Iran : deux dauphins jouaient au basket



Iran : deux dauphins jouaient au basket

Iran : deux dauphins jouaient au basket

En Iran, deux dauphins jouaient au basket dans la piscine du Milad Tower Dolphinarium à Téhéran. Aujourd’hui, il n’en reste plus qu’un.
«Nous venons d’apprendre avec tristesse le décès de l’un des deux dauphins détenus au Milad Tower Dolphinarium.
Son nom était Alpha et c’était une femelle. Elle se livrait à des tours idiots et cruels comme ceux qu’on voit ici, aux côtés de sa compagne de bassin, Casia. C’est celle qui est la plus proche de la caméra sur cette vidéo.
Le Bureau de protection de l’environnement de Téhéran a visité l’installation et aurait trouvé Alpha morte dans la piscine.
Le delphinarium a récemment perdu deux otaries car il n’emploie aucun vétérinaire. Les nouvelles locales rapportent que le bureau a suspendu l’installation mais les billets sont toujours en vente! »

Cruel Dolphin Show At Tehran Milad Dolphin Tower

We're so sad to hear of the passing of one of the two captive dolphins being held at Tehran Milad Dolphin Tower. Her name was Alpha and she performed silly and cruel tricks like these alongside her tankmate Casia. She is the one closest to the camera in this video.Tehran's Bureau of Environmental Protection visited the facility and reportedly found Alpha dead in the pool, learned of the recent deaths of two sea lions, and that the dolphinarium has no veterinarian. Local news is reporting that the bureau suspended the facility but tickets are still being sold! We'll update when we have more info.

Posted by The Cove on Saturday, December 28, 2019


C’est le 11 juillet 2015 que le plus haut delphinarium du monde a été inauguré officiellement à la tour Milad de Téhéran.

Le directeur général de la tour Milad, M. Farzad Houshyar Parsian, a déclaré à cette occasion qu’il s’agissait là du premier delphinarium non côtier du Moyen-Orient mais aussi du delphinarium le plus haut du monde et que cette nouvelle attraction ne manquerait pas d’attirer les touristes et les citoyens iraniens dans la tour culturelle et récréative de Milad.

«Il y a actuellement quatre otaries dans le parc qui ont été amenées d’Espagne, des Pays-Bas et d’Amérique du Sud. Formées par les meilleurs dresseurs du Moyen-Orient, ces otaries encourageront les touristes à leur rendre visite en effectuant pour eux des mouvements acrobatiques. Ensuite, nous ferons venir des dauphins.
Le delphinarium de la tour Milad s’étend sur de 3.200 mètres carrés. Il est à même de recevoir 1.200 visiteurs à chaque spectacle. Il sera ouvert quatre fois par jour.
L’eau des bassins est artificielle mais semblable à celle de l’océan grâce à la technologie, et nous pourrons ainsi garder toute une variété de mammifères marins dans la capitale iranienne».

Spot ? Ou Boris quand il vivait encore ?

Les quatre otaries ne furent bientôt plus qu’une, elles aussi.
« Avant qu’Alpha et Casia et le reste des animaux soient sur place, Spot était déjà là et se produisait pour nous » explique le site du delphinarium, précisant qu’il s’agit d’une femelle, que son espèce vient de Patagonie mais qu’elle arrive d’Espagne où elle serait née en août 2000 ».

Alpha était arrivée quant à elle « d’Ukraine avec son entraîneur Sasha «pour vivre avec nous dans le delphinarium de la tour Milad ». Elle aurait vu le jour en juin 2014 et serait donc morte à l’âge de 5 ans ! Compte tenu du taux de naissance quasi-inexistant dans les bassins russes ou ukrainien, Alpha avait probablement été capturée en Mer Noire vers l’âge de trois ans puis elle fut expédiée en Iran avec de faux papiers, comme des centaines d’autres cétacés russes.

Alpha

Sa compagne toujours en vie, « Miss Casia, un nom polonais signifiant « pur » est plus âgée. Comme Alpha, elle vient d’Ukraine où elle serait née en mai 2012. Comme Alpha, elle a probablement été capturée en Mer Noire.

Casia

Le dresseur de tous ces malheureux se nomme évidemment Sacha et il est né en 1993.
On ne sera pas surpris de savoir qu’il est, lui aussi, ukrainien.
S’agit-il d’un employé de la compagnie Nemo ? C’est possible, bien que celle-ci ne revendique pas le Milad Tower Dolphinarium comme l’une de ses succursales. Mais d’autres sociétés de delphinariums « clés sur portes » œuvrent aussi dans l’ombre et il ne fait aucun doute que le maire de Téhéran s’est fait embobiné par l’un d’elles.

Est-ce rentable ?
Nous n’en savons rien. Ce qui est sûr, c’est que c’est «haram» aux yeux de la loi coranique. On se souviendra en effet que le gouvernement iranien n’encourage pas ce genre de spectacle et que, selon Hamid Zahrabi, directeur adjoint du ministère de l’Environnement, « les moyens destinés à dresser ces animaux dans ces centres de loisirs ne sont pas acceptables et, selon de nombreux décrets religieux (les fatwas), une telle exploitation des animaux n’est pas autorisée et, même dans certains cas, Haram (interdite) »
Puisse Dieu entendre ces sages et saintes paroles…

Ces dauphins sont encore presque des enfants… Milad Tower Dolphinarium à Téhéran
Milad Tower Dolphinarium à Téhéran
Milad Tower Dolphinarium à Téhéran
Milad Tower Dolphinarium à Téhéran
Milad Tower Dolphinarium à Téhéran
Milad Tower Dolphinarium à Téhéran
Milad Tower Dolphinarium à Téhéran
Milad Tower Dolphinarium à Téhéran
La dernière otarie… Milad Tower Dolphinarium à Téhéran
Alpha et Cassia Milad Tower Dolphinarium à Téhéran
Milad Tower Dolphinarium à Téhéran

 

 


L’Iran désapprouve l’exploitation des dauphins captifs

Ouvrez un delphinarium dans votre propre ville !


Iran : deux dauphins jouaient au basket

log in

reset password

Retour à
log in