Prison des baleines : les bélugas sont en danger



Il reste encore 75 bélugas à libérer de la prison des baleines ! Photo Yury Smityuk/TASS

Prison des baleines : les bélugas sont en danger

A la Prison des Baleines, les bélugas sont en danger !
Une nouvelle fois, les autorités de VNIRO semble vouloir jouer au plus fin et retarder délibérément la remise en liberté des 75 bélugas encore détenus  dans la baie de Srednyaya.
Tous les prétextes sont bons pour ajourner les transferts des baleines blanches et déjà, comme pour préparer le terrain, certains officiels parlent de les accueilir dans des structures adaptées, c’est à dire des delphinariums.

Le directeur de VNIRO, Kirill Kolonchin, a ainsi déclaré qu’il restait «la possibilité de distribuer partiellement ces animaux dans des centres russes», mais qu’aucune décision finale n’avait encore été prise à ce sujet.
Au lieu de commencer à réfléchir à la manière de tenir les promesses données, voilà qu’on propose déjà de répartir les bélugas entre les delphinariums. Un tel revirement n’a rien d’étonnant : beaucoup de delphinariums russes (et il y en a plus de 30 dans le pays) ont besoin de bélugas. Après un an ou deux, les delphinariums pourront louer leurs  bélugas, par exemple, en Chine selon un schéma bien connu et tout à fait légal.

« Plus de 1,5 million de personnes ont signé une pétition demandant la libération des orques et des bélugas.
Livrer les derniers bélugas à l’Industrie de la captivité n’est pas une décision raisonnable. Le public ne l’acceptera pas. Une telle décision mènera à un autre scandale au niveau international.
Nous comprenons qu’il n’est pas facile d’organiser le transport d’un aussi grand nombre d’animaux dans un court laps de temps, mais la possibilité de donner des bélugas aux delphinariums ne devrait même pas être envisagée. Le transport en camion n’est pas la seule option! Il existe une autre possibilité de transport par mer ou par avion
 » rappelle la coalition Free Russian Whale.

Sepuis de nombreuses années, le commerce de bélugas vivants est devenue l’une des mamelles de l’économie russe dans sa version maffieuse. Le marché intérieur est en effet déjà très demandeur, car ces malheureux cétacés des mers polaires résistent mal aux « soins adaptés » des delphinariums russes, dont quelques-uns sont ambulants.
On retrouve aussi des bélugas russes un peu partout dans le monde, depuis l’Oceanografic de Valence jusqu’à l’unique delphinarium pakistanais en passant par la Turquie !

Mais c’est en Chine et au Japon que les besoins sont les plus pressants.
Les bélugas y sont si populaires qu’il existe même un sinistre « béluga café » à Dalian. où l’on peut siroter son café en regardant des bélugas zombies tourner en rond dans un aquarium crasseux.
Certains grandes delphinariums chinois apprécient également beaucoup de leur imposer des chorégraphies compliquées aux côtés de plongeurs apnéistes, au grand ravissement des spectateurs.
Ceux-ci ne sauront évidemment rien de la vie sociale et culturelle de l’un des animaux les plus intelligents au monde.

Or c’est là, dans ces prisons surpeuplées, que finiront immanquablement nos 75 bélugas, 76 selon le Whale Sanctuary Project, qui consacre un dossier complet sur la prison des baleines.
Et c’est pourquoi il est si important de soutenir les courageux activistes russes en lutte pour la liberté des cétacés, sous le regard d’un gouvernement qui n’aime pas trop qu’on sorte du rang.

L’appel de Free Russian Whales

Tous les bélugas pourront-ils être relâchés à temps?
Cette question inquiète de plus en plus le public. 75 bélugas sont encore détenus à la Prison des Baleines. Ils doivent absolument être relâchés avant l’arrivée de l’hiver en mer d’Okhotsk. Le temps presse et la météo aggrave encore la situation.
Il est actuellement impossible de se rendre dans la région où on les relâche à cause des inondations. Si cela continue, alors toutes les promesses de libérer tous les animaux de la prison de baleines cette année encore resteront des mots vides.

L’équipe de Cousteau a offert son assistance aux scientifiques russes, ce qui a été refusé.
«Il y a suffisamment de spécialistes russes qui participeront à la libération des bélugas de la prison des baleines et il n’est pas nécessaire d’impliquer davantage de personnes » a déclaré le service de presse de l’Institut russe de recherche scientifique en océanographie (VNIRO).

VNIRO a annoncé son intention de modifier le schéma de transport des bélugas de Primorye au lieu de remise en liberté sur la côte de la mer d’Okhotsk.
« La situation sur le front des inondations dans le territoire de Khabarovsk reste tendue. Pour la deuxième semaine consécutive, nous devons ajuster le calendrier du transport et de la remise en liberté des bélugas restants de la baie de Srednyaya.
Compte tenu de la situation défavorable, VNIRO prépare des changements dans la logistique du transport des animaux, ce qui augmentera considérablement les quantités de bélugas transportés et achèvera l’opération avec succès »
a déclaré le directeur de VNIRO Kirill Kolonchin.

Nous sommes sérieusement préoccupés par ce qui se passe.
Et aujourd’hui, les questions les plus importantes sont:
– Quand et comment les bélugas seront-ils transportés de manière à ce que les 75 cétacés soient relâchés avant l’arrivée des grands froids ?
– Quels sont les « changements de logistique » prévus par VNIRO et quand est-ce que le public en sera informé ?
– Pourquoi ces changements ne sont-ils pas coordonnés avec les organisations scientifiques et publiques intéressées?

LIBEREZ LES BELUGAS !

🆘 УСПЕЮТ ЛИ ВЫПУСТИТЬ ВСЕХ БЕЛУХ? 🆘⠀⁉️ Этот вопрос беспокоит общественность все больше и больше ⁉️⠀В китовой тюрьме…

Posted by Свободу Косаткам и Белухам – Free Russian Whales on Tuesday, September 17, 2019


Les bélugas valorisent la culture et les liens familiaux

L’horrible vérité sur les delphinariums russes

Prison des baleines : l’orque Zina adoptée par une tribu nomade

La libération des détenus de la Prison des Baleines vire au massacre

Russie : La prison des baleines envahie par la glace


Prison des baleines : les bélugas sont en danger

log in

reset password

Retour à
log in