Les corneilles qui offraient des cadeaux



Les jeunes corneilles restent longtemps dépendantes de leur parents et les accompagnent même parfois pendant plusieurs années

Les corneilles qui offraient des cadeaux

Les corneilles qui offraient des cadeaux…
Les deux anecdotes qui suivent semblent incroyables et pourtant, elles 
n’ont rien d’exceptionnelles. Les histoires abondent d’animaux qui nous remercient à la leur façon, de la baleine qui saluent ses sauveteurs au dauphin qui offre un poisson
Celles que nous rapportons ici ont néanmoins le mérite de nous rappeler que les corneilles, dont les croassements irritent certains au point qu’ils les tuent, sont des oiseaux profondément attachants, dotés d’une intelligence prodigieuse et d’une vie familiale toute faite de gentillesse et de fidélité.  

Photo KATY SEWALL

La petite fille qui recevait des cadeaux des corneilles

Beaucoup de gens aiment les oiseaux dans leur jardin, mais il est rare que cette affection soit réciproque. Une jeune fille à Seattle a plus de chance que la plupart des autres. Elle nourrit les corbeaux dans son jardin – et ils lui apportent des cadeaux en retour.

Gabi Mann, huit ans, pose un récipient de rangement des perles sur la table de la salle à manger et ouvre le couvercle. C’est sa collection la plus précieuse.
« Vous pouvez regarder de près, » dit-elle, « mais ne touchez pas. » C’est un avertissement qu’elle a probablement pratiqué sur son jeune frère. Elle rit après l’avoir dit. Elle est heureuse d’avoir un public.

À l’intérieur de la boîte se trouvent des rangées de petits objets dans des sachets en plastique transparents. Une étiquette se lit comme suit: « 14h30 09 novembre 2014. » À l’intérieur se trouve une ampoule cassée. Un autre sachet contient de petits morceaux de verre brun usés par la mer. « Verre de couleur bière », comme le décrit Gabi.

Chaque article est emballé et classé individuellement. Gabi tire un zip noir d’un sac étiqueté : « Nous le gardons dans le meilleur état possible », dit-elle avant d’expliquer que cet objet est l’un de ses favoris.
Il y a une boule miniature en argent, un bouton noir, un trombone bleu, une perle jaune, un morceau de mousse noir fané, un morceau de Lego bleu, et la liste est longue. Beaucoup d’entre ces objets sont éraflés et sales. C’est un étrange assortiment d’objets à chérir pour une petite fille, mais pour Gabi, ces objets ont plus de valeur que l’or.

Il y a une boule miniature en argent, un bouton noir, un trombone bleu, une perle jaune, un morceau de mousse noir fané, un morceau de Lego bleu, et la liste est longue. Beaucoup d’entre eux sont éraflés et sales. C’est un étrange assortiment d’objets à chérir pour une petite fille, mais pour Gabi, ces objets ont plus de valeur que l’or.

Photo KATY SEWALL

Elle n’a pas rassemblé cette collection. Chaque article était un cadeau – offert par des corbeaux.
Elle montre un coeur de couleur perle. C’est son cadeau le plus précieux. « Cela me montre à quel point ils m’aiment. »

La relation de Gabi avec les corbeaux du quartier a commencé accidentellement en 2011. Elle avait quatre ans et avait tendance à laisser tomber sa nourriture en mangeant. En sortant de la voiture, un bout de poulet était tombé de ses genoux. Une corneille s’était précipité pour le récupérer. Bientôt, les corbeaux prirent l’habitude de la guetter, en espérant pouvoir ramasser un autre morceau.

En devenant plus âgée, Gabi a récompensé leur attente en partageant son panier-repas sur le chemin de l’arrêt de bus. Son frère a rejoint le groupe. Bientôt, des files de corneilles s’alignaient le long de la route en fin d’après-midi pour accueillir le bus de Gabi !

