Le nouveau show pédagogique du Boudewijn Seapark

Devant l’écran géant, les dresseurs se tiennent prêts à contrôler les mouvements naturels, la main dans la caisse à poissons.

Le nouveau show pédagogique du Boudewijn Seapark

Le nouveau show pédagogique du Boudewijn Seapark projeté sur grand écran enseigne aux enfants de graves contre-vérités scientifiques à propos des dauphins. Pourtant, personne ne semble s’en apercevoir.
Dans son article Dolfijnen hebben het hier wél goed, le journaliste Bart Huysentruyt donne la parole au dresseur en chef du dernier delphinarium belge…

Brusquement, le delphinarium abandonne ses amusants numéros de cirque qui enchantaient pourtant le public. A trop faire dans la pédagogie, il va perdre des clients qui s’ennuient comme au Marineland d’Antibes.

« Les dauphins vont très bien ici » 

« Hier, au Boudewijn Seapark, 1.400 enfants ont regardé le nouveau spectacle des dauphins.
C’est un spectacle qui porte un message. Sur un grand écran de projection, le parc leur explique d’où les dauphins proviennent.
Ce nouveau show se veut indirectement une réponse aux nombreuses critiques que les organisations animalistes telles que Bite Back infligent au Boudewijn Seapark.
Ces groupes font campagne depuis plusieurs années pour que le parc soit fermé, car des dauphins y sont gardés en captivité.

Le combat contre les delphinariums que mène Bite Back en Belgique s’intègre à un mouvement de lutte globale en passe d’être d’être gagné en Europe, au Canada, aux USA et en Australie

Le delphinarium de Bruges est le seul dans notre pays et relève de la législation sur les zoos.
Cette législation s’est durcie tout récemment mais selon le delphinarium, cela n’aura aucune incidence sur la poursuite des spectacles à Bruges.
«Il y a, à juste titre, beaucoup d’inquiétude à propos du bien-être des animaux dans les parcs », nous répond le directeur Sander Van Der Heul, qui a lui-même monté le nouveau show. « Mais nous voulons montrer à notre fidèle public que nous sommes vraiment attachés à nos animaux, qu’ils ont une bonne vie ici et qu’ils ne sont pas traités comme des animaux de cirque ».

Le spectacle des dauphins est régulièrement renouvelé, mais il transmet maintenant un vrai message.
« Sur l’écran, nous montrons aux spectateurs d’où viennent ces dauphins, à quoi sert leur sonar et comment ils vivent dans la nature.
Nous expliquons également qu’ils effectuent exactement les mêmes sauts dans notre bassin que dans la nature.
Donc, ce ne sont pas du tout des performances de cirque ! Les spectateurs peuvent voir un dauphin dans la nature en train de faire un tel bond, tandis qu’au même moment, l’un de nos dauphins saute lui aussi.
Juste pour montrer que c’est un comportement parfaitement normal !
 »

Des dauphins violets qui sautent au coup de sifflet, c’est un comportement naturel normal pour le Boudewiijn Park

Selon Van Der Heul, les enfants doivent recevoir des informations claires sur les animaux capturés.
« Les dauphins dans la nature sont menacés. Cela est dû en partie à la pollution, la «soupe de plastique» dans nos océans.
Nous expliquons cela aux enfants et aux visiteurs. Les dauphins de Bruges sont les ambassadeurs de leurs espèces menacées. Ils doivent faire réfléchir les gens sur l’avenir de la planète et l’avenir de la population animale. La participation du public est renforcée, afin que plus d’efforts soient faits pour aider les dauphins dans la nature. « 

Moana et Ori, les deux plus jeunes dauphins du Boudewijn Seapark ont maintenant presque trois ans. Ils font tous les mouvements de leurs mères. C’est beau à voir« .

Le charmant petit Ori sera arraché à sa maman deux ans après son sevrage. En liberté, les enfants mâles ne se séparent jamais vraiment de leur mère, qu’il croisent et fréquentent toute leur vie dans les mêmes territoires

Commentaires

Oh oui, c’est sûrement beau à voir !
Sauf que le petit Ori quittera sa mère à 5 ans et qu’il sera envoyé dans quelque parc espagnol ou portugais pour nager avec les touristes.
Sauf que les gens qui sont « attachés à leurs animaux » n’arrache pas une vieille delphine à ses deux amies d’enfance pour l’envoyer seule en Italie pendant dix ans puis de lui enlever son fils, avant de la ramener à Bruges comme le parc l’a fait avec Linda.
Sauf que le bond vers le ciel que fait le dauphin libre signifie la joie de vivre, alors que le dauphin captif n’obéit ici qu’à un ordre et ne réjouit que son maître.

Sauf que – et ceci est sans doute le plus grave – sauf que la science distillé aux enfants et visiteurs du Boudewijn seapark est une science profondément dévoyée et mensongère comme le démontre  Thomas I White à propos de SeaWorld.

Les déplacements des dauphins près de Sarasota en Floride

Tout le reste est à l’avenant.
Il est regrettable qu’aucun scientifique, aucun enseignant, aucun inspecteur des écoles, aucun journaliste, aucun parent ne soit jamais indigné que l’on mente ainsi à des enfants qui font confiance à leur instituteurs.
Il est très regrettable aussi que le delphinarium ait dépensé un million d’euros pour ce bel écran façon SeaWorld, et si peu pour améliorer l’espace de vie confiné des 8 dauphins qui s’y entassent dans la pénombre.
Et il est très heureux que certaines organisations se préoccupent justement de les sortir de là !

Op Wtv – Focus televisie …

Posted by Sonja De Meyere on Saturday, May 12, 2018


SeaWorld : l’usage de la science et du mensonge comme outil de marketing

Delphinarium de Bruges : pédagogie et confettis au Nocturne AquaShow

Naissance du bébé dauphin Ori au delphinarium de Bruges