Le dauphin déserteur Gaspar, un «007» de 400 kilos ?

 

Le dauphin déserteur Gaspar, un «007 » de 400 kilos ?

Un supplément de El Mundo Chronique Dimanche 04 janvier 2009


Il aurait été dressé sous le nom de Takoma (ou Takuma) comme dauphin soldat par la Marine des États-unis  aux Açores, et sa destination était le Golfe Persique, mais il a déserté !

En Galice, où il a trouvé refuge, il rend fous les pêcheurs par ses espiègleries et la frousse qu’il cause aux plongeurs.
C’est un solitaire qui reste à l’écart des autres dauphins.
D’après Manuel Darriba, capitaine de la Garde Civile Maritime, il se déplace sur les eaux tranquilles du port de Vigo.
« A vrai dire, aujourd’hui, nous n’avons pas vu le dauphin solitaire», nous lance l’agent depuis le pont de son navire. «Mais il a un comportement étrange. Lorsqu’on lui jette un cordage, il le rapporte comme un chien. Il semble qu’on l’ait dressé».

Antonio Folgar, biologiste, président du Groupe de Sauvetage des Mammifères Marins (Gremmar) se trouve sur la jetée. Lui-même a pensé, la première fois qu’il l’a vu : « Ce dauphin a subi un dressage ! « 

Le comportement que manifeste ce dauphin semble remonter à sa jeunesse, du temps où il travaillait sous les ordres de la US Navy.
Depuis les années 50, au moment de la guerre froide, les forces militaires américaines dressent en effet des dauphins à San Diego,  tout comme leurs homologues russes le font en Mer Noire.
Ceci afin de détecter des mines ou des engins explosifs sous les coques des embarcations, mais également pour détecter les « plongeurs ennemis» et les mettre à mort.

En l’an 2000, un groupe de ces dauphins soldats, a reçu pour mission de sécuriser la flotte américaine le long des côtes du Golfe Persique. Ils avaient été préalablement dressés dans l’archipel des Açores.

Mais là où les choses se compliquent, c’est que lors de manoeuvres navales, quatre dauphins se sont enfuis.
Seuls trois d’entre eux ont pu être récupérés. Le quatrième individu s’est perdu dans l’Atlantique nord et s’est dirigé droit  sur l’Europe. Désormais, il va et vient, principalement près la côte galicienne. Le déserteur aurait été signalé pour la première fois dans les eaux de la Ribeira, province de La Corogne, le 4 janvier 2008.

 « Nous avons là un dauphin mâle qui fait le clown » ont déclaré les Services de  Sauvetage Maritime locaux, qu ont alerté aussitôt les spécialistes du Gremmar.  A son arrivée sur la jetée à Ribeira, le dauphin déserteur a rassemblé plus de 200 personnes qui ne quittaient pas l’eau des yeux.
«Il restait très tranquille, ne quittant lui non plus les gens des yeux », a témoigné le responsable du Gremmar 
« Lorsque passait une embarcation, il nageait aussitôt près d’elle, collé à l’hélice. Si on lui jetait un cordage, il le rapportait ».

 En juillet, il s’est déplacé jusqu’à Vigo et le Gremmar lui a donné le nom de Gaspar – un des Rois Mages, du fait du jour des Rois, quand il est arrivé en Galice.
On a aussi commencé à spéculer sur le possible entraînement militaire de l’animal, un dauphin mâle de 25 ans et pesant 400 kg.
Les pistes possibles quand à ses origines, nous ont conduit à consulter par e-mail le Programme des Mammifères Marins de l’Armée des Etats-Unis (USNMP), afin de corroborer l’origine de Gaspar, au moyen de réponses très concises.

«Connaissaient-ils ce dauphin ?»

« Yes» fut la brève réponse.

Naguère, on l’appelait Takuma. Il aurait servi dans la MK-6, l’unité des cétacés spécialisés dans la protection des ports. Takuma est un authentique produit du programme militaire américain, capturé «très jeune » dans l’océan.
Le site web de l’USNMP ment quand il dit que « seuls des dauphins nés captifs » étaient utilisés pour leurs programmes guerriers.  «Quand un dauphin naît en captivité, il est rare qu’il puisse être dressé pour survivre en pleine mer. Plus rare encore est le fait qu’il puisse y survivre» ironise le biologiste Antonio Folgar.

Les conséquences d’un entraînement militaire, explique le Gremmar, provoque chez le dauphin un « changement de comportement ».
Gaspar est désormais un solitaire sans attaches, tout à la fois coupé du monde des humains et du sien.
« Curieusement, Gaspar raffole des moteurs des bateaux, mais aussi des cordages, des bouées et des plongeurs. Sa vie de déserteur constitue un chapelet d’anecdotes, conséquences des choses qu’on lui a appris et dont il se souvient»

Avant la Galice, le dauphin déserteur a été vu en Bretagne, où on lui a donné le nom d’un corsaire local : Jean Floch.
Floch signifie en breton «celui qui fait des conneries». Cela a commencé à mal tourner pour lui quand il s’est amusé à emmêler les amarres de 30 embarcations sur un appontement. En une autre occasion, il est entré dans la zone militaire du port de l’Ile Longue, base secrète de sous-marins nucléaires, sur la rade de Brest, zone strictement réservée aux unités de l’OTAN. Les militaires se sont montrés nerveux, et les mitrailleuses prêtes à faire feu depuis le pont.

