Le bébé pseudorque de l’Adventure World

Le bébé pseudorque de l’Adventure World

Le bébé pseudorque né à l’Adventure World de Wakayama n’a même pas survécu dix jours.  
En août dernier, déjà, le zoo japonais perdait son premier dauphin nouveau-né au bout de quelques jours. Et voici que décède à son tour cet enfant pseudorque dont la naissance avait été annoncée si fièrement.
C’est qu’il n’est pas facile de convaincre les survivants de la baie sanglante à Taiji de devenir de bons parents et de faire naître, comme dit l’Adventure World, « le sourire sur les lèvres de nos visiteurs ».

Le bébé pseudorque avait vu le jour le 13 février 2019.
Il est mort neuf jours plus tard au petit matin, dans un bassin annexe de  l’Adventure World à Shirahama, dans le district de Nishimuro, préfecture de Wakayama.
Le nouveau-né de sexe inconnu nageait pourtant normalement aux côtés de sa mère mais celle-ci n’aurait pas été capable de l’allaiter.
Pour cette raison, le couple mère-enfant a été surveillé 24 heures sur 24. Toutes les heures, le bébé recevait un biberon de lait artificiel. Malheureusement, cela n’a pas suffi.
« Comme nous n’avons pas pu identifier la cause du décès, explique le parc, nous menons actuellement un examen pathologique pour examiner les organes plus en détail. Adventure World ne gaspillera pas les enseignements de cette expérience et ira de l’avant dans son projet d’élever des cétacés en bassin. Nous travaillerons avec les animaux, pour vous faire sourire dans le futur ».

Le bébé pseudorque n'a pas survécu plus de 9 jours

Le bébé pseudorque n’a pas survécu plus de 9 jours

Les parents de ce petit malheureux ne semblent pas avoir reçu de nom, du moins publiquement.  
Le papa, dont l’âge actuel est estimé à 20 ans, a été capturé lors d’une chasse au rabattage à Taiji en décembre 2003, dans la même préfecture de Wakayama.
La maman du bébé pseudorque a été achetée, quant à elle, par l’Adventure World en septembre 2006. Son âge actuel est estimé à 16 ans.
Elle provient également des eaux sanglantes de la baie de Taiji.

Les pseudorques survivent relativement longtemps en captivité, même au Japon.

Et c’est sans doute le cas de tous les les cétacés du parc marin. 
En été 2018, le delphinarium détenait 26 grands dauphins soit 9 mâles et 17 femelles, mais selon certaines sources, ils seraient encore bien plus nombreux. Quarante dauphins se succéderaient sur scène, lors des quatre spectacles quotidiens.

Les pseudorques ou fausses orques seraient au nombre de trois, un mâle et deux femelles.
Six dauphins à flancs blancs du Pacifique dont cinq femelles et un mâle et trois dauphins de Risso, deux mâles et une femelle, compléteraient le cheptel.
Il ne manque qu’un globicéphale pour reconstituer le tableau de chasse habituel des prises à Taiji. Mais le parc sent le vent tourner, et comme pas mal d’autres, il tente de se reconvertir dans l’élevage de cétacés en bassins.

Ceux de l’Adventure World sont relativement vastes pour un delphinarium japonais, mais il est vrai qu’ils abritaient autrefois trois orques de grande taille. Pour le reste,  l’établissement possède aussi une collection de pandas, d’ours blancs, d’éléphants, de lions et de girafes et tous les animaux que l’on s’attend à voir au zoo. S’il n’y avait les dauphins, on se croirait à Pairi Daïza.
Sans doute est-ce d’ailleurs à cause des pandas et des ours blancs que le Wakayama Adventure World tente de se faire bien voir et de moins dépendre de ces captures de plus en plus mal vues. Pour pouvoir échanger des animaux avec d’autres zoos, il faut malheureusement être accrédité par la WAZA, qui n’accepte plus les prises si bon marché fournies par le Taiji Whale Museum voisin.

Six dauphins à flancs blancs du Pacifique dont cinq femelles et un mâle. Ici, on n’en voit que cinq.

En attendant, les deux parents sans nom d’une pseudorque sans sexe n’ont guère le temps de faire leur deuil.
C’est que le spectacle doit continuer et qu’il leur faut porter sur le dos leur jolie dresseuse.
On dit que les fausses orques supportent plutôt bien les conditions de vie insupportables qu’on leur inflige. Ce n’est pas le cas des petits dauphins à flancs blancs du pacifique, malgré l’extrême longévité d’Hélène au Vancouver Aquarium.

En revanche, personne ne racontera jamais aux clients du delphinarium comment vivent ces « poissons noirs qui respirent ».
Ils ignoreront toujours que ces gros dauphins si rigolos accourent aux appels de détresse, même s’il s’agit de celui d’un phoque ou d’un livré à quelque prédateur. Ils ne sauront jamais que lorsqu’une mère pseudorque accouche, tous les membres de son clan l’entourent pour la soutenir et la débarrasser de son placenta. Ni comment – surtout pas ! – ces joyeux lurons aux dents pointues s’en vont draguer les grands dauphins et les globicéphales, garçons ou filles, peu importe !
Le public ne saura jamais non plus que les fausses orques vivent au sein de clans d’une vingtaine de membres, qui se rassemblent avec d’autres pour voyager en groupe de quelque 500 individus. Tous se connaissent par leur nom et quand l’un d’eux s’échoue, les autres n’hésitent pas à le suivre dans la mort. Malgré leur air de prédateur, les pseudorques font partie des peuples marins parmi les plus sympas et les plus ouverts aux nouveaux contacts.

En bassin par contre, ils ont tendance à attaquer les autres, allez savoir pourquoi !
Ils devraient pourtant être reconnaissants d’avoir été épargnés : deux shows le matin, deux shows l’après-midi, entraînements puis repos, et comme ça tous les jours jusqu’à la mort, en échange de leur nourriture.  Un bébé mort tous les deux ans et qui sait, peut-être un jour, la naissance d’un enfant viable. Voilà tout ce qu’ils peuvent espérer.
Ils n’ont absolument plus aucun autre avenir.

Le grand bassin des orques sert aujourd'hui aux dauphins. Adventure World, Shirahama-cho, Japan Photo by wooyan enzo

Le bassin des orques sert aujourd’hui aux dauphins. Adventure World, Shirahama-cho, Photo Wooyan Enzo

 


Chester la pseudorque s’auto-mutile à Vancouver

Capturée à Taiji, Lulu tuera-t-elle son second delphineau ?

Kina la pseudorque d’Iki

La pseudorque et le dauphin ou comment les captifs s’entraident

Jozu le pseudorque est mort à Orlando

Sailor l’ultime pseudorque de l’Enoshima Aquarium est morte à 33 ans

 

Taiji : la saison de chasse 2018-2019 est terminée 

 

Niji l’Arc-en-ciel dans son enclos de Taiji