L’enfant de l’orque Morgan est né à Loro Parque 

L’enfant de Morgan et sa maman

L’enfant de l’orque Morgan vient de naître à Loro Parque

L’enfant de l’orque Morgan vient de naître à Loro Parque.
Cette orque appartient pourtant toujours au catalogue de SeaWorld, qui a renoncé à la reproduction de ses orques. On ne sait donc à qui reviendra le bébé une fois adulte, à supposer qu’il survive. En tout état de cause, le communiqué du parc marin espagnol est triomphant, et comme toujours, profondément mensonger.

Morgan a été sauvée avec l’intention délibérée de ne jamais la ramener chez elle. Aucun effort n’a été fait pour la rendre à sa famille, dont on connaissait pourtant l’identité. Jamais non plus on n’aurait du l’envoyer dans un parc marin, et surtout pas à Loro Parque où un dresseur avait déjà été tué par l’orque Keto et où les bébés ne vivaient pas longtemps. La responsabilité du gouvernement néerlandais dans cette affaire est lourde, qui a permis ce transfert.

Aujourd’hui, comme toutes les autres orques captives, Morgan a tout tenté pour s’adapter à cette vie de misère, de bagarres et de confinement. Le sort de son enfant ne sera guère différent, mais lui apportera sans doute un peu de bonheur.
Avant bien sûr qu’on ne l’en sépare pour l’envoyer dans d’autres bassins…

Il faut admirer les photographes de Loro Parque qui parviennent à faire croire que Morgan est heureuse et que son bassin est « grand »

Le communiqué de Loro Parque

Loro Parque a de bonnes nouvelles à partager : l’orque Morgan, sauvée après avoir été retrouvée à moitié morte près des côtes de la Mer des Wadden aux Pays-Bas et faisant partie de notre groupe d’orques, a donné naissance ce matin à son premier bébé, lui-même en parfait état de santé. Dès le premier instant, Morgan s’est révélée être une mère exemplaire s’occupant bien de son nouveau-né, qui nage à côté de sa mère dans les installations de l’OrcaOcean.

L’orque Morgan a été sauvée sur la côte de la mer des Wadden en 2010 et une équipe d’experts du dolfinarium de Harderwijk y a assisté afin d’aider l’animal perdu, qui présentait une malnutrition si grave que l’animal n’avait plus que la peau sur les os. Morgan ne pesait plus alors que 430 Kg et les experts du delphinarium néerlandais n’étaient pas certains que l’animal allait survivre la première nuit après son sauvetage. Cependant, ils espéraient qu’avec un niveau approprié de soins, d’affection et d’attention des soignants, ainsi qu’une nutrition adéquate, l’animal pourrait se rétablir.

Grâce à tous les efforts de l’équipe de Harderwijk, l’animal a commencé à récupérer son poids et sa force mais les installations de Harderwijk n’étant pas préparées à conserver des orques, les autorités néerlandaises ont lancé une commission officielle pour déterminer l’avenir de l’orque Morgan. Un groupe d’experts internationaux et indépendants (?) est parvenu à la conclusion qu’il n’y avait que deux alternatives viables pour l’animal: soit l’euthanasie soit le transfert dans le bassin d’un aquarium répondant aux conditions nécessaires pour cette espèce animale.

Puisque Loro Parque disposait à ce moment des installations les plus modernes pour les orques, le parc a été contacté pour voir s’il pouvait accueillir l’animal. Malgré tous les défis que cette demande représentait, Loro Parque a accepté la demande, évitant ainsi la seule autre alternative qui restait pour Morgan : l’euthanasie.
Après quelques mois dans nos installations, l’orque Morgan s’est adaptée aux nouvelles conditions et s’est parfaitement intégrée au groupe  d’orques de Loro Parque. Dans le même temps, on a découvert que l’orque souffrait d’une grave déficience auditive, ce qui était un autre argument pour déclarer que l’animal était incapable de survivre seul dans la nature.

Compte tenu de cette surdité, certaines questions se posait quant au bon déroulement de la mise-bas.
Aujourd’hui, Loro Parque aimerait partager la bonne nouvelle: l’accouchement s’est déroulée de manière tout à fait normale et les premières heures après la naissance se sont déroulés conformément aux meilleures attentes.

Il est impossible de connaître le sexe du nouveau veau pour le moment, même si la chose la plus importante est que la mère et l’enfant soient tous les deux en parfaite santé. Loro Parque informera le public sur l’évolution de la situation et voudrait profiter de cette occasion pour remercier tous les visiteurs de différentes parties du monde, les voyagistes et tous les collaborateurs dans le domaine scientifique pour tout le soutien apporté à la mission Loro Parque: protéger et conserver les animaux et leurs habitats naturels pour les générations futures »

L’orque Springer, sauvée, soignée, réhabilitée, a eu son premier enfant en pleine mer. Il ne la quittera plus jamais.

Faut-il rappeler à Loro Parque qu’en 2002, l’orque Springer fut elle aussi découverte émaciée, perdue loin du territoire de son groupe ?
Comme le fit le Dolfinarium de Harderwijk avec Morgan, la National Marine Fisheries Service décida dans un premier temps de capturer le cétacé mal en point, avec l’idée de lui faire réintégrer sa famille par la suite et non, bien sûr, de le revendre à SeaWorld.
Le 12 juin 2002, Springer fut ainsi déplacée vers un centre de sauvetage à Manchester dans l’État de Washington.
Après un traitement médical intensif, la jeune Springer a pu être relâchée dans le détroit de Johnstone, avant de réintégrer son pod avec succès.

En 2013, Springer fut aperçue avec son fils Spirit, faisant d’elle la première orque réhabilitée ayant donné naissance.
Mais en mer.
Pas dans un bassin où le corps explosé du dresseur Martinez a été traîné par une orque devenue folle.
Pas dans un bassin où la petite Victoria, lourdement consanguine, a été rejetée par sa mère avant de mourir misérablement.
Pas dans un bassin où le pauvre Adan, né à Loro Parque et lui aussi rejeté par sa mère, subit sans fin les brutalités des autres détenus
Le bonheur n’existe pas au delphinarium, car on y sépare les amis, on y vend les enfants et on y drogue les orques pour les calmer.
Pour Morgan plus que encore que pour ses compagnons d’infortune qui n’ont jamais connu la mer, cette vie est un pur cauchemar qui ne finira que dans la mort ou par une réhabilitation.

Mais elle est sourde, direz-vous !
Et alors ? A supposer qu’elle le soit vraiment, ce dont on peut douter, cela ne ferait aucune différence : même une orque handicapée peut devenir cheffe de clan, car tous prendront soin d’elle !


Une orque handicapée devient la cheffe du clan !

L’orque Morgan défendue devant le Parlement européen

Morgan à Loro Parque

7 bonnes raisons pour ne pas détenir des orques