Photo Lisa Mann

Lisa, la maman de Gabi, n’a rien trouvé à redire au fait que les corneilles avalent désormais la plupart des déjeuners pour l’école qu’elle prépare. « J’aime le fait que les enfants aiment les animaux et qu’ils soient prêts à partager », explique-t-elle tout en admettant qu’elle n’avait jamais remarqué de corbeaux avant que sa fille ne s’intéresse à eux. « C’a été une sorte de transformation. Je n’ai jamais pensé aux oiseaux. »

En 2013, Gabi et Lisa ont commencé à offrir de la nourriture comme rituel quotidien, plutôt que de laisser tomber des restes de temps en temps.
Chaque matin, elles remplissent le bain pour les oiseaux de la cour avec de l’eau fraîche et recouvrent les plates-formes de nourrissage de cacahuètes. Gabi jette des poignées de croquettes pour chiens dans l’herbe. Pendant qu’elles font cela, des corneilles se rassemblent sur les lignes téléphoniques voisines, les appelant à voix haute.

C’est après qu’elles aient adopté cette routine que les cadeaux ont commencé à apparaître.
Les corbeaux avalaient toutes les cacahuètes et laissaient des bibelots brillants sur le plateau vide : une boucle d’oreille, une charnière, un rocher poli. Les cadeaux sont apparus sporadiquement – tout ce qui est brillant et suffisamment petit pour tenir dans le bec d’un corbeau.
Une fois, c’était un minuscule morceau de métal sur lequel était gravé le mot «Meilleur».
« Je ne sais pas s’ils ont toujours la partie qui dit » Ami « , » rigole Gabi, amusée par l’idée d’un corbeau portant un collier assorti.

Photo Lisa Mann

« Si vous voulez créer un lien avec un corbeau, soyez cohérent pour le récompenser », conseille John Marzluff, professeur de science de la faune à l’université de Washington, spécialisé dans les oiseaux, en particulier les corbeaux et les corneilles.
Quelle nourriture est la meilleure pour eux ?
« Quelques cacahuètes dans leur écorce », dit-il. « C’est un aliment très énergétique… et ça fait du bruit quand on le jette à terre, alors ils l’entendent et s’habituent rapidement à votre routine. »

Marzluff et son collègue Mark Miller ont réalisé une étude sur les corbeaux et les personnes qui les nourrissent. Ils ont découvert que les corbeaux et les humains nouent des relations très personnelles. »
Il y a définitivement une communication à double sens, »
dit Marzluff. « Chacun comprend les signaux de l’autre. »

Les oiseaux communiquent par la manière dont ils volent, leur proximité et leur position assise.
L’homme apprend leur langage et les corneilles apprennent à décoder les gestes et la posture de leur nourrisseur. Ils commencent peu à peu à se connaître et à se faire confiance. Alors, parfois, la corneille laisse un cadeau.

Mais les cadeaux de corbeaux ne sont pas garantis. « Je ne peux pas dire qu’ils vont toujours donner des cadeaux », admet Marzluff, « n’ayant jamais reçu de cadeau personnellement, mais j’ai vu énormément de choses que les corneilles ont apportées aux gens ».

Les corneilles dans le jardin de Lisa et Gabi

Gabi nous montre une vis rouillée qu’elle préfère ne pas toucher.
C’est étiqueté « Troisième favori ». En lui demandant pourquoi un objet intouchable se trouve dans les favoris, elle répond: « On ne voit pas souvent un corbeau porter une vis. Sauf s’il essaie de construire sa maison. »

Lisa, la mère de Gabi, photographie régulièrement les corbeaux et décrit leur comportement et leurs interactions.
Son cadeau le plus étonnant est arrivé il y a quelques semaines à peine, lorsqu’elle a perdu un capuchon d’objectif de son appareil photo  dans une ruelle voisine tout en photographiant un pygargue à tête blanche qui faisait le tour du quartier.

Les corbeaux l’auraient-ils trouvé ?
Lisa s’est connectée à son ordinateur et a mis en marche sa webcam à oiseau placée dans le jardin. Il y avait là une corneille qu’elle soupçonnait.
« Regardez les images… Vous pouvez le voir amener le capuchon dans la cour. Il marche vers la baignoire à oiseaux et passe du temps à rincer le capuchon…. Je suis sûre que c’était intentionnel« , sourit-elle. « Ils nous surveillent tout le temps. Je suis sûr qu’ils savaient que je l’avais laissé tomber. Je suis sûr qu’ils ont décidé de me le rendre. »

The girl who gets gifts from birds
By Katy Sewall
Seattle
25 February 2015

Une famille de corneilles remercie l’homme qui les a aidés avec de gentils cadeaux

Stuart Dahlquist n’aurait jamais pensé devenir un ami de la petite famille de corneilles qui s’était installée juste à côté de chez lui à Seattle. Dès le début, il était clair que ses nouveaux voisins aimaient plutôt rester entre eux.
«Cette famille de corneilles s’est installée près de notre maison, il y a environ quatre ans», a déclaré Dahlquist au Dodo. «Ils avaient construit leur nid en haut d’un grand sapin de Douglas dans notre cour avant et nous pouvions entendre les oisillons lorsque les adultes les nourrissaient.»

