Le Canada met fin à l’esclavage des cétacés



Le Canada met fin à l’esclavage des cétacés

Le Canada met fin à l’esclavage des cétacés et cela peut surprendre. Ce pays n’est en effet pas spécialement réputé pour sa tendresse à l’égard des non-humains, comme en atteste son goût de la chasse à l’ours, ses massacres de phoques et le peu d’intérêt qu’il a porté jusqu’il ya peu à la sauvegarde de ses bélugas ou de ses baleines noirs.
Et pourtant, c’est bien le Canada qui siffle la fin de l’atroce récréation animalière que constitue les delphinariums et offre un magnifique aux pays européens qui persiste encore à faire danser des cétacés au coup de sifflet.

Cela a pris du temps. Le projet de loi « Free Willy » (Bill S-203) était déposé depuis 2015, mais l’Industrie esclavagiste a tout fait pour le freiner. Il aurait du être voté dès le début : 130 dauphins, bélugas, orques, pseudorques, narvals et autres marsouins ont déjà perdu la vie pour amuser le public canadien.  60 cétacés sont encore détenus, en principe jusqu’à leur mort.

Leurs homologues en liberté vont-ils mieux aujourd’hui, grâce aux delphinariums ?
Pas vraiment. Les bélugas disparaissent au Québec, les orques vont très mal au large de la Colombie britannique et quant aux baleines noires, elles sont en voie de disparition grâce à la pêche aux crabes.
Bref, tout fêtant la juste la victoire de l’intelligence et du cœur sur les intérêts mercantiles des delphinariums, rendons hommage à leurs victimes, toutes mortes avant d’avoir eu le temps d’être vieilles malgré les « soins de première classe et l’assistance vétérinaire dont elles bénéficiaient sous contrôle humain », comme dirait SeaWorld.

La loi S-203 

Le parlement canadien a validé lundi le projet de loi S-203 interdisant la captivité et la rerpoduction de cétacés, une décision saluée par les défenseurs des droits des animaux dans le monde entier.
Ce projet de loi S-203 – la « Loi Free Willy » – déposé dès 2015, qui nécessite encore l’approbation royale symbolique, apporte des modifications au code pénal en interdisant la détention de cétacés en bassin et leur élevage.

Cette loi ne sera malheureusement pas rétroactive : les cétacés déjà en captivité le resteront en principe jusqu’à leur mort. Certaines exceptions s’appliqueront également aux mammifères marins nécessitant une réhabilitation à la suite d’une blessure ou sous réserve d’une autorisation fournie par les autorités. Le parc Marineland à Niagara Falls et l’aquarium de Vancouver (ouest) sont les deux seuls établissements canadiens qui possèdent encore des cétacés en captivité.
«C’est une loi très importante dans le sens où elle interdit la reproduction et assure donc que les dauphins et autres bélugas actuellement gardés dans de minuscules réservoirs au Canada seront la dernière génération à en souffriré, a réagi dans un communiqué Melissa Matlow, directrice de campagne de l’ONG World Animal Protection Canada.

Le Canada a ainsi rejoint la dizaine de pays ayant adopté une position progressiste contre la captivité et l’élevage des cétacés, dont le Costa Rica et le Chili, selon une porte-parole de l’ONG.
«Nous espérons que d’autres pays suivront maintenant l’exemple du Canada et que les agences de voyages se rendront compte de la baisse d’acceptation (sociale) de ce type d’attractions », poursuit l’ONG qui a travaillé avec une vingtaine de scientifiques de renom.

Les cétacés captifs encore vivants

Il reste donc deux delphinariums au Canada. 
Le Vancouver Aquarium ne détient plus qu’un seul petit dauphin à flancs blancs du Pacifique, nommée Helen.
Mais il possède encore au moins deux bélugas,non présents dans ses bassins.
Allua, 32 ans, a été louée pour la reproduction à SeaWorld San Diego depuis 2005.
Imaq, un mâle de 28 ans, se trouve pour sa part au SeaWorld de San Antonio depuis 2011.
Grayson, un autre mâle de 9 ans et Qinu, une femelle de 8 ans, sont détenus au Georgia Aquarium. Tous deux ont été engendrés par le défunt Nanuq à Vancouver.
Une autre fille de Nanuq, la jeune Atla âgée de 6 ans, est née au SeaWorld Orlando. Stella, également fille de Nanuq, est morte à deux ans au SeaWorld San Antonio en 2015. Le Vancouver Aquarium a donc des droits sur ces enfants.

Le Marineland du Canada détient encore 59 cétacés, à savoir :
– 1 orque, Kiska
– 5 dauphins
– 53 bélugas (!)

Tous ces détenus vont-ils mourir un à un dans leur piscine ? 
En principe, oui, mais compte tenu de l’établissement prochain d’un sanctuaire pour mammifères marins non loin de Vancouver, on peut espérer que pour certains d’entre eux au moins, le supplice ne dure pas trop longtemps encore.

Kavna est morte à Vancouver

Les cétacés captifs déjà morts

Depuis son ouverture dans les années 60, le Vancouver Aquarium a vu mourir dans ses bassins près de 40 cétacés, à savoir :
– Les orques Moby Doll, Skana, Finna, Cecil, Natsidalia, Hyak, K’yosha, le bébé mort né de Bjossa, et Bjossa elle-même, à l’âge de 25 ans, après son transfert en urgence dans les bassins de SeaWorld.
– 11 dauphins à flancs du Pacifique, une espèce dont Helen est la dernière survivante.
– 6 narvals, 3 femelles et 3 mâles morts quelque moins après leur capture.
– 11 bélugas, la dernière étant Aurora, morte de chagrin après le décès de sa fille.
– 2 marsouins, Daisy et Jack
– Une pseudorque mâle du nom de Chester, dernier compagnon de cachot du dauphin Helen.

Le Marineland du Canada a fait encore mieux.
Il a laissé mourir dans ses bassins crasseux et confinés pas moins de 91 cétacés (Chiffres 2019) à savoir :
– 34 grands dauphins de l’Atlantique
– 1 globicéphale
– les orques Kandu, Kandy, 2 orques anonymes mortes peu près leur capture et qui n’ont pas reçu de nom, Nootka 5, Junior, Kandu 6, le premier bébé de Kiska, Neocia, Kanuk, Malik, Nova, le premier bébé de Nootka, Hudson, Algonquin, le 2ieme bébé de Nootka, April, le premier bébé de Neocia, le 3ieme bébé de Nootka.
– 36 bélugas, et la liste n’est pas close.

Et en Belgique ?

En Belgique ? Eh bien, tout continue comme avant.
La presse se garde bien d’évoquer cette nouvelle loi canadienne et le delphinarium de Bruges peut dormir sur ses deux oreilles, avec la bénédiction de la NVA : ses huit dauphins ne sont pas prêts de quitter de leurs bassins obscurs…


Le Marineland du Canada : charniers, orque folle et bélugas malades

Aurora : dernière victime de l’Aquarium de Vancouver ?

Chester la pseudorque s’auto-mutile à Vancouver

Daisy est morte à Vancouver

Le béluga Gia vient de mourir au Marineland de l’Ontario

Kavna est morte à Vancouver

L’orque Hyak aimait tant regarder des images

Bjossa est morte à 25 ans


Le Canada met fin à l’esclavage des cétacés

log in

reset password

Retour à
log in