Quatre dauphins de Taiji dans l’enfer de Luoyuanwan 

Les 4 dauphins ont été placés sous sédatifs puissants. Photo Hk.Fjsen.com

Quatre dauphins de Taiji dans l’enfer de Luoyuanwan

Quatre dauphins de Taiji ont été amenés depuis l’aéroport d’Osaka dans l’enfer du Luoyuanwan Polar Ocean World, près du port de Fuzhou, en République populaire de Chine. Il s’agit de deux femelles et de deux mâles. 

La presse chinoise raconte les choses ainsi :
« Le 21 février, l’aéroport international de Xiamen Gaoqi a accueilli un groupe de « passagers » spéciaux. Une cargaison transportant 4 dauphins a atterri et les douaniers de l’aéroport, qui attendaient depuis longtemps sur le tarmac, ont rapidement inspecté les animaux.

Importés depuis Osaka, au Japon,les deux mâles et les deux femelles ont été anesthésiés puis emballés dans 4 caisses en bois. Leur vol YG9068 sur Yuantong Cargo Airlines a duré 4 heures et demie. Une fois que l’inspection de la cargaison fut terminée, les dauphins durent encore subir un examen médical. On les a transportés ensuite en camion pendant un bref voyage de 40 minutes vers un site d’isolement pour une quarantaine de 30 jours, au terme de laquelle ils rejoindront enfin le comté de Luoyuan, à Fuzhou, à des fins de recherches.

Les quatre dauphins valent chacun plus de 100 000 dollars. Ces dauphins sont joyeux et vifs, disciplinés pour les humains, ils aiment se pourchasser et sauter hors de l’eau. C’est le cétacé le plus commun ».

Les douaniers ont reçu pour consigne d’aller vite ! Photo Xiamen.xmtv.cn

Vu la taille des installations du Polar Ocean World, qui peineraient à accueillir 8 dauphins de front, on peut supposer que ces quatre nouveaux viennent remplacer  des individus morts.
Cela n’aurait rien d’étonnant : passer en quelques semaines de l’océan sans limites à un bocal crasseux constitue souvent un choc souvent mortel pour les nouveaux captifs.
Mais quand le bocal se trouve au Polar Ocean World, c’est carrément l’Enfer !  
Le dernier rapport à son propos de la China Cetacean Alliance date déjà de 2017. Il est probable que la situation des animaux ait encore changée depuis, compte tenu des conditions d’accueil particulièrement cruelles que ce parc d’attractions impose aux animaux.

Le Fuzhou Luoyuanwan Polar Ocean World

Rapport 2017 de la CCA 

Le Fuzhou Luoyuanwan Polar Ocean World a ouvert ses portes en février 2015.
Luoyuanwan est une ville satellite récemment construite à proximité du port de Fuzhou, mais c’est une ville fantôme, car sa population est encore relativement peu nombreuses.
Selon les informations de la presse chinoise, le Polar Ocean World posséderait six bélugas, quatre dauphins et quelques morses.
Pourtant, lors de notre visite, nous n’avons vu que trois bélugas et aucun morse.

Les dauphins sont collés au mur, à gauche de l’image. Photo China Cetacean Alliance 

Les dauphins

Un premier lot de quatre grands dauphins sont arrivés au Polar Ocean World de Luoyuanwan en 2015, tous capturés dans la baie de Taiji au Japon.
Tous étaient présents et pouvaient être regardés par les vitres après le spectacle. Le show consistait en un spectacle de cirque classique avec sauts, ballets aquatiques, échouages sur le bord du bassin et vocalisations aériennes, ce que le dresseur appelait « chanter ».
Aucun jouet, aucun ballon ne flottait dans leur enclos. Le grand bassin de spectacle montrait une porte rouillée et sa peinture qui s’écaillait. La musique d’accompagnement était très forte lors du show. Personne dans l’auditoire n’a été invité sur la scène lors de ce spectacle, mais les gens pouvaient payer pour prendre des photos avec les dauphins.

Après le spectacle, un béluga a été placé près du bord du bassin pour prendre des photos avec les visiteurs qui payaient pour cette expérience.

Après le spectacle, un béluga a été placé près du bord du bassin pour prendre des photos avec les visiteurs qui payaient pour cette expérience.Photo China Cetacean Alliance 

Les bélugas

Toujours selon les médias chinois, il devait y avoir ici six bélugas capturés en Russie. Lors de notre visite, ceux-ci étaient systématiquement gardés dans un bassin séparé, à l’abri des regards du public, et seulement visibles lors du spectacle. Nous n’avons finalement pu voir que trois bélugas et un membre du personnel nous a dit qu’il y en avait encore trois autres dans les coulisses. Mais c’est très improbable et nous craignons que trois bélugas soient déjà morts.

D’autant que les trois survivants avaient encore la peau grise, ce qui signifie qu’ils n’étaient pas encore adultes ! Le show était principalement composée de ballet aquatiques et comme les dauphins, les bélugas ont chanté. Après le spectacle, un béluga a été placé près du bord du bassin pour prendre des photos avec les visiteurs qui payaient pour cette expérience. Certains d’entre eux étaient des parents portant leurs enfants. Le bassin était supposé abriter des bélugas et des morses, mais il n’y avait aucune trace de morse.
Il n’y avait aucun enrichissement dans les deux piscines et la musique jouait fort.

L’une des otaries semblait être aveugle. Photo China Cetacean Alliance

Les otaries

Les médias annonçaient que quatre otaries californiennes avaient été importées de Russie, mais nous n’en avons vu que deux, chacune dans un bassin séparé. L’une des otaries semblait être aveugle – ses globes oculaires étaient gris et voilé- mais nous ne pouvions pas dire s’il s’agissait d’une cataracte. Elle nageait en cercle d’une manière fortement stéréotypée.
L’autre lion de mer a utilisé sa nageoire pectorale pour tenir sa nageoire caudale et il est resté dans cette position pendant les 10 minutes durant lesquelles nous l’avons observé. Cela aussi est un comportement stéréotypé.

Outre les mammifères marins, le Polar Ocean World enferme aussi des singes, des oiseaux et des reptiles, tous dans des conditions insensées comme on peut le lire dans la suite du rapport complet de la CCA.

Les deux singes dans l’odeur des produits nettoyants. Photo China Cetacean Alliance

Quant aux dauphins de Taiji récemment débarqués de l’avion, nous ne saurons sans doute jamais rien de leur destin futur. Il n’est pas d’usage d’annoncer la mort des cétacés captifs en Chine et aucun registre officiel des détenus n’existe.
On ne peut donc qu’imaginer le désarroi de ces deux couples de très jeunes dauphins, déjà rudement dressés à Taiji, nauséeux, assommés de tranquillisants. Sous eux, autour d’eux, ce ne sont même plus des filets qui les empêchent de plonger hors de leur enclos flottant : c’est du béton et c’est du verre !
Les travaux forcés vont commencer pour eux, qui ne s’arrêteront qu’à leur mort.


2017 China Cetacean Alliance investigation into Fuzhou Luoyuanwan Polar Ocean World, China

Chimelong Ocean Kingdom, la référence en maltraitance animale

Encager l’océan : le raz de marée des delphinariums chinois