de vie sociale !

http://www.elephants.com/index.php


 

Les éléphants captifs devenus fous de désespoir tuent leurs gardiens !
http://www.upali.ch/accident_en.html


 

L’enrichissement environnemental, une fausse piste ?


 

Comment les éléphants viennent à vous… 

Copyright Ian et Oria Douglas-Hamilton


Comment on dresse les éléphants…

Comment on dresse les éléphants…même pour les zoos !

Copyright « Der Elephant in Natur und Kulturgeschichte » 1998 Könemann Verlagsgesellschaft mbH Köln

Daisy & Dina vont en France

Les éléphants du zoo d’anvers : bébé-vedette et tout plein de sous !

Elephants mendiants-clowns en thaïlande !

La vengeance des éléphants en deuil

 Liens utiles



LES ÉLÉPHANTS EN CAPTIVITÉ DANS LES ZOOS D’EUROPE

Tout comme les cétacés, les grands singes et les autres espèces de mammifères hautement intelligentes et culturelles, les éléphants captifs meurent prématurément en raison d’un piètre régime alimentaire, d’un espace de vie exigu, de regroupements inadaptés et des mauvais traitements infligés par leurs gardiens, ainsi que nous l’apprend une fois encore une nouvelle étude publiée en octobre 2002 par la Société royale de Prévention de la Cruauté contre les Animaux (RSPCA).

Les éléphants des zoos d’Europe ont une durée de vie moyenne de 15 ans, contre 30 ans dans les parcs asiatiques et de 60 à 65 ans en milieu naturel. L’étude révèle également que 35 pc des femelles sont stériles et 15 pc des bébés morts-nés, tandis que 6 à l8 pour cent sont rejetés, voire tués à la naissance par leur mère.

La Société royale de prévention de la cruauté contre les animaux (RSPCA), qui a commandé cette étude à deux chercheurs de l’université d’Oxford, a demandé aux zoos de cesser d’importer des éléphants et d’accorder une priorité maximale à l’amélioration des conditions de vie de ceux qu’ils possèdent déjà.

La RSPCA demande également que cessent les démonstrations d’éléphants au cirques, qui supposent une obéissance obtenue à force de
punitions, de peur et de conditionnements sévères.

« Les enclos utilisés actuellement pour les éléphant sont généralement très petits, de 60 à 100 fois plus réduit que les plus petits territoires en milieu naturel  » rappelle un porte-parole de la RSPCA. « et 90 pour cents d’entre eux n’offrent aucun pâturage aux éléphants « .

On sait aussi que les éléphants libres aiment à se baigner dans les rivières. Si cet acte d’hygiène vise avant tout à débarrasser la peau de ses parasites, c’est surtout un grand moment de plaisir et de socialisation qui réunit des familles entières. Les éléphants apprécient  également les « bains de poussière » et s’aspergent de terre sèche ce qui les protègent des coups de soleil des insectes piqueurs. En captivité, rien de tout cela, bien sûr !

Les éléphants captifs, que ce soit au zoo, au safari parc ou au cirque sont contraints de vivre d’une manière radicalement différente par rapport à ce qu’ils auraient connu s’ils étaient restés libres.
Ces pachydermes sont à la fois très intelligents et supérieurement organisés au niveau de leurs structures sociales. Les aspects physiologiques, psychologiques et cognitifs de leur vie en milieu naturel sont à ce point complexes qu’aujourd’hui encore, les éthologistes de terrain découvrent sans cesse de nouveaux faits à propos de la culture des éléphants et de leurs langages à base d’infrasons.

Comment dès lors pourraient-on répondre de manière effective aux multiples de ces animaux supérieurement évolués, une fois qu’on les a retiré de leur environnement ?

Une précédente campagne de la RSPCA avait déjà mis fin à la captivité des dauphins au Royaume-Uni.
A quand le tour de la Belgique et de toute l’Europe  ?
A quand un arrêt global de la captivité pour tous les grands mammifères intelligents, qui souffrent tous des mêmes problèmes ?

Sommaire



Eléphants mendiants-clowns en Thaïlande

« Samphran Elephant Ground & Zoo, à une trentaine de kilomètres à l’ouest de Bangkok, renferme quelques beaux spécimens de la faune thaïlandaise comme des tigres, des crocodiles et des éléphants dont certains sont particulièrement doués pour le spectacle.

L’entrée paraît quelque peu particulière, voire pathétique, avec des éléphants mis en enclos et attachés à une patte, quémandant des bananes aux visiteurs. Mais a priori, cela ne choque personne et cette vision tristounette du parc est vite oubliée au profit du reste de la visite et des deux shows (éléphant et croco) qui suivent.
Le Crocodile Wrestling Show est un face à face entre l’animal et son dresseur. Tel un magicien, le maître domine parfaitement le reptile et sa mâchoire au point d’y mettre sa tête…

Elephant Theme Show quant à lui, tout aussi spectaculaire, s’articule en trois parties. De la capture au travail des pachydermes portant et débardant des billes de bois gigantesques, le premier set montre les capacités de l’animal à la tâche. Et quand il ne travaille pas, le gros mammifère s’adonne volontiers à des pitreries dont il donne un échantillon dans un pastiche de la Coupe du Monde de Football.

Une équipe d’éléphants portant les couleurs du Brésil (Ronaldo), de l’Italie (Del Piero) et d’autres stars du ballon rond se défoule devant la cage d’un gardien de but adroit…

Le meilleur de la mise en scène est une reconstitution historique d’une bataille de l’ancien Siam. Sur une puissante bande sonore, des guerriers du royaume, juchés sur leur colossale monture, défendent avec armes une forteresse en feu de l’attaque de belliqueux envahisseurs birmans. L’intensité des combats, les explosions des bombes et la taille des flammes qui n’effrayent nullement les animaux adoubés, rendent le spectacle très crédible et fort agréable. A voir ! »

Sommaire


 lundi 24 mai 2004

La vengeance des éléphants en deuil

COX’S BAZAR, Bangladesh (AP) –

Une horde d’éléphants ont détruit les maisons d’un village, semé la panique et fait fuir la population, furieux après la mort d’un des leurs tué par des braconniers dans le sud-est du Bangladesh, a annoncé dimanche un responsable des services forestiers.

Le jeune éléphant mâle avait été tué et ses défenses arrachées jeudi dans les collines du district de Cox’s Bazar, à 300 km au sud-est de Dacca, la capitale, a précisé Shyamol Mitra.

Réagissant à ce décès, un groupe d’une vingtaine d’éléphants s’est déchaîné, déracinant les arbres, détruisant quelque 50 huttes et forçant un millier de villageois à s’enfuir.

Dans le même temps, plusieurs des éléphants montaient la garde autour du cadavre de leur camarade, empêchant les humains de s’en approcher et lançant des barrissements de deuil.

Tuer les éléphants et vendre l’ivoire est interdit au Bangladesh, puni de peines allant jusqu’à cinq ans de prison. Mais les braconniers sont nombreux, une seule défense de 30 kilos pouvant rapporter jusqu’à un millier de dollars dans les pays voisins, Birmanie, Inde ou Thaïlande.


Comment dresser un éléphant, au cirque, au champ ou dans un zoo ?