Les dauphins soldats de San Diego sautent sur l’Irak

Le célèbre K-Dog (34 ans), de son vrai nom  » Kahili », dont la photo a fait le tour du monde.

 

Mars 2003

Les dauphins soldats de San Diego sautent sur l’Irak

Le 12 avril 2017, Makai, un dauphin vétéran de la guerre d’Irak était euthanasié dans les bassins du Space and Naval Warfare Systems Command (SPAWAR) dans la baie de San Diego. Peu de gens se souviennent des exploits de ces malheureux enfants soldats lancés dans des missions périlleuses durant la guerre d’Irak. C’est en hommage à Makai, et à ses compagnons Tacoma le déserteur, et K-Dog, le dauphin à la caméra, que nous remettons à jour cette petite page d’archive.

Le vieux Makai s’éteint


D’après l’agence Reuters, le 25/03/03

L’armée américaine s’apprête à déployer dans le secteur d’Umm Qasr dans le sud de l’Irak les détecteurs de mine les plus perfectionnés : les dauphins soldats de San Diego.
Selon Mike Tillotson, Capitaine de la US Navy, ces « trois ou quatre dauphins Tursiops » – parmi lesquels Makai et  Tacoma – ont été dressés à détecter les mines sous-marines éventuellement placées par l’armée irakienne à l’entrée du port.

En principe, leur tâche se limite donc à signaler la présence de l’engin de mort grâce à une balise flottante accrochée à un filin. C’est en tous cas ce que déclare l’état-major américain, soumis de longues années au critiques virulentes des protecteurs des animaux à ce propos. La vérité est sans doute un peu différente : outre les risques très réels d’explosions ou de mise à mort dont ils pourraient être victimes, ces dauphins sont certainement capables de désarmer un plongeur ennemi en lui arrachant son tuba ou de le mettre hors d’état de nuire par des moyens plus sophistiqués encore.

« Ils ont été amenés ici dans un avion militaire spécialement aménagé pour le transport animal » a ajouté Tillotson. « Les dauphins sont placés dans des containers confortables et humidifiés, de sorte qu’il ne leur pas trop pénible de voyager. De plus, ils sont nourris de manière optimale avec des aliments vitaminés »

Plusieurs mines ont été découvertes la semaine dernière sur le flanc de certains navires amarrés le long de la péninsule de Faw.
Les équipes de plongeurs présents dans le port d’Umm Qasr depuis lundi n’ont pour leur part encore trouvé aucune mine de ce type.
Complétant ces informations, la plupart des journaux mondiaux publiaient en date du mercredi 25 mars une photo de « K-Dog » et de son dresseur Andrew Garett en mer pendant un exercice, où l’on distingue clairement une webcam attachée à la nageoire droite
du dauphin en plein bond.
Ce dauphin Tursiops, rappelle par ailleurs Fox News, est membre à part entière de la Multinational Commander Task Unit 55.4.3 qui appuie les efforts de l’opération « Iraqi Freedom ».

Central Command Area of Responsibility (Mar. 18, 2003) — Hefi, a Bottle Nose Dolphin belonging to Command Task Unit (CTU) 55.4.3, receives a routine medical evaluation on the well deck aboard USS Gunston Hall (LSD 44). CTU-55.4.3 is a multi-national team consisting of Naval Special Clearance Team-One, Fleet Diving Unit Three from the United Kingdom, Clearance Dive Team from Australia, and U.S. Navy Explosive Ordnance Disposal Mobile Units Six and Eight (EODMU-6 and -8). These units are conducting deep/shallow water mine countermeasure operations to clear shipping lanes for humanitarian relief. CTU-55.4.3 and USS Gunston Hall are currently forward deployed conducting missions in support of Operation Iraqi Freedom, the multinational coalition effort to liberate the Iraqi people, eliminate Iraq’s weapons of mass destruction, and end the regime of Saddam Hussein. U.S. Navy photo by PhotographerÕs Mate 1st Class Brien Aho. (RELEASED)

29 mars 2003

La désertion du soldat Tacoma

La US Navy était plutôt embarrassée ce 29 mars 2003 lorsqu’il lui a fallu annoncer que le dauphin soldat Tacoma, chargé de déminer les ports irakiens aux côtés des troupes américaines, venait de … déserter, au terme de sa première opération en mer ! 

Son dresseur, l’officier Whitaker, venait de montrer à la presse toutes les extraordinaires capacités de Tacoma et avait longuement expliqué les traitements de faveur dont ce dauphin âgé de 22 ans bénéficiait à l’armée (vitamines à tous les repas, menus variés de calmars et de harengs, huile solaire sur l’aileron , etc…). 
Tacoma, Makay et ses amis « chasseurs de mine  » reçoivent en effet un régime alimentaire spécial très contrôlé au niveau diététique. Constamment maintenus sous contrôle médical, ils se reposent à des intervalles plus réguliers que ne le peuvent les soldats humains.

