L’Or noir et blanc de l’Extrême Orient russe



Des images ont été prises par la chaîne d’information VL.ru dans la baie de Srednyaya le 9 octobre dernier. On peut y voir les nageoires de trois orques dans un enclos, le long duquel marchent des hommes armés.

L’Or noir et blanc de l’Extrême Orient russe

La prison des baleines de la baie de Srednyaya

L’Or noir et blanc de l’Extrême Orient russe, ce sont les orques et les bélugas que la Russie vend à la Chine et au Japon. Une équipe de Vladivostok News a réussi à prendre des images du camp de regroupement – la « prison des baleines » – où 11 orques et 90 bélugas  attendent d’être vendus en esclavage dans la baie de Srednyaja, dans le Krai de Primorsky, en Russie.
Les cétacés sont arrivés dans les enclos marins de stockage entre le 16 juillet le 21 octobre 2018.

 

En Russie, le prix de vente d’une orque non dressée dépasse le million de dollars, du fait de la demande des parcs marins du monde entier.
Les delphinariums américains ont également obtenu des cétacés de Russie. En 2015, la dernière demande d’importation du Georgia Aquarium et de SeaWorld a été refusée par des autorités fédéraux.

Malheureusement, les parcs marins où l’on nage avec les dauphins deviennent de plus en plus populaires en Chine, ce qui entraîne une demande croissante de nouveaux animaux pour remplir les bassins.
La Russie se charge de fournir les orques, les bélugas, les ours blancs, les morses et les renards polaires, tandis que la tristement célèbre baie de Taiji du Japon livre ses dauphins frais de la saison.

Les ours blancs sont très appréciés par le public chinois. Photo CCA

Un but éducatif

La loi russe interdit est de capturer des cétacés à des fins commerciales, mais il existe une faille toute simple dans les textes. Les entreprises qui demandent une autorisation de capture affirment, main sur le coeur, vouloir exhiber les mammifères marins à des fins éducatives et culturelles.

En principe, il est également illégal de vendre ces animaux, mais là encore, l’échappatoire est facile à trouver.
Les Russes ne vendent plus les orques et les bélugas qu’ils ont capturés, mais ils les louent pour un prix considérable .
Ces pratiques ont conduit à l’ouverture d’une enquête pénale par le Bureau du procureur général russe en juin 2018, suivies de poursuites contre les entreprises impliquées dans la vente illégale de sept orques à la Chine.
« Il a été établi qu’en 2012-2015, quatre organisations commerciales ont fourni de fausses informations à l’Agence fédérale russe de la pêche sur leur intention d’utiliser des orques dans des activités culturelles et éducatives. Sur cette base, ils ont été autorisés à capturer plus de 10 personnes  » a déclaré l’agence dans un communiqué.
L’inspection a été effectuée sous contrôle spécial, mais les résultats n’ont pas été publiés. Le bureau du procureur général a déclaré qu’il «serait prématuré de divulguer des informations sur des individus impliqués dans la capture et l’exportation illégales de mammifères marins» jusqu’à la fin de l’inspection officielle.

Dans la baie du district urbain de la Nakhodka, 90 bélugas et 11 orques se trouvent dans les enclos flottants depuis le 29.10. 2018

Qui se trouve derrière?

Les orques et les bélugas sont capturés dans la mer d’Okhotsk et l’estuaire de l’Amour, entre Sakhaline et le continent. Les cétacés amenés au centre de regroupement doivent subir une quarantaine et une inspection de 30 jours effectuées par les services vétérinaires.
Vladivosk News a interrogé l’inspection vétérinaire de l’État du territoire de Primorsky en lui demandant si ses services étaient au courant de la présence d’animaux dans la baie et s’ils savaient quand, comment et où ceux-ci avaient été capturés et livrés dans la région. La réponse fut des plus inquiétante.

A compter du 29 octobre 2018, 90 bélugas et 11 orques se trouvent dans les enclos de baie du district de la Nakhodka.
– 23 bélugas et 3 orques appartiennent à Afalina LLC (Афалина)
– 22 bélugas et 3 orques appartiennent à Oceanarium DV LLC (Океанариум ДВ)
– 23 bélugas et 3 orques appartiennent à White Whale LLC (елый кит)
– 22 têtes de béluga et 3 épaulards appartiennent à Sochi Dolphinarium LLC (Сочинский дельфинарий)

Les bélugas dans les enclos extérieurs, les orques dans les structures vitrées. Photo NewsVl.ru

Les sociétés qui « possèdent » des animaux marins dans la baie de Srednyaya ont une fort mauvaise réputation auprès des biologistes. Leurs méthodes de capture des baleines sont jugées barbares et ils ne laissent monter à bord de leurs navires aucun observateur, fut-il premier ministre.

Kirill Mikhailov est le copropriétaire de deux d’entre eux, la White Whale LLC et le Sochi Dolphinarium LLC.
L’entrepreneur a été associé aux deux autres entreprises jusqu’au 5 février 2018 mais il ne faisait pas officiellement partie des fondateurs ni du conseil d’administration d’Afalina et de Oceanarium DV LLC.

Afalina LLC et Oceanarium DV LLC sont enregistrées dans le district de Nikolaevsky sur le territoire de Khabarovsk, à proximité immédiate des lieux d’où les captures de mammifères marins se déroulent depuis plus de douze ans.
Bely Kit, propriété de Mikhailov, a reçu cette année un «enregistrement» à Livadia, dans le district urbain de Nakhodka. Et son entreprise, le Dolphinarium de Sotchi est enregistrée à Novosibirsk. De plus, Kirill Mikhailov est copropriétaire de la société britannique «White Scope», qui gère plusieurs parcs aquatiques et delphinariums en Russie et à l’étranger.

