Nourrir et caresser les dauphins dans une petting-pool 

Nourrir et caresser les dauphins dans une petting-pool

Nourrir et caresser les dauphins dans une petting-pool, les dresser, nager avec eux, autant de produits  dérivés du dauphin captif qui permettent aujourd’hui aux touristes de « réaliser le rêve d’une vie », pour le plus grand bénéfice des delphinariums.
Si tout est bon dans le cochon, tout est bon aussi dans le cétacé captif, dont il s’agit ici d’exploiter le potentiel affectif sous toutes ses formes jusqu’à la corde, de la simple photo aux programmes de nage en mer avec des captifs les plus sophistiqués.

Ces pratiques commerciales ont commencé aux USA, au Mexique et aux Caraïbes pour se répandre aujourd’hui au Moyen-Orient et l’Asie.
Il serait temps que les touristes le sachent. Ou à tout le moins, que les agences de voyage les avertissent de ce qui se passe vraiment derrière ces programmes de rêve, horriblement chers et souvent dangereux.

Petting-Pools® et Feeding-Pool® 

Les Petting Pools sont des endroits où, pour un prix donné, vous êtes autorisés à toucher et à nourrir quelques dauphins captifs. Il s’agit là de l’une des pires formes d’exploitation commerciale possible de ce mammifère marin, et constitue un développement extrêmement préoccupant des activités des delphinariums.

De telles pratiques sont inacceptables pour les raisons suivantes :
Les dauphins captifs y sont toujours sciemment affamés, de sorte qu’ils sont forcés d’interagir avec les visiteurs du parc. Les portions de poisson qu’on leur donne sont très petites, pour être sûr que les dauphins reviennent constamment en redemander.
Pendant toute la journée, tous les jours, weekends compris, les cétacés endurent les caresses et les papouilles de milliers de visiteurs qui font la file sous le soleil.

Aucun espace de fuite n’est prévu pour les dauphins qui ne désireraient pas interagir avec les humains aux heures dites.

Les gens se font une idée fausse du comportement naturel du dauphin.

Voilà qui ne ressemble guère au comportement de dauphins libres.. Photo Tim Zimmermann

– Les dauphins sont transférés de manière régulière d’une petting-pool à l’autre, de sorte qu’il est impossible de contrôler les naissances et les morts survenant dans cette population. En 1995, le Marine Mammal Inventory Report attestait d’un chiffre de 88 dauphins. Près de 60 % des effectifs en dauphins de Sea World étaient impliqué dans des activités de type « petting pool ».
Aujourd’hui, les chiffres doivent être astronomiques, si l’on tient compte de la réalité internationale. Il n’est plus un hôtel aux Caraïbes ou au Mexique qui n’ait sa petite piscine à dauphins cubains.

Les visiteurs nourrissent les dauphins avec du poisson souvent tombés par terre et d’autres nourritures inadéquates. On en a  même vu qui versaient de la bière dans le bassin !

– Il est malaisé de déterminer la quantité de nourriture que le dauphin reçoit lors de telles séances. En conséquence, on constate de véritables cas d’obésité chez certains captifs, à des degrés jamais observés chez les animaux libres. D’autres, plus faibles et mins combatifs, maigrissent à vue d’oeil.

–  La profondeur et la taille des bassins restreignent de façon radicale les possibilités de mouvements et de comportements naturels et augmentent donc en conséquence les risques d’agression et de stress.

– Les petting-pools sont ouvertes au public 14 heures par jour, ne laissant aux dauphins que fort peu de temps pour se reposer. En fin de journée, les dauphins se montrent peu intéressés par les « dons de nourriture  » de leurs visiteurs.

– L’équipe soignante affectée aux dauphins se soucie fort peu d’empêcher le public de harasser les dauphins.

– De plus en plus de personnes se croient désormais autorisés à nourrir les dauphins en mer, sur base de l’expérience des petting pools.

En Australie, ces dauphins à bosse du Pacifique ont été transformés en mendiants pour les touristes qui les nourrissent.

