Petit Lotus, le dernier gorille de Thaïlande, vit seul au Pata Zoo

Bua Noi dans sa cage le 25 juillet 2019 au zoo de Pata. Photo Khaosod

Petit Lotus, le dernier gorille de Thaïlande, vit seul au Pata Zoo

Petit Lotus, le dernier gorille de Thaïlande, vit seul au Pata Zoo. 
Au dernier étage d’un centre commercial décrépi de l’ouest de Bangkok, le dernier gorille de Thaïlande et ses tristes compagnons de cage croupissent parmi les rats et les cafards.

Le Pata Zoo est situé au sommet d’un centre commercial désuet vieux de 37 ans, rempli de courants d’air et de panneaux «à vendre», de magasins de réparation de smartphones et d’anciennes boutiques de mode vides et sales.
Après avoir acheté un billet au cinquième étage, les visiteurs peuvent accéder aux expositions de mammifères du sixième étage
Les reptiles et les amphibiens se trouvent au septième étage, exposés en plein soleil ou dans l’ombre la plus glauque, tandis que sous le toit surchauffé, sont enfermés les oiseaux.

Lors d’une récente visite au Pata Zooau sein du complexe commercial Pata Pinklao, un journaliste de Khaosod a découvert des primates oubliés au fond de cages nues.
Parmi les gibbons et les macaques, Bua Noi, l’ultime gorille captif de Thaïlande…

La gorille Bua Noi et les autres singes du Pata Zoo

Selon la base de données  Western Lowland GorillaBua Noi, ce qui veut dire « Petit Lotus » en Thaï, serait née dans une forêt d’Afrique, aux alentours de 1986.
Au départ, on l’appelait Zira. Elle fut amenée au Pata Zoo en 1992.
D’autres sources, comme celles du The Sun, affirment au contraire que Bua Noi aurait été achetée  à l’âge de trois ans en Allemagne en 1992, pour la somme de 3 millions baht.

Son compagnon s’appelait Bwana, rebaptisé Carlos. Né en Afrique vers 1974, Carlos semble lui aussi n’avoir vécu qu’à Bangkok.
Il y est mort le 29 juin 2007 et depuis lors, Bua Noï est seule.

En 2015, les défenseurs des droits des animaux ont présenté une pétition exigeant la libération de Bua Noi et la fermeture du zoo.
Sinjira Apaitan, à l’origine de cette initiative citoyenne, avait déclaré à l’époque: « Je ne pense pas que des animaux devraient être enfermés dans des habitats aussi artificiels. Au-delà de la gorille Bua Noi, j’espère pouvoir aider tous les autres animaux détenus dans ce zoo en hauteur. »

Sous la pression de l’opinion publique, les propriétaires du Pata Zoo ont été contraints de signer des documents promettant de mieux prendre soin de leur gorille ou alors de fermer leur établissement.
Mais nous sommes en 2019 et le sordide zoo à étages présente toujours un toit qui coule, des cages minuscules et des animaux devenus fous.

Petit Lotus y vit depuis 30 ans

 

Le Pata Zoo a toujours réfuté l’affirmation selon laquelle Bua Noi «aurait eu l’air triste» et qu’on l’aurait vu pleurer.
Le zoo affirme que ses larmes sont juste une lubrification naturelle de ses yeux. Il assure aussi qu’il dépensait 100.000 bahts par mois rien que pour en prendre soin, et il nie le fait que l’établissement fonctionnerait de manière illégale, comme le prétendent les défenseurs des animaux.

Devant la cage de Bua Noi, une gardienne du zoo nous a dit que la gorille serait incapable de survivre à l’état sauvage si on la relâchait, puisqu’elle ayait vécu toute sa vie en cage.
« Ils ne la laisseront plus jamais partir à ce stade. Elle vaut au moins 10 millions de bahts maintenant » a-t-elle ajouté.

Plus récemment, des journaux étrangers tels que The Sun ont publié des articles à propos de Bua Noi, en relayant les critiques trouvées sur Trip Advisor.
Le directeur du zoo Kanit Sermsirimongkol, dans une récente interview avec le media MThai, a déclaré que toutes ces fausses informations avaient pour mission de «détruire le Pata Zoo en exploitant le sentiment de pitié des Thaïlandais ».
« Les animaux dans les zoos sont généralement bien traités et peuvent s’accoupler » a précisé Kanit. « Mais les gens peuvent devenir complètement hystériques, même à propos du meilleur zoo du monde ».
Le 27 juin 2019, enfin le Pata Zoo a réfuté une rumeur selon laquelle le centre commercial qu’il occupait était sur le point de fermer.

