Le neuvième delphinarium de Cuba s’est ouvert à Cayo Coco



Le neuvième delphinarium de Cuba s’est ouvert à Cayo Coco

Le 7 juin dernier, le neuvième delphinarium de Cuba a été inauguré à Cayo Coco, une île réputée pour ses vacances all inclusive et ses longues plages de sable blanc.
Cayo Coco se situe dans la province de Ciego de Ávila. Elle fait partie d’une chaîne d’îles appelée Jardines del Rey, les « Jardins du Roi ».
Il s’agit sans doute du lieu de villégiature le plus important de Cuba et ce sera donc là qu’on trouvera désormais le plus grand delphinarium du pays.

Fleuron du tourisme à Cuba, le pays possédait déjà 8 delphinariums avant cela, à savoir :
L’Acuario de Baconao, l’Acuario Cayo Naranjo, l’Acuario Nacional de Cuba, le Delfinario Cayo Guillermo, le Delfinario Cayo Largo, le Delfinario Cayo Santa Maria, le Delfinario Cienfuegos et le Delfinario Varadero.  Il n’y en avait que 4 en 2002, et la bulle commercial « swim with dolphin » populaire et pas cher n’a pas fini de gonfler.

« En 2018, Cuba déclarait avoir attiré plus de quatre millions de touristes étrangers durant l’année,  en dépit d’une forte baisse du nombre de visiteurs américains en raison des restrictions de voyage vers le pays insulaire édictées par Washington.
Selon un communiqué du ministère du Tourisme, le nombre de touristes étrangers ayant visité le pays caraïbe a dépassé ce seuil des quatre millions avec quatre jours d’avance sur l’année précédente. Fin 2018, le total devrait atteindre les 4,75 millions de touristes, soit un nouveau record historique.
« Ce résultat a été atteint malgré les campagnes médiatiques visant à discréditer Cuba en tant que destination touristique et l’intensification du blocus économique imposé par les Etats-Unis », ajoute le communiqué.
Au cours du premier semestre de cette année, 266.445 Américains se sont rendus à Cuba, soit 28% de moins qu’il y a un an.

Le Canada reste le principal pays d’origine des touristes internationaux, a précisé le ministère, soulignant que le nombre de visiteurs provenant de pays européens tels que l’Espagne, la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne et la Russie avait considérablement augmenté. L’industrie du tourisme est la deuxième source de devises pour Cuba après les services professionnels fournis à l’étranger ».

Cayo Coco enrichit son offre touristique au-delà du soleil et de la plage

« Le nouveau delphinarium de l’île, qui vient d’être inauguré à Cayo Coco, est l’œuvre de la Grupo de Turismo Gaviota S.A. et de son entreprise Marinas Gaviota, nous explique un média cubain« Il dispose d’un espace privilégié pour le spectacle des dauphins et permet également de prendre des photos et d’interagir avec les cétacés », comme dans tous les delphinariums cubains.

Les dauphins Lucas et Valentina seront les premiers à rencontrer le nombreux public, par le biais de programmes interactifs dans la «phase initiale du produit».
Cette offre touristique se voit accompagnée d’un service de bars, de restaurants et de vente d’objets personnalisés par l’agence photographique Trimagen, dans une nouvelle perspective visant à renforcer l’identité nationale.

Lucas ou Valentina ? Tout le monde s’en fout.

La nage avec les dauphins et le grand spectacle réunissant dauphins et lions de mer seront progressivement intégrés aux options du Delphinarium-Aquarium, qui vise à consolider, à court terme, la présence des visiteurs sur les îles Jardines del Rey.
« L’ouverture de cette installation marque une nouvelle étape dans l’engagement du ministère du Tourisme à Cuba de renforcer l’attractivité de la destination touristique d’Avilania», se réjouit Travel Trade Caribbean.

Marinas Gaviota, la société qui a entrepris les travaux  possède également le deuxième plus grand delphinarium de l’île, situé à Cayo Santa María, dans la province centrale de Villa Clara. On trouve encore un autre delphinarium aux Jardines del Rey, celui de Cayo Guillermo, appartenant à la société Palmares S.A. Extrahotelera. Il est donc temps que Cayo Coco enrichisse à son tour « les offres qui vont peu à peu au-delà du soleil et de la plage».
Oscar Medina Rodríguez, délégué territorial de Gaviota à Ciego de Ávila-Camagüey, était présent lors l’inauguration, ainsi que Mario Toledo Legón, directeur adjoint de l’entreprise et Allan García Hernández, son directeur commercial.

Posted by Empresa Extrahotelera Palmares S.A. on Sunday, July 14, 2019


La destination touristique de l’île augmente chaque année depuis l’inauguration du premier hôtel le 12 novembre 1993.

À l’heure actuelle, 20 hôtels et plus de 8 000 chambres sont exploités entre Cayo Coco et Guillermo.
Au cours de l’année précédente, 491 429 touristes s’y sont rendus, ce qui représente une croissance de 12% par rapport au chiffre atteint en 2017 et positionne cet île comme l’un des principaux pôles de l’industrie des loisirs à Cuba.
« Des stratégies de promotion et de marketing appropriées, basées sur la qualité des services, la diversité des offres et les charmes de l’environnement, convergent pour atteindre un taux de réceptivité élevé et la prévalence d’un tourisme familial de qualité au nord de Ciego de Ávila ».

Les mots crus

Ce qui est fascinant, dans ce communiqué officiel de la presse cubaine, c’est qu’il ne parle nulle part de pédagogie ni de sensibilisation et encore moins de conservation.
Lucas et Valentina, deux dauphins sans doute capturés le long des côtes cubaines et promis à une vie atroce, ne servent ici que de purs produits d’appel. Ils sont là « pour renforcer l’offre touristique et consolider la présence des visiteurs de Cayo Coco en lui offrant un peu plus que du soleil et de la plage ». La chose est dite assez crûment.

Ailleurs, de telles vérités ne se disent que dans les bonne feuilles économiques.
L’impact touristique d’un éventuel delphinarium à Port Saint Père avait ainsi fait l’objet d’évaluations chiffrées très précises, au regard du coût de l’infrastructure.
En fut-il autrement quand on ouvrit en France le Parc Astérix et le Marineland d’Antibes ? Ou le Boudewiin Seapark à Bruges, qui fit renaître un vieux parc d’attractions moribond en 1972 ?

Et c’est le cas partout dans le monde. En France comme en Chine, aux USA comme en Thaïlande, d’un bout à l’autre du monde où marinent des cétacés prisonniers dans leur cuve d’eau salée, le seul et unique but des delphinariums est de faire de l’argent et d’attirer le touriste.
Tout le reste n’est que littérature.


Cuba : super-marché du dauphin captif !

Escale aux Bahamas chez les dauphins captifs

Nager avec les dauphins au Mexique !

Nourrir et caresser les dauphins dans une petting-pool 


Le neuvième delphinarium de Cuba s’est ouvert à Cayo Coco

log in

reset password

Retour à
log in