L’expansion des « bassins à caresses »

Dès les années 1990, de tels programmes ont été dénoncés par les groupes de défense des animaux.
La Whale and Dolphin Conservation Society et la Humane Society des États-Unis ont publié un rapport sur le sujet dès 2003, soulignant que permettre au public de nourrir les dauphins rendaient ceux-ci soit obèses, soit maigres à faire peur. 
« Des objets étrangers sont souvent jetés dans les bassins,  ce qui a notamment conduit un dauphin à développer un empoisonnement au zinc à cause des pièces qu’il avalait » expliquait Naomi Rose.
« Les dauphins se tenaient au bord de la piscine avec la bouche grande ouverte et ils tremblaient littéralement d’envie de recevoir un poisson »,  « C’était comme regarder une rangée de gens affamés se faire exciter par des beignets agités au-dessus de leurs têtes. »

En 2012, la vidéo d’une fillette de huit ans mordue par un dauphin qu’elle est en train de nourrir au parc d’Orlando est devenue virale. A l’époque, un porte-parole du parc à thème a déclaré à ABC News que l’entreprise « regrettait » l’expérience, mais que de telles morsures sont « rares ». En 2015, Sea World renonçait à ces pratiques.

 

Mais elles persistent encore en de nombreux endroits, comme au Dolphin World de St Augustine en Floride et aux Bahamas, où l’on peut toucher et nourrir des dauphins pendant 5 minutes, et même leur tirer la queue pour la somme modique de 37 dollars !
Elles continuent à faire venir les foules au Hawks Cay Resort, dans les Florida Keys, où vous pourrez  « faire peindre un dauphin; s’asseoir au bord de la piscine et le caresser; embrasser un dauphin; patauger avec des dauphins dans 3 à 4 pieds d’eau; nager avec les dauphins dans un lagon d’environ six pieds de profondeur.
Les enfants dès l’âge de 5 ans peuvent participer à l’un de ces programmes, mais votre enfant doit être très à l’aise dans l’eau pour participer à la baignade dans le lagon. Par exemple, il faut qu’il soit assez costaud pour participer au « remorquage dorsal »,qui nécessite une force solide du haut du corps pour s’accrocher à son aileron tandis que le dauphin vous remorque à toute vitesse autour du lagon ».
Et pus bien sûr, il y a les Bahamas, Cuba, la République Dominicaine, et plus bas le Mexique, etc.

Bruges : un enfant en bas-âge laissé seul face au dauphin qui a faim (sinon, il ne serait pas là)

Chez nous, les programmes d’interaction, longtemps absents des prisons-piscines européennes, font florès au Portugal et en Espagne. De la même façon, le Marineland d’Antibes autorise les visiteurs à toucher, dresser les dauphins. Mais on ne peut nager avec eux qu’à travers une vitre et bien sûr, on ne les nourrit pas (encore) .
A Malte, en revanche, le nourrissage en « feeding pool » est encore autorisé.

Plus modéré, le delphinarium de Bruges autorise des séances de touche-touche sous la supervision d’un dresseur et même partager, bottes aux pieds et sans se mouiller, les très peu profonds bassins des dauphins les plus inoffensifs.
Bien sûr, il ne s’agit là en aucun cas de « petting-pool » mais de « programmes pédagogiques », avec photo tout de même !

Nager avec des dauphins de Risso sur le lieu même de leur capture, lorsque toute leur famille fut massacrée sous leurs yeux,…

Mais c’est en Asie, comme on s’en doute, que la mode des petting-pools fait de nouveaux ravages.
En Chine, mais aussi à Taiji, sur le lieu même  des captures.
Chaque année, un espace fermé par des filets permet aux visiteurs de nager dans Hatajiri Bay, la Baie de la Honte, avant qu’elle ne se rougisse du sang de nouvelles victimes. Cette « piscine municipale en mer » fonctionne du 14 juillet au 25 août 2016. Ensuite, les chasses commencent.
Durant cette période, deux fois par jour pendant 15 minutes environ, deux dauphins de Risso sont libérés de leur piscine étroite et lâchés  dans le lagon ensemble, parmi la foule des baigneurs. Ceux-ci se jettent de toutes parts sur eux, pendant qu’un dresseur motive les dauphins à se rapprocher avec des bouts de poissons.
Bassin à caresse, bassin de nourrissage, nage avec les dauphins, tout y est !

Petting-Pools®, Feeding-Pool®, Trainer-for-A-Day® et autres « produits dérivés » du dauphin esclave ont encore de beaux jours devant eux…

Ce dauphin est couvert de taches malsaines, maladie de peau conséquente aux caresses incessantes dont il fait l’objet par force. Phot Tim Zimmermann

Merci de signer la pétition


Big Business et delphinariums aux USA

Je veux nager avec les dauphins !

Nager avec les dauphins au Mexique !

Friguia Park en Tunisie : nagez avec de vrais dauphins de Taiji !

Nager avec les dauphins de Taiji à l’Aquarium d’Osaka

Nager avec les dauphins au Mexique !

Nager avec les dauphins d’Egypte ?

Dauphins captifs, dauphins féroces ?