M. Dahlquist aimait bien écouter le pépiement excité des jeunes corbeaux. Mais un jour, il sortit de chez lui et se rendit compte aussitôt que quelque chose n’allait pas. Deux poussins étaient tombés du nid et leurs parents étaient incapables de leur venir en aide.
« Les oisillons étaient presque capables de voler, mais là, ils couraient simplement dans la cour et leurs parents les appelaient« , raconte M. Dahlquist. «J’ai attrapé les deux poussins et je les ai remis dans un arbre. J’ai également pris soin de placer de la de la nourriture et de l’eau sous eux au cas où ils tomberaient à nouveau au sol ».

L’acte de gentillesse de Dahlquist n’est pas passé inaperçu.
« Les corneilles adultes étaient vraiment énervés mais du jour au lendemain, elles ont semblé commencer à nous accorder plus d’attention ».
Les corbeaux ont en effet cette capacité étonnante de reconnaître les visages humains. Cela aide beaucoup ces oiseaux très intelligents à se souvenir qui parmi les humains qu’ils rencontrent, sont des menaces ou des amis.

Dahlquist a continué à laisser de la nourriture au pied du sapin, sans rien attendre en retour.
Mais les corneilles ont décidé de lui montrer leur gratitude avec un petit cadeau.
« Le premier était un peu déroutant », a déclaré Dahlquist. « Il avait été mis au beau milieu de l’endroit où je leur jetait de la nourriture. Je l’ai tout de suite remarqué parce que je suis sensible au fait que les ordures doivent se trouver là où elles doivent être», a-t-il ajouté, «Une languette de canette de soda avait été soigneusement enfilée sur une branche de sapin et ce n’était pas normal. Je l’ai gardée».

Le lendemain, Dahlquist a été très surpris de trouver un nouvelle brindille décorée d’une languette au même endroit ! «C’est à ce moment-là que nous nous sommes rendus compte que les corbeaux venaient de l’enfiler sur une branche et qu’ils étaient juste en train de s’éloigner ».

Dahlquist, qui a déjà soigné et relâché plusieurs corvidés blessés dans le passé, n’avait jamais été remercié de manière aussi explicite jusqu’alors !
« J’ai mis quelques jours pour comprendre à quel point c’était incroyable » explique-t-il. « Non seulement nos corbeaux nous laissaient des cadeaux, mais en plus, ils avaient voulu créer quelque chose de joli. C’était de l’artisanat ».

Depuis l’échange de cadeaux, les relations de Dahlquist avec ses voisins du corbeau n’ont fait que se renforcer.
«Ils me suivent lorsque je me promène, en se posant sur les fils électriques le long du chemin», raconte-t-il. « Le mâle adulte est particulièrement aimable et vole parfois à quelques mètres près de moi en se précipitant pour dire: ‘Je suis là! »

Une famille de corneilles remercie l’homme qui les a aidés avec de gentils cadeaux
PAR LILY FEINN

La reconnaissance du visage humain chez les corneilles

Intrigués par le comportement des corneilles d’Amérique vivant sur leur campus de Seattle (USA), des chercheurs de l’Université de Washington ont voulu savoir si ces oiseaux se rappelleraient le visage d’un individu leur ayant fait subir une expérience traumatisante.
Les scientifiques ont donc enfilé un masque en latex imitant le faciès d’un homme des cavernes pour capturer et baguer les volatiles avant de les relâcher au bout d’un certain temps.
Ils ont ensuite continué à porter ce masque synonyme de danger en se promenant sur le campus pour observer les réactions des corneilles. Ils ont également réalisé la même expérience avec un masque «neutre», en l’occurrence celui de l’ancien vice-président américain Dick Cheney, pour comparer les différences de comportement.
La simple vue du masque d’homme des cavernes déclenchaient des cris d’alarme des corneilles ou les poussaient à se regrouper pour faire face au danger, croassant avec colère et battant violemment des ailes pour prévenir leurs congénères.
À l’inverse, le masque de Dick Cheney ne suscitait pas de réaction notable.