Les médias nous ont aussi longuement montré des images de Tacoma et de Makai sautant par-dessus les dinghys où se tenaient leurs dresseurs. Leur mission essentielle était de dégager le port d’Umm Qasr (Sud de l’Irak) de toute mine explosive avant l’arrivée du navire de soutien britannique, le Sir Galahad.

Aujourd’hui, l’officier Whitaker reste seul au bord de l’eau, le poisson favori de Tacoma en main, en train d’appeler désespérément son dauphin et de frapper l’eau du plat de la main. Mais voilà ! Depuis 48 heures, Tacoma semble avoir déserté.

(From Daniel McGrory in Umm Qasr)

 

Spetz le dauphin soldat de l’unité de combat CTU-55.4.3., le 17 mars 2003. On s’apprête à le mettre en mer pour partir en mission à partir du porte-avion USS Gunston Hall (LSD 44) operant dans le Golfe Persique. U.S. Navy photo by Photographers Mate 1st Class Brien Aho.


Nous apprenions, hélas, deux jours plus tard que Tacoma était revenu chez ses dresseurs et qu’il avait été replacé temporairement dans son enclos.
Selon Ric O’Barry (qui  lui-même dressé des dauphins militaires), « Tacoma avait probablement été équipé d’un système anti-nourrissage (AFD= Anti-foraging system). C’est une simple bande de Velcro orange qui est fixée autour du rostre. L’AFD empêche le dauphin d’ouvrir la bouche pour attraper le poisson et le manger. C’est de cette façon que les dauphins soldats sont contrôlés lorsqu’ils sont en pleine mer. Lorsque l’un d’entre eux est perdu, ils envoient une équipe de recherche qui utilise le système appelé «recall pinger », qui est un signal sonore que le dauphin peut entendre à une très grande distance. Si le dauphin revient vers le signal et son entraîneur, l’AFD est enlevé et il est récompensé avec de la nourriture. Si l’AFD est perdu, il le remplace simplement par un autre. Tacoma est probablement revenu pour être nourri.
D’autre part, les dauphins soldats « désertent » tout le temps. Je possède une photo de l’un d’eux prise à plus de 13 kilomètres de Key West et qui portait son AFD. Je connais six grands dauphins de l’Atlantique qui se sont échappés dans l’océan Pacifique et qui n’ont jamais été retrouvés ».

Depuis lors, d’autres informations nous sont parvenues concernant cette petite troupe de soldats à nageoires présents sur le théâtre des combats.

Une première équipe de cinq dauphins – parmi lesquels Tacoma (22 ans), Makai (33 ans) Katrina et Ten, aussi appelée Barbie Doll du fait de son exceptionnelle prestance – se trouvait donc fin mars début avril à Umm Qasr, au sud de l’Irak.
Leur mission s’y est d’ores et déjà révélé fructueuse, puisque des mines y ont été découvertes.

Plus loin, en « stand-by » sur la base de Camp Patriot au Koweït, une autre équipe de quatre dauphins s’apprêtent eux aussi à intervenir au titre officiel de « démineurs ». Tous sont membres de la section « Naval Special Clearance Team One Dolphin Platoon » et tous ont été capturés durant leur enfance dans le Golfe du Mexique, contrairement à ce qu’affirmaient les agences de presse au début du conflit.

 

Dauphin prêt au combat

 

Lors d’une opération, les dauphins sont embarqués depuis le Koweït dans un hélicoptère puis largués en pleine mer.
Parmi des dauphins de réserve, le célèbre K-Dog (34 ans), de son vrai nom  » Kahili », dont la photo a fait le tour du monde.
Bourré de vitamines et des meilleurs poissons disponibles, K-Dog travaille jour après jour mais il peut également disposer de temps libre.
Lui et ses semblables sont en effet autorisés faire des ballades en mer sans surveillance durant un temps plus ou moins long mais, comme le répète son dresseur personnel, l’officier Jennings : « Ils reviennent toujours, vous savez. Toujours… »

Enclos flottant pour enfermer les dauphins entre deux missions à proximité du USS Gunston Hall (LSD 44) dans le Golfe Persique.   


Notons l’âge avancé de la plupart de ces vétérans : Makai, K-Dog et la plupart des autres dauphins soldats présents dans le port d’Umm Qasr, sont tous âgés de 30 ans
 et plus ! Bizarre quand on sait qu’au delphinarium, les dauphins meurent plutôt entre 20 et 30 ans ans. Pourtant, rien de plus simple que d’expliquer ce mystère : dès lors qu’un dauphin s’amuse, qu’il bénéficie de contacts sociaux et de stimulations complexes, qu’il peut se dépenser tant qu’il veut en nageant dans de l’eau de mer naturelle sous le soleil aussi loin qu’il veut, alors forcément, il atteint l’âge normal de tous les Tursiops libres – entre 40 et 60 ans, voire plus. Ni Iris à Duisburg, ni la plupart des dauphins confinés dans des bassins sombres ne connaissent bien évidemment de genre de
vie…

Ken Levasseur (Hawaï) rappelle cependant tout le danger que courent les dauphins :   
« Lorsque des dauphins soldats sont introduits dans une zone de guerre, brusquement, tous les dauphins présents sont en danger, même s’ils n’appartiennent pas à la US Navy.
On peut supposer que les Irakiens ou tout opposant à l’invasion des USA
tireront désormais sur toute nageoire suspecte qui sortirait de l’eau. Il est également clair que les maladies d’origine humaine dont il transporte peut-être les germes peuvent affecter les dauphins libres ». 

