Je veux nager avec les dauphins !

swim-with-dolphins-turkey3-enfants

Je veux nager avec les dauphins ! Le rêve de tout enfant !

Je veux nager avec les dauphins !

« Je veux nager avec les dauphins ! » 
Lorsque revient le temps des vacances, bon nombre de touristes s’apprêtent à rejoindre le Portugal, la Turquie, le Mexique, les USA ou d’autres destinations plus exotiques encore.

Si la nage avec les dauphins captifs se pratique peu dans l’Union Européenne, sauf au Portugal, elle fait un buzz partout ailleurs . Quoi de plus merveilleux que de serrer dans ses bras un cétacé en bassin, de se faire photographier avec lui et de revenir chez soi en clamant :
– «J’ai nagé avec les dauphins !».
Et tous les amis Facebook de s’extasier en regardant les images et de s’exclamer à leur tour : 
– « Nous aussi, on veut nager avec les dauphins !  » 

Pourtant, derrière ces charmantes images d’Epinal, derrière cette « expérience pour une vie entière », se cache une réalité bien plus sombre.
Celle des dauphins captifs…

La triste vérité derrière les programmes de nage avec les dauphins 

Les programmes de « nage avec les dauphins » permettent aux visiteurs d’approcher des dauphins captifs dans des piscines peu profondes ou d’interagir avec eux dans des eaux plus profondes en nageant à côté d’eux ou en étant tirés par eux en s’accrochant à leurs nageoires dorsales. A l’heure actuelle, le Département américain de l’Agriculture (USDA) ne régule pas ces programmes. En conséquence, les données concernant les blessures reçues par les humains et/ou les décès de dauphins sont souvent incomplètes, avec de nombreux cas non signalés.

Les dauphins sont sur terre depuis des milliers d’années. Ils sont parfaitement évolués pour vivre et s’épanouir dans leur habitat naturel, l’océan, et non pas dans les limites d’un réservoir en béton construit par l’homme, ni même dans un lagon artificiel.

Les statistiques relatives aux décès de dauphins durant leur capture ou de leur enfermement prouvent que les dauphins n’ont rien à faire en captivité. Il faut se rendre compte Sea World, l’une des chaînes de prisons pour cétacés parmi les plus réputées au monde, a fait état de 93 décès de dauphins entre 1971 et 2002.
En moyenne, cela veut dire 3 dauphins morts par an, en supposant que tous les décès aient été comptabilisés. Si l’on extrapolait ces chiffres de façon à inclure l’ensemble des delphinariums internationaux, le nombre de dauphins morts du fait de la captivité au cours des 30 dernières années serait astronomique !

Sauvages VS captifs 

Les dauphins sauvages peuvent nager plus de 60 kilomètres par jour (40 miles). Ils peuvent s’accoupler, se nourrir, se chamailler et jouer avec les membres de leur groupe ou ceux de clans voisins. Ils utilisent leur écholocation pour explorer l’environnement océanique riche et diversifié.

A l’inverse, les dauphins captifs sont obligés de nager en rond sans fin dans des habitats artificiels, d’interagir avec des dauphins inconnus et avec d’autres espèces, de manger du poisson mort et de se comporter de façon non naturelle, voire parfois douloureuse. Les dauphins captifs sont aussi exposés aux infections et maladies humaines, aux bactéries et aux  produits chimiques. Ils souffrent de maux liés au stress.

Les choses auxquelles il faut être attentif dans les installations pour dauphins captifs

* Ils restent sans cesse la tête hors de l’eau :
Les dauphins captifs passent jusqu’à 80 % de leur temps à la surface de l’eau à la recherche de restes de nourriture et d’attention. Ceci est en contraste direct avec les dauphins sauvages, qui passent 80 % de leur temps sous la surface de l’eau, à jouer, chasser et explorer.

* Ils s’échouent afin que les visiteurs puissent les caresser ou les embrasser :
S’ils restent dans cette position pendant une période prolongée, l’immense poids d’un dauphin sur la terre écraserait petit à petit ses organes internes. Les dauphins captifs ont été formés pour ignorer leurs instincts naturels ; les dauphins sauvages ne se laisseraient jamais échouer de cette façon.

* Ils font des vocalises, hochent la tête pour dire « oui » ou « non », offrent des « poignées de main » ou font signe aux spectateurs avec leurs nageoires pectorales :
Les dauphins sont entraînés pour cela par le biais de la privation de nourriture. Quand ils accomplissent un tour avec succès, ils sont récompensés avec des morceaux de poisson. Si un dauphin captif vous fait signe, c’est parce qu’il a faim, tout simplement.

