Rencontre avec les orques au SeaWorld d’Orlando



Orca Encounter à San Diego : pendant que le grand écran montre les orques libres en train de chasser, la dresseuse jette un poisson dans la bouche d’un détenu.

Rencontre avec les orques au SeaWorld d’Orlando

Le nouveau spectacle « Rencontre avec les orques »Orca Encounter – présenté au SeaWorld d’Orlando arrive avec trois ans de retard par rapport à celui de San Diego. Au Seaworld de San Antonio, Texas, c’est toujours le show One Ocean qui est à l’affiche et ceci pour une raison bien simple : il n’y a que les spectacles hauts en couleurs, en sauts, en sons et en éclaboussements qui amusent le public. La pédagogie tronquée qu’on leur inculque de force –tronquée car en dire trop sur les orques donne aux gens l’envie de les libérer ! – ennuie profondément les gosses. Quant aux comportements «naturels» exhibés par les orques esclaves, ils apparaissent bien fades, bien lents et bien tristes au regard des cabrioles somptueuses sur fond de rock and roll de naguère ou des dresseurs musclés chevauchant les fauves à la belle époque d’avant Tilikum.

Comment de temps va-t-on encore se moquer du monde ? Ces prétendus aménagements ne changent pas d’un iota la situation des détenus, à ceci près qu’ils voient désormais défiler sur un grand écran derrière eux des images de leur peuple et de leur territoire d’origine. Changer les spectacles, ne change rien. Les delphinariums ne se sauveront d’une ruine annoncée qu’en acceptant enfin de collaborer avec les divers projets de sanctuaires marins actuellement en cours.

Adieu One Ocean, bienvenue Orca Encounter !

Le show « One Ocean » terminera sa carrière pour toujours le 31 décembre prochain et c’est « Orca Encounter » qui prendra sa place le 1er janvier 2020 au Shamu Stadium, du nom de diverses orques SeaWorld qui sont depuis longtemps le synonyme des parcs.
Cette décision intervient plus de quatre ans après que SeaWorld ait annoncé pour la première fois qu’il recentrerait ses spectacles d’orques sur l’éducation plutôt que sur le divertissement.

« Selon le site Web de SeaWorld à San Diego, les clients peuvent «voir les épaulards dans la première expérience de ce genre.
Plongez plus profondément dans les techniques de chasse magistrales des orques et les codes de communication complexes !
Apprenez-en davantage sur le rôle de la famille, l’importance du jeu et ce que nous apprenons aux cétacés dont nous nous occupons chaque jour pour aider activement leurs homolgues sauvages à survivre !
Observez les comportements naturels des orques tandis qu’un grand écran à l’infini donne vie à leur histoire !
Partez avec une connexion plus profonde avec l’un des animaux les plus puissants et les plus magnifiques de la mer ».
Bref, le même texte que pour SeaWorld San Diego en 2017.

Chris Dold, le directeur zoologique en chef de SeaWorld, dans un communiqué publié cette semaine, explique :
« Cette présentation éducative reflète la mission de notre entreprise d’inspirer les gens et de protéger les animaux ainsi que les merveilles de la vie sauvages de notre monde par l’éducation, la recherche, le sauvetage et la conservation des animaux », a ajouté Dold.
Orca Encounter présente plusieurses orques dans leur bassin, accompagnées d’images et de graphiques éducatifs projeté sur grand écran, selon l’Orlando Sentinel.

SeaWorld a fait l’objet de critiques intenses ces dernières années à la suite de la publication d’un livre du journaliste David Kirby en 2012, «Death at SeaWorld: Shamu and the Dark Side of Killer Whales in Captivity», et d’un documentaire acclamé en 2013, «Blackfish».
Le film a mis en lumière le traitement des orques à SeaWorld Orlando, affirmant que la mise en captivité des animaux les rendait violents et névrotiques.
« Je pense que ‘Blackfish’ a certainement été un moment difficile dans l’histoire de notre entreprise », a déclaré Dold dans une interview accordée au « NBC Nightly News » qui a été diffusée samedi.

SeaWorld San Diego, dans le sud de la Californie, a été le premier parc des trois parcs de la compagnie à renoncer au spectacle One Ocean, et à lancer Orca Encounter en 2017.
A en juger par son site web, le SeaWold de San Antonio au Texas poursuit dans le show spectaculaire jusqu’à une date non précisée.

En 2016, SeaWorld avait annoncé la fin de son programme d’élevage d’épaulards. Le dernier veau orque né dans l’un des parcs à thème était au printemps 2017, orca Takara, 25 ans, au SeaWorld San Antonio. Takara était déjà enceinte lorsque SeaWorld a annoncé la fin de son programme d’élevage d’orques. La période de gestation pour les orques est d’environ 18 mois.

Adapté de l’article
SeaWorld Orlando to end killer-whale show next week

Lire aussi : SeaWorld Orlando is ending its theatrical orca shows, but they still have a long road ahead

Au Marineland, dès 2017, on a suivi les instructions de SeaWorld San Diego avec empressement, malgré l’indifférence des familles à ces cours de biologie dont elles se soucient peu.
Le show a été baptisé « Au plus près des orques » et diffuse désormais une pédagogie ds plus fallacieuses. Le public s’emmerde. On entend les enfants pleurer, qui sont légion dans les gradins. Combien de temps le parc tiendra-t-il.
En 2011, le public était nettement plus enthousiaste !

Quant au reste du monde, eh bien, il n’en a rien à faire des recommandations de SeaWorld. 
En Russie et en Chine, le public en a pour son argent d’orques-clowns !

 


SeaWorld remplace « Blue Horizons » par un show pédagogique

Blue World : la fin de SeaWorld ?

L’affaire Kasatka et les orques tueuses du Marineland d’Antibes


Rencontre avec les orques au SeaWorld d’Orlando

log in

reset password

Retour à
log in