Par la suite, une question parlementaire à propos de ce visiteur encombrant est remontée jusqu’au gouvernement français. La Ria de Vigo, selon le Gremmar, est le lieu où il a séjourné le plus longtemps. Il y est resté jusqu’au mois de novembre 2008, dans le sillage des bateaux de passage et des moteurs. Sur ce plan, des anecdotes ont donné lieu à pas mal de gags : en juillet 2008, il a fichu une sacrée frousse à un plongeur occupé à souder des machines dans les chantiers navals de la Ria : l’homme s’est retourné, sentant qu’on lui tapait dans le dos, et s’est retrouvé face à une masse sombre de 400 kilos.

«Il n’est pas dangereux « , affirme cependant Antonio Folgar, responsabe du Gremmar. « Il s’efforce simplement d’attirer l’attention sur lui et dans ce cas-là, ce qu’il faut faire, c’est passer son chemin et faire mine de l’ignorer. S’il ne reçoit pas de réponse à ses sollicitations, il s’en va.»
Le Gremmar a demandé, en son temps, une autorisation pour suivre Gaspar et connaître ainsi sa position en temps réel, mais il a rencontré le silence de l’administration locale.

Durant les mois où le dauphin séjournait dans la ria de Vigo, la seule manière de le contrôler a été d’attendre qu’il se montre.
Un exercice coûteux !
«L’armée des Etats-Unis reconnaît qu’elle a tenté de le re-capturer en France et en Espagne. Elle ne précise ni les dates ni les lieux» dit Antonio Folgar. De même,les militaires ne vont pas jusqu’à dire que leur Takuma reviendra au bercail et l’opinion du Gremmar est que plusieurs tentatives ont échoué, et que les militaires considèrent qu’il est désormais impossible de le récupérer, un abandon que Folgar trouve étrange.
«L’entraînement d’un dauphin soldat coûte très cher. Pour nous en faire une idée, dresser et entretenir un tel spécimen de dauphin coûte 30 000 $ par an».

 C’est dire que le Gaspar ubiquiste représente une bonne poignée de dollars flottante. Vers le milieu du mois de novembre dernier, il a abandonné son abri de la Ria de Vigo et a repris la direction du nord.
Personne ne connaît les motifs de son changement de cap. Les semaines suivantes, il a remonté la côte galicienne, «s’arrêtant systématiquement dans tous les ports, » précise Antonio Folgar.
Là où il y avait des moteurs se trouvait le dauphin mâle, qui montre sur le rostre diverses cicatrices occasionnées, assurément, par les engins de pêche dans lesquels il s’est emmêlé. Le dernier signalement reçu sur le trajet de Gaspar-Takuma-Jean Floch, le 14 décembre dernier, provient du port asturien de Cudillero. Depuis lors, silence radio.

Pas la moindre trace du « cétacé soldat » américain. L’argent investi par l’Oncle Sam pour dresser un «007» aquatique est donc à l’eau, lui qui nage sans route précise, se fait l’ami de Dony-Randy-Georges puis repart dans quelque recoin de la côte du Golfe de Gascogne, en Bretagne, en Irlande…ou ailleurs !

Lire sur Réseau Cétacés
Jean Floch, c’est Gaspar !

Lire aussi :
Où l’on parle de la fuite de Takoma, prétendument rattrapé par la US Navy !


 

 
La US Navy nie


Echanges de e-mails à propos d’un dauphin militaire déserteur

From: ML/RC
Sent: Thursday, February 19, 2009 2:47 AM
To: nmmp_intern@spawar.navy.mil

 Subject: MK6 dolphin

Dear Sir or Madam,

I am part of a french organization : Réseau Cétacés that follows two solitary dolphins : Dony/Randy and Jean Floc’h/Gaspar. Jean Floc’h/Gaspar was first spotted in France (Brittany) and now he is observed in Spain
(Galicia). We have read several spanish newspaper articles saying that he is a former  MK6 dolphin and that he has escaped the navy in March 2003. We would be very grateful if you could confirm us this fact and give us more
information. I know this is the contact to get more information about the internships, could you please transfer this email to the accurate people?

Thank you very much.

Yours faithfully,

ML/RC

REPONSE  DE LA US NAVY

 Subject: FW: MK6 dolphin
Date: Thu, 19 Feb 2009 10:59:54 -0800
From: tom.lapuzza@navy.mil

Thank you for your message and the opportunity to correct this error. It is not possible that the dolphin is a former US Navy dolphin. No Navy dolphin has ever been separated from his human teammates anywhere in the North Atlantic.

In March 2003, one of our dolphins, Tacoma, was briefly separated from his team while working in the Northern Arabian Gulf during  the early days of Operation Iraqi Freedom.
The story received extensive coverage in the media. However, Tacoma was reunited with his team within a few days, and continues to work with us everyday as an active member of our program.


Thanks for your interest, and good luck with your studies.
Sincerely,

Tom LaPuzza
Public Affairs Office
Space and Naval Warfare Systems Center Pacific


Dauphins soldats à Puget Sound

Dauphins soldats toujours en service aux USA !

Les dauphins déserteurs de l’ouragan Katrina