* Ils nagent en rond, en regardant constamment à travers les clôtures ou en flottant nonchalamment à la surface de l’eau :
Ces comportements indiquent que l’animal s’ennuie et qu’il est psychologiquement stressé. Les dauphins sauvages restent rarement tranquilles et, avec l’océan entier à leur disposition, ils n’auraient pas besoin de nager en rond.

Tous ces comportements sont contre nature mais adoptés de force par les dauphins captifs.
Aujourd’hui, certains dauphins sont même dressés à se livrer à des faux viols, ce qui fait beaucoup rire le public !

Un mauvais exemple…

Malheureusement, le succès commercial des programmes de «nage avec les dauphins» et le profil élevé des plus grandes installations aux Etats-Unis ont donné naissance à une légion d’imitations dans les Caraïbes, au Mexique, en Amérique latine, en Turquie et tout autour du monde.
Ces structures touristiques ajointes aux hôtels ont la force motrice qui augmente sans cesse les captures de dauphins sauvages. La plupart de ces nouveaux programmes ne disposent pas des fonds ni du personnel nécessaires pour s’occuper correctement des dauphins.

De prime abord, les programmes de « nage avec les dauphins » semblent être une manière amusante et sûre de se rapprocher de ces fascinantes créatures marines.
Les dauphins semblent sourire alors qu’ils tirent des enfants rieurs dans des piscines sur leurs nageoires dorsales. Mais il ne faut pas chercher bien loin derrière cette façade fantaisiste pour comprendre qu’il y a quelque chose de fondamentalement inacceptable dans tous ces programmes.

Peu importe le pays où ils se trouvent, peu importe la clarté de l’eau, peu importe si les dresseurs vous affirment que leurs dauphins nagent librement quelques heures par jour, ou qu’ils vous disent combien d’argent les propriétaires de ces parcs dépensent pour prendre soin de leurs installations, ces programmes créent un environnement menaçant pour les dauphins, et parfois aussi pour leurs visiteurs humains.

Peut-être que l’aspect le plus néfaste de cette industrie est l’idée fausse qu’elle continue à propager au sein du grand public. Les programmes de « nage avec les dauphins » se présentent comme éducatifs et écologiques, voire thérapeutique !
Ils visent des gens qui aiment les dauphins et cherchent un moyen tangible d’exprimer cet intérêt. Ce que les participants à ces programmes ne réalisent pas, c’est qu’en acceptant ces programmes, ils contribuent non seulement à l’expansion de cette industrie orientée vers le profit, mais ils s’assurent aussi que les dauphins vont continuer à être capturés et à souffrir en captivité.

Vous aimez les dauphins ?
Alors n’achetez pas de billet ! Un nombre incalculable de dauphins meurent durant ces captures sauvages et notoirement violentes. Ces captures se font dans le secret, loin des yeux du public. Obtenir un chiffre précis sur le nombre de dauphins tués est donc quasiment impossible. Ce que l’on sait par contre, c’est que la capture est tellement traumatisante que les taux de mortalité des dauphins capturés sont 6 fois plus importants dans les 5 premiers jours de détention.
Pour l’industrie de la captivité, ces chiffres sont acceptés comme des dépenses de fonctionnement standard, mais si cette information était imprimée dans les brochures de ces programmes, il est peu probable que les personnes qui se soucient du sort des dauphins achèteraient un billet…

Traduction Christelle Bornauw. 
What’s wrong with swimming with dolphins?


Non à la nage avec les dauphins en France

En 2017, France Nature Environnement, le Groupe de Recherche sur les Cétacés, la Fondation pour la Nature et l’Homme, Souffleurs d’Ecume et SOS Grand Bleu lançaient une pétition pour interdire la nage commerciale avec les cétacés, scientifiquement considérée comme dangereuse pour les dauphins comme pour l’homme : « Demandez à Emmanuel Macron de mettre fin au harcèlement des dauphins sauvages »

Cette action n’a pas rencontré un grand succès, avec ses 7448 signatures. 
En revanche, il est dommage que l’occasion n’ait pas été saisie d’élargir le débat.
Il aurait été utile, par exemple, de rappeler que TOUTE forme de nage imposée aux dauphins est à proscrire et particulièrement celle qui a lieu dans de nombreux delphinariums touristiques, partout dans le monde.

 



Dauphins captifs, dauphins féroces ?