En dehors des périodes de conflits, les dauphins militaires ont pour mission de sécuriser les sous-marins nucléaires et les porte-avions. Notons que la photo nous montre ici un dauphin sauvage.

Dans un autre message daté du lundi 31 mars 2003, Ken Levasseur dénonce aussi le mensonge selon lequel tous les dauphins soldats seraient nés captifs, ainsi que l’affirmaient tous nos journaux.
L’élevage plus ou moins réussi de dauphins captifs viables n’est possible que depuis dix ans à peine, rappelle-t-il. Or la plupart de ces soldats cétacés sont plus âgés que cela : selon Ken, on a du les capturer vers l’âge de cinq ou six ans, quand ils n’étaient encore que des enfants. L’intention de la US Navy est en effet de créer un corps de «nés-captifs » à terme. Ce seront, eux, de véritables enfants-soldats.
Selon le dresseur Jennings en charge de K-Dog, les bébés dauphins nés de mères-soldats sont dès le début beaucoup plus réceptifs à l’apprentissage.

De son côté, Hardy Jones, de l’association Blue Voice, nous fournit les informations suivantes :
«  Plusieurs parmi les dauphins militaires employés par les militaires de la US Navy ont été capturés dans le Golfe du Mexique. Mais pas tous. J’ai été pour ma part témoin de la capture de deux dauphins de Risso au port de Taiji, Japon, vers la fin des années 80. 

Un représentant de la US Navy présent sur place est intervenu pour m’empêcher de filmer l’événement mais puisqu’il ne disposait d’aucune autorité légale sur le territoire japonais, je n’ai donc pas obtempéré à ses ordres et j’ai poursuivi mon reportage. 
Le plus préoccupant dans cette affaire était le fait que pour obtenir ces deux dauphins militaires à Taiji, une tribu entière de dauphins de Risso avait été capturée, soit quatorze individus d’un coup rabattus vers la plage et coincés sous un filet. 

Encouragés par les importantes sommes d’argent que leur offraient les américains, les pêcheurs ont simplement mené leur pêche au rabattage selon la méthode traditionnelle japonaise. 
Les 12 dauphins non-sélectionnés par la US Navy furent donc massacrés un à un à coups de hachoirs pour fournir de la
viande de boucherie. 
Les survivants furent emmenés en camion vers le delphinarium de Nagoya puis transférés sur la base navale de Kaneohe sur Oahu, une petite île près d’Hawaï. L’un de ces deux dauphins de Risso est mort dans le courant de l’année. L’autre est sans doute encore en service ». 

Le dauphin militaire BJ avec sa dresseuse Dera Lookà la base militaire de Kaneohe Bay, Hawaii (April 11, 2005) U.S. Navy photo by Journalist 2nd Class Jessica B. Davis

A ce propos, il convient de rappeler que la US Navy utilise également des otaries, des morses, des bélugas et toutes sortes d’autres mammifères marins, dont les compétences propres sont utiles à la flotte américaine. Ainsi, les globicéphales sont capables de plongées extrêmement profondes.
Soulignons enfin que la réintroduction de cétacés captifs en milieu naturel est en général très vivement combattue par les industriels de la captivité, au nom d’impératifs écologiques et de risques de maladies.  C’est d’ailleurs au nom de ces valeurs partagés par une certaine communauté scientifique proche de l’industrie du divertissement,  que l’on refuse toute libération de dauphin captif depuis les années 90.
Et ce n’est apparemment plus le cas aujourd’hui, puisque les « dauphins domestiques » de la US Navy, potentiellement porteurs de tous les virus humains imaginables, gambadent aujourd’hui gaiement dans la nature !

Dauphins soldats en mission en 2012. 
ATLANTIC OCEAN (Jan. 18, 2012) Dolphins swim in front of a rigid-hull inflatable boat as Sailors assigned to the Arleigh Burke-class guided-missile destroyer USS James E. Williams (DDG 95) participate in a visit, board, search and seizure exercise. James E. Williams is part of the Enterprise Carrier Strike Group, which is conducting a composite training unit exercise. (U.S. Navy photo by Mass Communication Specialist 3rd Class Daniel J. Meshel/Released)


 

Un dauphin vétéran de la guerre d’Irak euthanasié à San Diego

Dauphins soldats dans la Guerre d’Irak