Pitié pour les dauphins du Bodrum Dolphin Park



Pitié pour les dauphins du Bodrum Dolphin Park !

Pitié pour les dauphins du Bodrum Dolphin Park ! 
« Pendant votre séjour dans la région de Güvercinlik, vous pourrez les regarder, les toucher et nager avec eux en vivant des moments inoubliables. Laissez votre rêve devenir réalité dans notre delphinarium de Bodrum, en Turquie.
Les incroyables créatures des mers n’attendent que vous. Nos adorables dauphins, otaries et baleines blanches vous invitent à partager leur vie incroyable à Bodrum. Si vous prévoyez de visiter Bodrum en Turquie, vous devriez écrire « Excursion d’une journée au delphinarium de Bodrum » en tête de votre agenda».
Bien entendu, les dauphins de Bodrum doivent aussi se livrer à des séances de delphinothérapie et mimer la compassion et la gentillesse au coup de sifflet du dresseur, comme le font tous les dauphins captifs en Turquie… mais aussi en Belgique !

Situé dans les eaux cristallines de la mer Égée, le Bodrum Dolphin Park a été ouvert dans la baie de Bodrum en 2005. Quatre enclos marins, enfermant 4 dauphins (appelés « Afalina » dans les catalogues et donc sans doute d’origine russe), s’étendent sur 4.000 m² à la surface de la mer. L’installation compte encore 5000 m2 sur le continent et comprend des restaurants, des cafés et des  clubs de plage.

De bélugas ou de morses, il n’y a plus trace, apparemment.
Et cela n’a rien d’étonnant, car le Bodrum Dolphin Park est l’un des pires delphinariums de Turquie, dans un pays qui en compte déjà dix de la pire espèce. Des activistes turcs de la plate-forme Freedom for Dolphins tentent de le faire fermer, non sans courage dans le climat politique actuel, ni sans efficacité.

C’est en effet sous la coordination de la même Yunuslara Özgürlük Platformu, que les ONG locales aidées par l’auteur turc Buket Uzuner, ainsi que par le Dolphin Project, ont réussi à faire  fermer le « delphinarium » de Kas en avril 2013. Les deux malheureux dauphins qui y croupissaient dans une eau vaseuse ont été renvoyés d’où ils venaient, à Bodrum puis au delphinarium de Kremer.

En 2010, des efforts similaires menés par les Dolphin Angels à Fethiye, soutenus par des milliers de personnes, ont abouti à la libération des deux dauphins, Tom et Misha, de leur minuscule piscine en béton. Grâce à l’opération « Back to the Blue  » de Born Free, ils ont pu être réintroduit en milieu naturel.
Enfin, Freedom for Dolphins a réussi à faire annuler la construction de deux nouveaux parcs marins à Izmir et à Istanbul en 2014.

A vrai dire, tous les delphinariums de Turquie devraient être fermés en urgence, car aucun ne respecte les normes pourtant minimales de l’EAZA. Quant aux dauphins détenus dans ce pays, tous ont été capturés, soit en Russie, soit au Japon soit encore dans les eaux territoriales.
Mais il suffit de voir cette photo du delphinarium de Bodrum pour comprendre qu’il ne s’agit finalement que d’un restaurant de bord de route où l’on sert de l’alcool.
Le llieu est donc pricipalement destiné aux touristes russes ou anglais qui feront la fête sur la plage, boiront force cocktails et se laisseront finalement traîner, ivres morts et hurlant de rire, par la nageoire d’un dauphin épuisé.

Les jours de pluie, toutes les pollutions de la route se déversent dans les enclos des dauphins (Photo publicitaire)

Les dauphins du Bodrum Dolphin Park

Il est difficile d’obtenir des informations sur l’identité des animaux détenus dans ces enclos sous le soleil, le bruit et les poussières de la route. Sont-ils vraiment encore quatre, comme le prétend le parc ?

Le quotidien Radikal rapportait en 2012 que « de nouveaux animaux avaient été amenés au parc des dauphins de Bodrum, dont la fermeture était discutée depuis des années. Deux otaries et un phoque rejoindront les animaux actuels du parc dans les spectacles organisés.

Le Dolphin Park, dans le district de Güvercinlik, à Bodrum, a fait l’objet de critiques comme d’autres parcs marins du pays, de la part des amoureux des animaux qui parlent « d’emprisonnement des dauphins ». Le Dolphin Park, comme tous ses homologues, diposent de toutes les licences requises pour continuer à utiliser ses animaux à des fins commerciales. 