La partie de la baie consacrée aux cétacés captifs et sont situées les bâtiments des quatre des sociétés, a été louée à LLC Lakkolit jusqu’en 2030. Sa superficie est d’environ 4,6 hectares.
LLC Lakkolit est gérée par des personnes assez connues, tel que Ruslan Manokonov, député reconnu coupable de crime à l’Assemblée législative du kraï Primorsky, ou bien encore Oleg Serganov, ancien chef adjoint de l’administration de Nakhodka. Un autre fondateur de la société, Rashid Zaynutdinov, est le fondateur de plusieurs clubs sportifs à Nakhodka.
Il y a deux ans, le Centre d’adaptation pour les mammifères marins du TINRO-Centre FSBI se trouvait dans ces enceintes, et une autre partie des » cellules flottantes » étaient louées par des sociétés privées : Afalina LLC, Bely Kit LLC, Oceanarium DV LLC et Sochi Dolphinarium LLC « . En 2016, le centre TINRO a cessé d’exister, mais les sociétés privés sont restées.

Des photos ont été prises de ces bâtiments par la chaîne d’information VL.ru dans la baie de Srednyaya le 9 octobre dernier. On peut y voir les nageoires de trois épaulards dans un enclos, le long duquel marchent des hommes armés.
De toutes façons, plus personne n’ouvre désormais la « porte » de ces enclos pour des visites. Les journalistes n’ont pas été autorisés à pénétrer sur le périmètre et les habitants assurent docilement qu’il n’y a là qu’une usine de transformation, qui fabriquerait de la farine d’os et du poisson haché.
La prétendue usine de transformation du poisson ne porte pourtant aucun signe de son activité supposée. En plus de gardes armés, ses grilles sont surchargées de caméras de surveillance.

Les experts affirment qu’il est possible de serrer 90 bélugas dans les enclos en plein air de la baie à une condition: qu’il s’agisse de juvéniles. Or, la capture des bélugas de moins de 3 ans est interdite

Les quota et les prix

Le quota de bélugas
Selon les quotas approuvés, 195 bélugas sont destinés aux communautés autochtones du nord de la Russie, qui s’en nourrissent. Les quotas pour les peuples autochtones ne peuvent être vendus ou loués à une autre personne. Seuls 5 bélugas restant dans le quota des 200 bélugas chassés peuvent être capturés «à des fins éducatives ou culturelles». Pourtant, ce sont 90 bélugas d’un coup qui sont arrivés dans le centre de rétention entre le 16 juillet et le 21 octobre de cette année.

Le quota des orques
En 2017, Wuxi Changqiao Ocean Kingdom, qui devrait ouvrir ses portes en 2019, a acheté deux épaulards de Russie.
Les mammifères sont arrivés incognito – grâce aux sociétés White Whale et Afalina LLC, qui ont «oublié» de renseigner le type de mammifère transporté dans leurs déclarations d’exportation.
Au lieu de cela, ces déclarations de 2017 indiquaient un nom très général, à savoir « mammifères de l’ordre des cétacés ».
Malheureusement, les Chinois n’en ont pas fait mystère : le Wuxi Changqiao Ocean Kingdom a déclaré que les cétacés en provenance de Russie étaient précisément des orques et il les a abondamment montré sur les réseaux sociaux.
La discrétion des vendeurs d’orques était d’autant plus nécessaire qu’en 2016 et 2017, les autorités russes n’avaient délivré aucun permis pour la capture d’orques.

Les orques russes en Chine ont eu les honneurs de la télévision. Photo Cetacean Cousin

Les prix
Le site Web de l’Oceanarium chinois Linyi Polar Ocean World, par exemple, indique que ses 4 orques russes lui ont coûté plus de 200 millions de yuans, soit 28,7 millions de dollars. Cela signifierait qu’une orque à elle seule vaudrait plus de 7 millions de dollars.
Toutefois, selon les déclarations faites en douane, 15 orques ont été livrées de la Russie vers la Chine entre 2013 et 2017 au prix de un million de dollars par tête.
Une explication possible est que le parc marin chinois a pris en compte tous les coûts associés à l’achat, tels que le transport ou les frais de dressage. Mais est-ce assez pour , bien que nous doutions que cela puisse multiplier la somme par 7.
Mais alors, où est passé tout cet argent ?

Certains de ces bélugas doivent être nourris au biberon. Photo Novayagazeta.ru

BREAKING NEWS 

15 bélugas sur les 90 détenus à Nakhodka, en Russie, sont  âgés de moins d’un an.

15 bélugas sur les 90 actuellement détenus à la «prison des baleines» à Nakhodka, en Russie, sont des juvéniles non sevrés âgés de moins d’un an.
La loi russe interdit en pricipe la capture des individus âgés de moins de trois ans. De la même manière, les orques transient carnivores appartiennent à une petite communauté de chasseurs de phoques en déclin, ce que le gouvernement russe refuse d’admettre.
De nouveaux détails choquants sont rapportés par une journaliste de Novaya Gazeta lors de l’inspection du centre de détention où 11 orques carnivores et 90 bélugas sont détenus.  Dauphins Libres y reviendra en détails.

Le dressage précoce rend difficile toute réhabilitation ultérieure. Photo Novayagazeta.ru

 


Sur la piste des chasseurs d’orques dans l’Extrême-Orient russe

Le directeur de TINRO arrêté pour ventes illégales de bélugas à la Chine

La capture des orques en Russie

Les premières orques arrivent en Chine

La première « ferme à orques » s’ouvre en Chine

 

 


L’Or noir et blanc de l’Extrême Orient russe

log in

reset password

Retour à
log in