Le cirque Bouglione en Belgique !

Les cirques avec animaux sauvages interdits en Belgique en 2014

Quel cirque !
Jenny doit partir !

Dès le 1er janvier 2014, les normes de détention d’animaux sauvages seront plus sévères. Jusqu’ici elles s’appliquaient aux zoos mais désormais les cirques itinérants devront s’y soumettre et s’adapter.

Pas facile à appliquer quand un cirque fait halte en pleine ville, comme c’est le cas pour Bouglione, installé actuellement place Flagey à Bruxelles. Les nouvelles normes imposent désormais des enclos beaucoup plus grand et parfois pourvus de bassins. Concrètement, les éléphants par exemple devront bénéficier d’un enclos extérieur dix fois plus grand qu’aujourd’hui, soit un minimum 1000 m² au lieu de 100 m².

Alexandre Bouglione se rappelle très bien de sa rencontre il y a 29 ans, avec Jenny, son éléphante : « c’était un bébé, elle faisait à peine 1.50 mètres ».Les nouvelles normes imposées par la cellule du bien-être animal du SPF Santé Publique, ont poussé le cirque Bouglione à prendre une décision difficile : se séparer de Jenny.

« Je ne veux pas que mon éléphant parte à l’étranger »

« Je ne veux pas être hors la loi mais j’espère que le ministère du bien-être animal, va faire respecter cette loi dans tous les cirques« , dit Alexandre Bouglione. Car se séparer de Jenny représente une perte financière et sentimentale pour le cirque. « Ca va nous faire un choc. Je ne veux pas que mon éléphant parte à l’étranger ; je veux qu’il reste en Belgique pour que je puisse aller le voir de temps en temps » témoigne-t-il ému.

L’association de défense des animaux, GAIA, milite quant à elle pour la suppression totale de tous les animaux sauvages dans les cirques. C’est donc une tradition vieille de 130 ans qui risque de disparaître.

I.L. avec Odile Leherte