Sea Life et les bélugas de Shanghai

article-2608269-1D2FD60C00000578-684_634x473
Sea Life et les bélugas de Shanghaï

Le sanctuaire sera fonctionnel en mars 2019

Enfin ! Un sanctuaire pour bélugas ouvrira ses portes en mars 2019 dans la baie de Klettsvik, en Islande. Il accueillera deux cétacés de douze ans en provenance du Changfeng Ocean World, situé à Shanghai (Chine).

La construction d’un sanctuaire marin dans les îles Westman en Islande était annoncée depuis plus de 10 ans par la société Merlin Entertaintments, avec le soutien de la WDC. Le projet touche enfin à son terme ! 

Little White et Little Grey seront amenés depuis Shanghai jusqu’à l’aéroport international de Keflavik en Islande au mois de mars 2019. Leur compagnon, Jun Jun, devait également finir ses jours en Islande mais il est mort, épuisé par les shows, l’année dernière.

Le refuge des bélugas de Shanghai en Islande

C’est une structure unique au monde qu’inaugurera bientôt l’Islande : le premier sanctuaire pour bélugas au monde. Mis au point par l’organisation Sea Life Trust, il ouvrira ses portes l’année prochaine dans la baie de Klettsvik où a été tourné le film Sauvez Willy. En guise de premiers pensionnaires, le sanctuaire à ciel ouvert doit accueillir deux bélugas de douze ans, Little Grey et Little White, qui divertissent actuellement les visiteurs du Changfeng Ocean World, à Shanghai.

« C’est à la fois un projet visant au bien-être animal et un projet touristique », a expliqué Elliði Vignisson, maire des îles Vestmann où le sanctuaire se trouvera. En effet, les deux cétacés de 900 kilogrammes pour environ quatre mètres de long, sont aujourd’hui gardés dans des bassins en béton, bien loin des conditions idéales dans lesquelles vivent les spécimens sauvages. Toutefois, Little Grey et Little White étant nés et ayant grandi en captivité, ils sont bien trop dépendants des humains pour être libérés dans le milieu naturel. « Ce sont des animaux de spectacles et ils le resteront mais dans des conditions complètement différentes et plus humaines », a poursuivi Elliði Vignisson pour Iceland Review.

Selon Sea Life Trust, la zone sélectionnée s’étend sur 32.000 kilomètres carrés et 10 mètres de profondeur pour offrir aux deux femelles, un espace de vie bien plus vaste qu’actuellement. La création du sanctuaire prévoit également l’installation d’une piscine pour abriter les bélugas en cas de mauvais temps ou si des soins sont nécessaires.

Lire la suite….

Les trois bélugas étaient encore ensemble l’an passé


18 juin 2017

Jun Jun est mort


Jun Jun le petit béluga de 17 ans enfermé dans l’enfer du Changfeng Oceanworld Aquarium à Shanghai, vient de mourir d’une étrange hémorragie au cerveau.

L’espérance de vie des bélugas sauvages est de 60 ans.

Le delphinarium chinois détient encore Petit Gris et Petit Blanc, deux autres bélugas capturés en Russie.
Leur propriétaire actuel, Merlin Entertainment, avait pourtant promis que les 3 baleines blanches seraient envoyés dans un «sanctuaire» dès qu’il aurait pu trouver l’endroit adéquat et y installer le refuge marin, avec l’aide « compliquée » de la Whale and Dolphin Conservation.
Mais une fois encore, la date est repoussée et il est fort probable que les deux autres bélugas meurent eux aussi en captivité. Leurs shows rapportent trop d’argent.

Jun Jun, Petit Gris et Petit Blanc

 


Janvier 2016

Situation inchangée pour les trois bélugas de Shanghaï

Le 19 Septembre 2015, l’association Captive Animals’ Protection Society (CAPS) organisait une Journée d’action internationale pour les bélugas de Sea Life.
La société mère de Sea Life, Merlin Entertainment, possède le Changfeng Oceanworld Aquarium à Shanghai.

Ce delphinarium détient trois bélugas contraints d’effectuer tous les jours des spectacles humiliants et fort peu pédagogiques devant une foule d’enfants. Sean Life affirme pourtant, dans ses sites comme dans ses centres, qu’il s’oppose à la captivité des cétacés. Merlin Entertainment a également promis que les 3 baleines blanches seront envoyés dans un «sanctuaire» dès qu’il aura pu trouver l’endroit adéquat et y installer le refuge marin, avec l’aide malheureuse de la Whale and Dolphin Conservation.

changfeng-ocean-world

Cependant, plus d’un an après le début de la campagne pour libérer les bélugas de Shanghai, très peu de progrès semblent avoir été faits.
Les trois bélugas Jun Jun, Petit Blanc et Petit Gris doivent continuer à effectuer des acrobaties, parmi lesquels «la danse» en cercle, le saut pour attraper le poisson ou le « chant » accompagné d’un xylophone. Ils poussent aussi de leur melon des hommes adultes à travers l’eau.

La Journée internationale d’action du 19 Septembre 2015 avait donc pour but d’exiger de Merlin Entertainment qu’il sorte les bélugas de ce delphinarium tout de suite. Des manifestations devaient se tenir devant tous les Sea Life du monde, y compris celui de Blankenberge, sur la côte belge, mais il y en eut fort peu.

On peut s’étonner en effet qu’une entreprise aussi puissante financièrement que Merlin soit incapable de construire ce fameux sanctuaire tant promis pour Jun Jun, Little White et Little Grey.
La WDC, qui collabore avec Merlin sur ce projet depuis 2009, répond sur son site que les recherches sont en cours mais que le sanctuaire envisagé en Russie ne convient finalement pas. Merlin Entertainment renchérit en disant qu’il faut que ce lieu de retraite soit parfaitement adapté aux besoins des 3 captifs, au risque de mettre leur santé en danger.

Sans doute. Mais leur santé ne l’est-elle pas déjà suffisamment là où ils sont, dans l’Aquarium ?
N’est-ce pas là une situation d’urgence ?
Car ce discours rassurant en rappelle un autre. A plusieurs reprises depuis 2009, la WDC et Sea Life ont annoncé la création de sanctuaires marins pour les dauphins de Gardaland (qui croupissent aujourd’hui à l’Aquarium de Gènes) mais aussi pour tous les captifs d’Europe. Il a même parlé de baies fermées pour les orques, dans les eaux froides de l’Irlande.

Des plans ont été montrés, qui présentaient une sorte de «super delphinarium du futur », une baie fermée dont le sol aurait été tapissé de caméras sous-marines permettant aux visiteurs de voir les orques sous tous les angles.

Mais rien n’est venu jusqu’à présent. Rien n’a été fait. Nulle part.
Pendant ce temps, les bélugas de Shanghai continuent à chanter sur un air de xylophone.
Et lorsque Ric O’Barry a tenté de s’informer sur leur situation lors de son passage en Chine, les gardes l’ont expulsé de l’Aquarium.

Vidéo du spectacle

beluga-gift-shop
article-2608269-1D2FD60800000578-139_634x419


Sea Life ouvrirait son premier centre en 2013

Sea Life contre SeaWorld !