İsmet Parmak, propriétaire de Dolphin Park, a déclaré que les animaux venaient d’Ukraine et que toutes les transactions officielles avaient déjà été effectuées, ajoutant que l’opinion publique créait une « pollution de l’information » sur la question des droits des animaux :  
« Ce genre de critiques existe depuis  toujours. Nous ne gardons pas d’animaux dans des piscines en béton, ils sont dans leur environnement naturel. Cette question devrait être envisagée avec ses avantages et ses inconvénients. Nous apportons de la variété au tourisme de Bodrum. Nous répondons aussi à la demande des visiteurs. 
Tous les amoureux des animaux peuvent venir ici et à voir loù nos animaux vivent. Ils ne restent pas dans des cages tout le temps. Ici, il y a trois piscines de 32 m sur 20, 17 m sur 20 et 10 m sur 8. Près de 20 personnes travaillent avec nous !

Les deux nouvelles otaries sont gardées dans deux enclos du parc marin, chacune mesurant 1 mètre de large, 3 mètres de long et 4 mètres de profondeur. Le phoque est maintenu dans une cage séparée de la même taille avec un petit bassin à côté ».

Les vidéos les plus récentes nous montrent bien deux otaries, mais plus aucun phoque et encore moins de bélugas.
Par aileurs, quand on regarde les images actuelles du Bodrum Dolphin Park, on ne voit jamais que deux dauphins, jamais quatre en même temps. Sont-ils sortis à tour de rôle de leurs enclos grillagés ou bien en manquent-ils à l’appel ?
A ce stade, impossible de le savoir, à moins de se rendre sur place.

L’enclos des otaries

La pétition de Freedom for Dolphins

Aidez-nous à fermer le parc à dauphins de Bodrum!

Nous demandons la fermeture immédiate du parc à dauphins de Bodrum et la protection des mammifères marins en captivité dans l’établissement!
Il y a encore de l’espoir pour les mammifères marins en captivité à Bodrum, Mugla, en Turquie! Le maire nouvellement élu, Ahmet Aras, peut non seulement être le début d’une nouvelle ère pour Bodrum, mais également un symbole de liberté pour les animaux retenus prisonniers du parc à dauphins de Bodrum.
Pour atteindre cet objectif, nous nous mobilisons une fois de plus avec la plate-forme Freedom for Dolphins (Yunuslara Özgürlük Platformu) et l’Association Bana Göz Kulak Ol (BGKO). En attendant, nous aurons plus que jamais besoin de votre soutien !

https://youtu.be/2Ms7_1mcFqg

Un delphinarium de ce genre ne convient pas du tout à Bodrum, une ville qui veut devenir une «destination mondiale» et qui est désignée comme le «visage civilisé et éclairé de l’avenir»!
Dans la mer autour de Bodrum, on peut voir des dauphins sauvages, des tortues et même le phoque moine de Méditerranée. Bodrum devrait être identifiée à ses atouts naturels et culturels – et non à un cirque de dauphins universellement boycotté qui tourmente les mammifères marins.

C’est pourquoi nous demandons la fermeture urgente et permanente du parc à dauphins de Bodrum à Guvercinlik, Bodrum, Muğla et la protection des animaux en captivité, conformément à l’article 24 de la loi turque sur la protection des animaux no 5199.

Soyez une voix pour la liberté et aidez le parc à dauphins de Bodrum à devenir le 3ème delphinarium à fermer en Turquie en signant et en partageant notre pétition! Ensemble, nous pouvons lutter contre la cruauté de la captivité, dans laquelle les animaux sont entraînés à la faim et à la violence, et les libérer!
Parce que chaque être vivant mérite d’être libre et a le droit de vivre librement dans son environnement naturel !

Nos demandes aux autorités turques concernées sont les suivantes:

– La fermeture définitive du parc à dauphins de Bodrum à Guvercinlik, qui fonctionne uniquement avec un permis de « restaurant ayant licence de délivrer de l’alcool ».
– L’annulation de tous les documents CITES délivrés pour les animaux de l’installation.
– Conformément à l’article 24 de la loi turque sur la protection des animaux 5199 et aux accords internationaux, le déplacement des mammifères marins en captivité dans un sanctuaire marin géré par des spécialistes des mammifères marins et situé dans une baie éloignée.
– Une législation visant à empêcher l’ouverture de nouveaux delphinariums et à fermer tous les autres en Turquie.

Ensemble, parlons contre la cruauté et défendons la liberté de ces merveilleuses créatures intelligentes!

Selon la Déclaration universelle des droits des animaux :
-Tous les animaux sauvages ont le droit à la liberté dans leur environnement naturel, qu’il s’agisse de la terre, de l’air ou de l’eau, et devraient être autorisés à procréer.
· La privation de liberté, même à des fins éducatives, est une violation de ce droit.
· Aucun animal ne doit être exploité pour le plaisir de l’homme.
· Les spectacles impliquant des animaux sont incompatibles avec leur dignité.


Turquie : le martyr des dauphins de Kas

Cinq dauphins de Taiji au Pays des Légendes

Deux dauphins turcs sauvés par des expatriés anglais

Dauphins de la Mer Noire : une espèce menacée par les delphinariums

Corée, Turquie, Japon, Russie : le futur des delphinariums est à l’Est


Pitié pour les dauphins du Bodrum Dolphin Park

log in

reset password

Retour à
log in