Lors de la visite, Bua Noi, âgée aujourd’hui de plus ou moins 28 ans, se tenait allongée sur le sol de béton, faisant rouler mollement un vieux ballon tout mâchonné.

La cage en face de Bua Noi enferme l’orang-outan Pangpond, 6 ans, et sa mère, Porn, âgée de 30 ans environ. 
Tous deux seraient nés au Pata Zoo, ce qui semble douteux. Leur cage est composée de poutres d’escalade en bois, de pneus et d’une longue chaîne qu’ils agitent constamment.
Un gardien avertit les visiteurs de ne pas s’approcher trop près de la cage, car Pangpond crache souvent.

Pangpond

Placée derrière l’enclos de Bua Noi, se trouve une cage sans indication avec des vitres crasseuses, derrière lesquelles un chimpanzé solitaire déambule et vous regarde avec des yeux vides. 
D’autres cages contiennent des singes plus petits, tels que macaques et gibbons.
Les visiteurs du zoo peuvent acheter des bananes pour les leur donner. La plupart sont isolés dans des cages nues, privées de tout enrichissement.

Le chimpanzé solitaire

 

Les gibbons

Les autres animaux détenus au Pata Zoo

D’autres animaux peuplent les couloirs de ce petit zoo sinistre.
Les porcs-épics sont immobiles dans leurs enclos de foin sale et ne prennent vie que pour grignoter les feuilles de maïs qu’on leur jette. Des oursons isolés restent immobiles dans un coin, tandis que deux renards du désert tournent sur un sol de béton. Rats et cafards viennent se nourrir parmi les « animaux de la ferme », une section du zoo destiné aux enfants où une douzaine de chèvres s’entassent dans un même enclos.
On pouvait voir un rat en train de boire dans le bassin de la grue à couronne grise. Des enclos de canetons, une paire de lapins et un couple de cochons nains se tiennent dans un coin pour se cacher des pigeons qui sont venus picorer leur nourriture.

Tout le sixième étage est faiblement éclairé, probablement pour accueillir les amphibiens et les reptiles à sang froid, ou pour économiser de l’électricité. Un seul groupe de lampes parli les neuf plafonniers est allumé.
Trois raies clapotent claquent dans un étang peu profond taché de peinture écaillée. Des cobras, des pythons et d’autres serpents gisent dans l’obscurité. La moitié des terrariums exposés sont vides.
Un gardien nous explique que le personnel effectue une rotation des animaux tous les jours, en mettant des serpents dans une cage au soleil sur le toit, afin de pouvoir désinfecter et nettoyer leurs enclos.
« Si vous êtes curieux, posez des questions. Si on est curieux mais mal informé, cela peut se transformer en un malentendu » a roonchonné le gardien d’un ton rogue.

Les tortues alligators vivent dans des bassins peu profonds d’une largeur de quelques mètres seulement.
Les rongeurs sont entassés dans des aquariums. Le plus dérangeant était cete gerbille du désert qui se jetait sans fin dans un coin de sa cage, ses jambes minces comme des bâtons frottant le sol.
« La zone des animaux nocturnes est pleine de cafards qui mangent la nourriture des animaux exposés. Ils sont tous porteurs de maladies » écrivait un visiteur après sa sortie du zoo. « La tortue à joues rouges est également malade avec des yeux gonflés. »
Certains animaux, comme les iguanes et d’autres lézards, ont été placés dans des cages vides de tout objet dans une salle écrasée par le soleil.

Varan solitaire

Tortue dans son jus

Les informations et les images de cet article sont extraites de
THAILAND’S LAST GORILLA LIVES IN DECREPIT ZOO ATOP A MALL
By Asaree Thaitrakulpanich, Staff Reporter -July 26, 2019.
Toutes les photos n’ont pu être rerpises et nous vous invitons à les regarder sur le site d’origine.

 

PETITION

Save Gorilla Little Lotus (Buanoi)

We need the world to help us convince the Thailand owner of the Pata high-rise Shopping Mall Zoo to release Little Lotus and the other primates into better environments with family groups of their own kind. They live alone, in a world of concrete and steel, with zero stimulation. A life of boredom and solitude for our great primate cousins is the cruelest fate of all… please sign and share our petition.


Orang-outans boxeurs en Asie du Sud-Est

Le delphinarium de Phuket en Thaïlande

Les delphinariums en Thaïlande exhibent des espèces menacées