La capture des orques en Russie

Orque captive au Moskvarium

La capture des orques en Russie

La capture des orques en Russie est devenue aujourd’hui un business juteux, particulièrement choyé par Vladimir Poutine.
Chaque année depuis 2012, ce pays kidnappe de jeunes orques. Les unes sont gardées pour le marché russe, tels Narnia, Nord et Juliette. D’autres partent pour la Chine.
Actuellement, l’Aquarium de Chimelong possède 9 orques, capturées entre 2013 et 2015. Parmi elles, Tyson et Nukka.

L’Aquarium de Dalian possède 4 orques.
L’Aquarium de Wuxi en détient 2.
L’Aquarium de Linyi s’apprête à en accueillir 4.
16 orques et plus de 200 bélugas ont été capturés en Russie et vendus aux grands delphinariums chinois.
Face à ce scandale, les activistes ruses réagissent !   

Le dernier voyage de Narnia

 

Deux nouvelles orques capturées en Russie !

Août 2018

Les pêcheurs ont utilisé des armes à feu pour empêcher les militants d’Ocean Friends de collecter des preuves.
Pour la première fois en Russie, une capture d’orques a pu être documentée par une équipe de courageux activistes.
Le groupe Ocean Friends est arrivé sur le lieu des captures et a installé un camp près de la base de pêcheurs dans la baie de Nicholay, dans la région de Khabarovsk.
Ils ont pu assister aux captures, prétendument destinées à des fins éducatives, alors que 15 orques et environ 200 bélugas ont été vendus en Chine au cours des cinq dernières années.
La tentative de filmer des bateaux de pêche avec un drone a failli mal finir !
Les kidnappeurs ont ouvert le feu sur le petit avion pour l’empêcher de filmer.

Le Yuri Shvetsov dans la baie de Nicholay

En début d’après-midi, le navire « Yuri Shvetsov » est arrivé dans la baie de Nicholay et les deux orques capturées ont été placées dans des conteneurs à bord.
Quatre conteneurs pour le transport des animaux sont installés sur le navire, et deux sont encore vides. Le capitaine du navire a refusé à l’équipe d’Ocean Friends le droit de monter à bord et de vérifier l’état des orques.

Lorsque le navire « Yuri Shvetsov » a commencé à se déplacer rapidement vers le sud, le bateau des défenseurs des animaux l’a suivi et a tenté de le filmer avec une caméra montée sur une perche. Une fois encore, les pêcheurs ont répondu par des menaces verbales, en exhibant leurs armes à feu.
À la fin de la journée, les «amis de l’océan» ont photographié des orques transient qui nageaient paisiblement dans la baie de Nicholay et ne soupçonnaient pas qu’une menace puisse peser sur leurs enfants. La famille comprenait sept individus. Ils chassaient les phoques.

Orcas Сaptures in Okhotsk sea 2018 A teaser for the events of the past expedition of the Ocean friends team on public watch of orcas captures in the Okhotsk sea Khabarovskiy region. Lets stop this babarity by not visiting Oceanariums for marine mammal performances. The video contains foul language and footage of animal abuse. #Oceanfriendsteam, #stoporcascaptures, #aquariums #dolhinuriums

Posted by Друзья Океана on Wednesday, September 5, 2018

La première capture d’orques en Russie

2003

Lorsque les orques finirent par se  montrer moins méfiantes, l’équipage lança ses filets pour les encercler, réalisant dans le même temps qu’il venaient de prendre au moins 20 orques, adultes et enfants, nageant frénétiquement à l’intérieur du piège. En quelques minutes, les cétacés découvrirent quelques lignes de fuite, et s’y précipitèrent pour se libérer.
« Les adultes se sont dirigés vers l’arrière et ont commencé à s’échapper par le filet, Ils l’ont fait d’une manière étonnante: une orque arrivait directement jusqu’aux flotteurs, puis roulait dessus le dos à l’envers » se souvient un membre de l’équipage, dans un compte rendu écrit de la capture. « En même temps, les jeunes animaux se sont précipités vers le bateau en essayant de passer à travers des trous dans le filet, de sorte que celui-ci s’est vidé rapidement ».

