Les dauphins captifs sont-ils heureux en Australie ?

PHOTO: Dr Clegg’s research will help decide whether to move the dolphins to a sea pen. (ABC Coffs Coast: Claudia Jambor)

Les dauphins captifs sont-ils heureux en Australie ?

Les dauphins captifs sont-ils heureux au Dolphin Marine Conservation Park en Australie ?
Pour le savoir, Isabella Clegg, qui avait déjà mis en lumière le « merveilleux bonheur d’être captif » au Parc Astérix (surtout Femke et Aïcko), va vérifier le bien-être des dauphins captifs en Australie.
Cette « scientifique de renommée mondiale » – selon la presse australienne – s’est rendue à Coffs Harbour pour la première étude menée en Australie sur le bonheur actuel des cinq dauphins de cette attraction touristique.

La Dre Isabella Clegg, experte en comportement animal et disciple de Fabienne Delfour, mène actuellement ses recherches dans le cadre d’une étude de faisabilité sur le transfert éventuel de ces cinq détenus vers un sanctuaire marin installé dans le port local.
« De nombreux projets existent pour créer de tels sanctuaires, a déclaré Isabella Clegg, « car les gens pensent que ce sera meilleur pour le bien-être de l’animal. Mais il est vraiment important de vérifier cette assertion en effectuant d’abord ce type d’étude relative à leur bien-être avant et après leur déménagement, juste pour s’assurer qu’ils se trouvent effectivement dans une meilleure situation qu’auparavant. »

La recherche consistera à évaluer les personnalités individuelles des dauphins et leur comportement les uns avec les autres, ainsi qu’avec les humains, afin de déterminer leur réaction éventuelle lorsqu’ils seront dans un enclos marin.
Jusqu’à présent, le Dr Isabella Clegg a déclaré qu’il existait des signes positifs quant au bon moral des dauphins du parc et qu’il existait « de bons liens sociaux » entre les animaux, dont certains sont liés au niveau familial et qui sont d’âge variés.
« Nous voulons qu’ils aillent dans un meilleur endroit meilleur, et non pas vers le pire ».

Terry Goodall, le fondateur du Dolphin Marine Conservation Park, encore récemment nommé Dolphin Marine Magic , a déclaré que cette recherche constituerait un facteur crucial pour déterminer si un sanctuaire marin pouvait être créé à Coffs Harbour.
« Excepté Bucky et Calamity, les trois autres dauphins n’ont jamais été dans l’océan », a-t-il expliqué. « Nous devons nous assurer que cette transition vers un environnement océanique est dans leur intérêt, et non le contraire. Si c’était le cas, ils reviendraient bien évidemment dans leur piscine d’origine ». 
Terry Goodall est convaincu que cette étude démontrera que les dauphins du parc sont tous « en bonne santé et qu’ils ont eu du bon temps dans les bassins que nous leur offrons ».

Derrière le sourire du dauphin, il n’y a pas toujours du bonheur…

Les défenseurs des dauphins, eux, sentent venir l’embrouille.
La meilleure option, c’est le sanctuaire, rappelle avec force le groupe Justice for Captives. Bien que ces activistes s’associe à l’étude de faisabilité menée par le parc avec Action for Dolphins et World Animal Protection, ils s’inquiètent de ce que les dauphins contueront à interagir avec les humains.

Chelsea Hannah, porte-parole de Justice for Captives, estime que, quelles que soient les conclusions de l’étude du Dr Clegg, un enclos marin reste la solution idéal pour les dauphins.
« Certains spécialistes seraient même en mesure d’identifier des moyens d’intégrer ces dauphins dans un environnement océanique sans interaction avec les humains », a-t-elle déclaré. « C’est aussi simple que cela. Le meilleur intérêt de ces dauphins serait de sortir de leurs bassins et de rester en jusqu’à la fin de leur vie ! ».

D’après l’article
Dolphins’ happiness living in captivity at marine animal park probed, as tourist attraction considers sea pen


Australie : le Dolphin Marine Magic arrête la reproduction des dauphins

Bien-être et dauphins captifs : première étude scientifique

Malade du cancer, le vieux dauphin Bucky doit tout de même travailler !

Spectateurs en furie au Sea World d’Australie