La blessure de l’orque Nakai à SeaWorld

La terrible blessure de l’orque Nakai à SeaWorld

La blessure de l’orque Nakai à SeaWorld

28 septembre 2012

Un article de Tim Zimmermann

La blessure de l’orque Nakai au SeaWorld de San Diego reste un mystère. Comment a-t-il pu se blesser aussi grièvement au menton ? 
Le porte-parole de Sea World, Dave Koontz, a publié une déclaration sur cet accident, survenu jeudi dernier.
« Une orque de Sea World a été blessée lors d’un spectacle de nuit avec deux autres compagnons. On suppose que la blessure de Nakai, un mâle âgé de 11 ans, provient du fait qu’il s’est heurté à une partie du bassin le 20 septembre dernier.
L’animal a été soigné à l’aide d’antibiotiques par les vétérinaires. Ceux-ci sont satisfaits des progrès de la guérison de cette blessure.
Nakai nage confortablement en interagissant avec d’autres orques du bassin » a terminé Dave Koontz, sans révéler l’importance de la blessure.

Comme on peut le voir, la plaie est très profonde et expose à la fois les tissus sous-jacents et les os. Il est difficile de regarder les photos et d’être convaincu que tout va aussi bien que suggère M. Koontz.
Le grand danger d’une blessure de ce genre est évidemment l’infection.
Et Nakai, comme SeaWorld le précise, est désormais gorgé d’antibiotiques dans l’espoir de combattre les bactéries.  

Sachant que le morceau de menton de Nakai qui a été arraché lors du choc a été récupéré au fond de la piscine, je me suis demandé s’il pourrait y avoir un moyen d’essayer de le remettre en place, c’est à dire de le greffer.
J’ai appris qu’il était très difficile de recoudre ou d’agrafer des morceaux de chair chez les orques, en raison de la force de l’eau qui exerce une pression permanente sur la peau.
Au lieu de cela, m’a-t-on encore raconté, SeaWorld utilise parfois un remède assez surprenant pour tenter de protéger les plaies ouvertes : le miel !

Cela semble un peu fou, mais démontre en tous cas que SeaWorld ne manque pas de créativité.
Car le miel, apparemment, constitue un antibiotique naturel bien connu.
On m’a dit que le miel était parfois utilisé pour les écorchures sur les nageoires de Tilikum.
Donc là, vous avez toute la pharmacopée : antibiotiques et miel.
Espérons que cela fonctionne.
A en juger par ces photos, Nakai va avoir besoin de toute l’aide qu’il pourra obtenir.

Ce n’est certes pas la première fois qu’une orque est blessé par les parois en verre, en métal ou en béton de leur habitat artificiel.
Trois orques du Sea Land du Pacifique (aujourd’hui fermé)  à savoir Nootka, Haida et Tilikum, se sont souvent écorchés en se grattant contre les bords métalliques de leur enclos durant la nuit.

Ikaika (Ike), un autre épaulard de San Diego, s’est récemment fait une entaille profonde à la bouche, soi-disant causée par une balustrade.
Kotar, une orque mâle du SeaWorld de San Antonio, est mort lorsqu’une porte en acier a écrasé son crâne. D’autres cas ont été documentés.

Il est difficile de comprendre, cependant, quelle partie du bassin du Shamu Stadium aurait pu trancher de cette manière un si grand morceau de chair sur le menton de Nakai.
SeaWorld a beau jeu de blâmer aujourd’hui les garde-fous métalliques qu’il a été légalement obligé d’installer le long de ses bassins suite à la mort de Dawn Brancheau, tuée par Tilikum en 2010.
Mais cette hypothèse ne tient pas debout car ces barrières et les petits boulons qui les assemblent ne pourraient jamais causer de pareils dégâts. On sait cependant la rage qui anime les gestionnaires de ce parc d’attractions, conscients de ce que les prestations de dresseurs dans l’eau avec les orques constituaient le clou de tous leurs spectacles de foire.

Dans le même SeaWorld, en 1989, Kandu V agresse Corky II et se pulvérise la mâchoire contre le mur dans son élan.

Il semble plutôt qu’il s’agisse d’une morsure.
L’incident se serait passé la semaine dernière au cours d’un spectacle de nuit. Une altercation majeure semble avoir éclaté entre Nakai, Keet et Ike.
On ne sait qui a agressé Nakai, mais celui-ci a fini par se réfugier dans le bassin arrière.  A cause de la pénombre ambiante, les dresseurs en scène ont continué le spectacle sans se rendre compte à quel point l’orque était gravement blessé.
Ce n’est qu’à la fin du show, en rappelant Nakai, qu’ils ont pu constater la terrible mutilation.

On sait qu’en bassin, la tension est toujours extrême entre les captifs. Les caïds ne font pas de cadeau aux plus faibles, et c’est le cas du doux Nakai ou de la tendre Morgan, rossée chaque jour à Loro Parques. Il n’est pas rare qu’ils se battent, parfois jusqu’à la mort.
Le phénomène est par contre exceptionnel, pour ne pas dire impossible, en milieu naturel, dans la mesure où chaque individu est entouré et protégé par sa propre famille.

Dans le cas qui nous occupe, rappelons que les 3 cétacés sont loin d’’appartenir au même clan :
Nakai est né à San Diego des suites d’une insémination artificielle, des oeuvres de la terrible Kasatka, ce qui le rend plus fragile.
Keet et Ike ne sont arrivés pour leur part à San Antonio que cette année : le premier venait du SeaWorld de San Antonio et le second du Marineland en Ontario, au Canada.

La mère de Nakai en train de noyer son dresseur en 2006

2/10/20012

Selon Dr. Ingrid Visser, une chercheuse spécialiste des orques en Nouvelle Zélande et fervente opposante à la captivité, la blessure de l’orque Nakai à SeaWorld ne semble PAS être une morsure.
On dirait plutôt qu’il s’est arraché le menton en se coupant sur un objet tranchant, comme une plaque de métal ou un câble d’acier.
Quoiqu’il en soit, elle estime que la blessure est bien plus sérieuse que ce que SeaWorld prétend.
« Il s’agit clairement d’une blessure très traumatisante qui atteint la mâchoire jusqu’à l’os et c’est un nouvel exemple qui nous prouve que ces mammifères marins ne devraient pas se trouver en captivité » a-t-elle ajouté dans un e-mail.
Les responsables de Sea World ont confirmé que la blessure avait bien atteint l’os de l’orque, mais ils ont également déclaré que cet « incident » n’interromprait en rien la poursuite des spectacles.

PETA a déposé plainte auprès du Ministère américain de l’Agriculture, l’APHIS, afin que des mesures disciplinaires soient prises à l’encontre SeaWorld qui garde ses orques de façon incompatible avec leur sécurité et en violation directe de l’Animal Welfare Act (Loi sur la protection des animaux).
Par ailleurs la WDCS vient de révéler que Ike, l’un des « compagnons de cellule » de Nakai, avait lui aussi récemment subi une blessure profonde au menton.
Des photos explicites montrent également comment les bords du bassin de Loro Parque, où se trouve l’orque Morgan sont hérissés de boulons…

Pour en savoir plus : lire l’article du Digital Journal

 


Tilikum, Ky et leurs frères en rebellion

L’intelligence des orques