Le bateau vient d’encercler un groupe d’orques résidentes qui nageaient paisiblement en chassant les poissons.
L’équipage avait déjà poursuivi sans succès plusieurs groupes d’orques différents au cours des derniers jours.
Après 10 tentatives infructueuses de capture, les chasseurs avaient compris que leurs cibles ne seraient pas des proies faciles. Cette fois, l’équipage fit preuve de patience et de ruse, et se mit simplement à aller ça et là, l’air de rien, pour calmer les animaux.

Pourtant, la journée des chasseurs n’était pas perdue.
La nageoire pectorale d’une jeune orque mâle s’était coincée entre un flotteur et la corde d’acier au sommet du filet. Des plongeurs se tenaient sur le pont Leur mission était d’aider à charger les prises depuis la mer jusqu’au bateau, mais la puissance furieuse de cette orque les terrifiait Ils restèrent là à regarder jusqu’à ce qu’on leur intime l’ordre de sauter dans l’eau et d’attraper l’animal. Lorsque les filets se sont soulevés, un autre corps est apparu – un tout petit. Enchevêtré au fond du filet, gisait un bébé mort.
« Trop occupé par le premier, nous n’avions pas remarqué l’autre. Il s’est noyé » continue le membre d’équipage. « Alors, on a coupé le filet et on a jeté le corps dans l’océan ».

Une vidéo de cette capture nous montre un autre épaulard pris dans le filet et tentant de s’échapper.
Alors que l’orque bat l’eau avec sa caudale et se débat, la tête enfoncée dans le filet. L’un des ravisseurs crie: «Hé ! Il s’est enchevêtré dans le filet ! Il s’y est emmêlé! Il va se noyer! »
Un autre membre de l’équipe lui répond calmement:
« Ce n’est pas grave, nous en aurons un autre ».

Cette capture eut lieu en 2003 au large du Kamtchatka, dans l’Extrême-Orient russe.
Elle fut la première menée à des fins commerciales. Outre l’enfant, une jeune femelle s’est noyée dans les filets. Une autre a pu être hissée à bord, mais elle est morte 13 jours plus tard après avoir traversé la Russie en camion pour atteindre un aquarium de la Mer Noire.

L’industrie du cétacé captif en Russie

Ces captures sont principalement menées par une seule société, également spécialisé dans la capture de bélugas.
Il s’agit de la compagnie White Sphere, dont toutes les pages web ont disparus depuis que son nom a été révélé dans un article de Tim Zimmerman. Il s’agit en fait d’un groupe d’entreprises comprenant White Sphere, qui construit des delphinariums en Russie, White Whale qui capture les cétacés dans la nature et Aquatoriya/White Sphere qui gère les delphinariums.

Le Sochinskiy Delfinariy, propriétaire officiel de Narnia, ou le Dolphinia en Sibérie, sont ainsi des filiales directes d’Aquatoriya/© УК «Белая Сфера».
Un large faisceau d’indices tendent à faire croire que l’Agadir Dolphin World l’est également sur le territoire marocain.

La société Aquatorya gère le Centre d’océanographie et de biologie marine « Dolphinia »en Sibérie, mais aussi, sans doute, de l’Agadir Dolphin World.


Des quotas de 6 à 10 orques furent encore délivrés chaque année pour la mer d’Okhotsk, à l’ouest du Kamchatka, mais la  la nature du terrain, très sauvage, y rendaient les captures plus difficiles.

En 2012, une jeune femelle, nommée Narnia par ses ravisseurs, a été emmenée de la mer d’Okhotsk dans une installation de Nakhodka, une ville portuaire située au sud, relativement proche de la Corée du Nord.
Un an plus tard, un jeune mâle, une jeune femelle et une adulte, probablement leur mère, ont été capturés dans la même zone, rejoignant Narnia dans son enclos de Nakhodka.
Le trio nouvellement arrivé a d’abord refusé de manger, mais certains observateurs rapportent que Narnia leur a apporté du poisson et les a convaincus de se nourrir.