Durant cinq ans, l’équipe de chercheurs a élargi ses expériences à quatre autres sites, utilisant cette fois d’autres masques spécialement fabriqués pour l’occasion et imitant des visages plus communs.
Mais ce changement de faciès n’a pas fait diminuer le nombre de corneilles réagissant à l’approche de l’individu «dangereux».
La fréquence des comportements d’alarme a même fini par doubler: les jeunes corneilles avaient observé les réactions de leurs parents face à ce signal et les imitaient tandis que d’autres corneilles voisines avaient elles aussi appris à reconnaître ce danger par «contagion».

La reconnaissance faciale joue en effet un rôle crucial pour ces corneilles dans la mesure où certains humains leur donnent à manger tandis que d’autres les abattent à coups de fusil, explique John Marzluff, spécialiste de la faune sauvage et auteur de l’étude publiée par la revue britannique Proceedings of the Royal Society B.
Mais la capacité de ces corneilles à jongler avec trois sources d’informations distinctes est particulièrement étonnante.
Les oiseaux ont recours à leur expérience personnelle, à la transmission «verticale» des informations recueillies par leurs parents, et à la transmission «horizontale» et «sociale» des informations fournies par leurs congénères.
Pour les animaux, l’expérience personnelle – menaces, sources de nourritures, etc. – est toujours la plus fiable mais elle comporte de gros risques. A l’inverse, obtenir des informations de tiers est moins risqué mais aussi potentiellement moins fiable, en particulier lorsque les renseignements proviennent de ses relations «sociales» et non plus familiales.

Et ce n’est pas tout !
Les corneilles se parlent et s’informent dans un langage que nous n’avons pas encore décodé. Si l’une d’elles est tuée, toutes les autres éviteront ce lieu. Si on lance un faucon dressé contre une seule d’entre elles, toutes les autres le sauront tôt ou tard. Elles communiquent avec des dialectes propres à leur groupe.
Les corneilles disposent de cris différents selon que le danger est un chat, un humain, ou un autre animal. Mieux encore, elles ont un dialecte réservé à leur communauté et un autre, plus doux et complexe, pour leur famille proche. Chacun est reconnaissable à sa voix.

Lorsque les enfants naissent, le couple en prend soin avec l’aide d’un jeune de l’année précédente.
Les enfants peuvent rester près de leur parents plus de 5 ans, durant lesquels on le nourrit encore à l’occasion, le temps qu’ils apprennent. C’est le temps le long connu chez les oiseaux. Ils sont également nettoyés par leurs parents, qui leur portent beaucoup de soins et d’affection.

A l’adolescence, les jeunes corneilles aiment jouer et faire des folies avec des amis de leur âge. Ils restent en groupes, mais reviennent bien vite auprès de leurs parents, un couple soudé pour la vie. Puis vient le moment de trouver une compagne ou un compagnon à leur tour et de fonder une famille.

Ce type d’intelligence à trois niveaux n’avait jusqu’ici été observé que chez l’homme et les grands singes : usage et création d’outils mais aussi création d’outils pour aller chercher d’autres outils. Les corvidés connaissent les relations qui existent entre d’autres corneilles et pratiquent la lecture de pensée, en se mettant mentalement à la place de l’autre et en imaginant à l’avance ses réactions possibles. Ils cachent par exemple leurs trouvailles dans des fausses cachettes, sachant qu’on les observe.

Enfin, ces oiseaux étonnants ont conscience de la mort. Lorsque l’un d’eux est tué, ils se tiennent en masse dans les arbres voisins puis s’envolent en silence. Bien d’autres de leurs comportements résistent encore à toute explication, comme la vidéo qui suit nous le montre.

Lire aussi  sur One Voice

Le Monde selon les Corneilles

L’une de corneilles amies de M. Stuart Dahlquist

Un pneu pour Tina

 


Les corneilles qui offraient des cadeaux

log in

reset password

Retour à
log in