Pendant la construction de l’aquarium de Moscou, Narnia et Nord ont du attendre des années dans un petit bassin sous une coupole gonflable. Le troisième épaulard, nommé Malvina puis rebaptisée Juliette, est arrivé juste à temps pour la grande ouverture de 2015, en présence de Vladimir Poutine.

Le Chimelong Ocean Kingdom n’a pas encore intégré la notion de pédagogie, de recherches scientifiques et de conservation. Mais il apprendra vite à mentir !

Le Grand Marché Chinois

Des orques russes ont également été envoyées au Chimelong Ocean Kingdom, l’un des plus grands aquariums du monde, à Zhuhai, dans la province chinoise du Hunan. en 2013, cinq en 2014 et deux en 2015.
Certaines d’entre elles sont restées invisibles pendant deux ans avant d’être exposées au public, ce qui a fait craindre que certaines ne soient mortes et déjà remplacées en toute discrétion.

Aujourd’hui, l’aquarium de Chimelong possède déjà 9 orques.
Pendant le voyage, les animaux ont été confinés dans des containers étroits dans lesquels ils ne pouvaient même pas se tourner sur eux-mêmes.
« Auparavant, on les transportait en avion mais aujourd’hui, ce sont des camions qu’on utilise le plus souvent » explique la China Cetacean Alliance « Certains aquariums se trouvent dans le sud de la Chine et le voyage peut durer jusqu’à quatre ou cinq jours. »

En Chine, l’industrie des delphinariums géants est en pleine expansion.
En 2015, la Chine possédait 39 parcs marins opérationnels, abritant 491 cétacés de 11 espèces différentes, tandis que 14 autres parcs étaient sur le point d’être achevés.
Les Chinois ne capturent pas les épaulards, mais ils sont prêts à payer n’importe quel prix pour en avoir. On a vu qu’ils commanditèrent même une expédition le long des côtes de la Namibie !
En 2017, le coût d’une seule orque vivante atteignait 1.220. 450 dollars, une somme qui donne des ailes aux entreprises de capture russes.

Les orques du Chimelong Ocean Kingdom

Les activistes russes réagissent

Le Bureau du Procureur général a demandé l’ouverture d’une procédure pénale pour la capture et la vente illégale de sept orques dans l’Extrême-Orient russe.
Le Bureau du Procureur général de Russie a envoyé des documents au Ministère de l’intérieur pour engager une action pénale contre la capture et la vente illégale de sept épaulards en Extrême-Orient. Il a été établi lors de l’enquête du Bureau du Procureur général que la direction de 4 organisations commerciales a fourni de fausses informations sur leur intention d’utiliser ces orques à des fins d’activités culturelles et éducatives en 2012-2015.

C’est pourtant sur cette base que ces entreprises ont obtenu leurs permis pour capturer plus de 10 orques. La capture sur le territoire de la Fédération de Russie est autorisée uniquement à des fins éducatives et scientifiques. Malgré cela, 7 orques ont été prises, maintenues captives un moment dans les bases de Primorsk et Khabarovsk, puis elles ont été vendues à l’étranger.
Selon les documents douaniers, la valeur marchande d’un seul de ces cétacés était de 77 millions de roubles, soit 1.220. 450 dollars.
Le montant total des dommages causés à la Fédération de Russie dépasse les 270 millions de roubles (4.279.500 dollars).
Selon le bureau du procureur général, il y a des indices de fraude pour une quantité particulièrement importante d’actions dans le chef des dirigeants d’entreprise qui ont capturé ces orques.
Au cours des 6 dernières années, 19 orques et plus de 200 bélugas ont été capturés en Russie.
De nouvelles captures sont encore prévues pour cette année.
Merci de signer et de partager la pétition pour arrêter ce scandale !

BREAKING NEWS!The Prosecutor General’s Office demands the initiation of a criminal case into the catch and illegal…

Posted by Oxana Fedorova on Wednesday, July 18, 2018



Les cétacés de Moscou

La première « ferme à orques » s’ouvre en Chine

Les premières orques arrivent en Chine

Le directeur de TINRO arrêté pour ventes illégales de bélugas à la Chine

Agadir Dolphin World : un delphinarium russe s’ouvre au Maroc