Rien n’a donc changé depuis «The Cove» ?

ric-angel

Ric et Angel, au Taiji Whale Museum

Rien n’a donc changé depuis «The Cove» ?


Mardi dernier, un américain de 75 ans nommé Ric O’Barry a été arrêté au Japon vers 22 heures pour conduite sans passeport.
Alors que les paparazzi prenaient des photos, on l’a emmené dans sa voiture jusqu’à la prison locale. Suite aux appels de l’ambassade et d’au moins un membre du Congrès aux USA, l’homme a été discrètement relâché 24 heures plus tard.

Ric O’Barry, ancien dresseur de dauphins pour la série télévisée Flipper, a été la cible de la police japonaise pendant des années. Exposé à la gloire grâce au film oscarisé « The Cove » en 2009, Ric O’Barry a essayé pendant des décennies de convaincre (ou de forcer) les pêcheurs locaux à cesser de chasser les dauphins.

Mais dès le 1er septembre, les bateaux de pêcheurs sont repartis en chasse, à la recherche de dauphins.

 

Rien n’a donc changé depuis « The Cove » ?
Les pêcheurs de Taiji appellent cela une tradition locale. En utilisant des bateaux très rapides, ils rassemblent les pods, regroupant des dizaines, voire des centaines de dauphins et ils les poussent dans une crique isolée de l’île, où ils sont soit tués pour la viande, soit capturés.
Au cours des dernières décennies, l’accent de la chasse était mis sur le dépeçage des animaux morts. Mais peu à peu, le but essentiel en fut la capture de dauphins vivants, afin qu’ils puissent être dressés formés et vendus à des delphinariums. Selon l’Oceanic Preservation Society, l’organisation qui a produit The Cove, un seul dauphin peut aller chercher au-delà de 200 000 $.

Aujourd’hui, dénoncent les critiques, cette chasse est devenue un secteur important de l’industrie de la captivité commerciale. Les dauphins, dont les capacités émotionnelles et cognitives complexes ont été mises à jour par les scientifiques, ne doivent pas être utilisés pour la viande ou pour le divertissement.

Les temps sont peut-être en train de changer, néanmoins.
L’année dernière à Taiji, en raison de baisse de la demande de viande et d’une sensibilisation du public sans cesse croissante grâce à la pression constante des militants, le nombre de dauphins abattus et emmenés en captivité a baissé sous un niveau record.

“Les captures au Japon sont tombés à moins de 6.000 animaux, alors qu’on en comptait 23.000 au moment où le film a été diffusé», déclarr le directeur de The Cove, Louie Psihoyos, « en partie à cause des images horribles de dauphins qui meurent et de l’eau rouge sang qui éclabousse les écrans de cinéma aux États-Unis et ailleurs ».

 

A pod of what appear to be pilot whale dolphins swim in a sealed off area just after the first dolphin cull of the season has taken place in Taiji, a small fishing village in Wakayama Prefecture, Japan on 10 September 2009. Floating upside-down at top right of the picture, where the rocky cliff meets the water and the yellow inflatable floats, is the discarded body of a baby bottle nose dolphin. Photographer: Rob Gilhooly

A pod of what appear to be pilot whale dolphins swim in a sealed off area just after the first dolphin cull of the season has taken place in Taiji, a small fishing village in Wakayama Prefecture, Japan on 10 September 2009. Floating upside-down at top right of the picture, where the rocky cliff meets the water and the yellow inflatable floats, is the discarded body of a baby bottle nose dolphin. Photographer: Rob Gilhooly

 

Les militants ont également fait pression sur l’Association Mondiale des Zoos et Aquariums (WAZA) afin qu’elle rompe tout lien avec son groupe membre au Japon, l’Association Japonaise des Zoos et Aquariums, la JAZA. La WAZA a finalement suspendu sa branche japonaise en avril dernier. Peu de temps après, la JAZA a publié une déclaration affirmant qu’il serait officiellement interdit à ses membres d’acquérir des dauphins issus de la pêche au rabattage à Taiji.

Une autre raison pour laquelle la chasse au dauphin est en train de perdre des partisans, c’est la viande elle-même. On la sait désormais contaminée de mercure et de PCB à des niveaux jusqu’à 5000 fois trop élevés. Un rapport de 2010 du Gouvernement japonais a constaté que 3.500 habitants de Taiji avaient des niveaux de mercure dans le sang au-dessus de la moyenne nationale. Le Ministère de la Santé a mis le public en garde contre consommation de viande de dauphin.

Néanmoins, les bateaux sont repartis en chasse. L’Union des pêcheurs de Taiji, qui fixe des quotas annuels pour la chasse, a permis cette année à ses membres de capturer ou d’abattre un total de 1.873 cétacés pendant la saison de 2015 à 2016. Ils peuvent prendre 462 dauphins, 450 dauphins bleus et blancs, 400 dauphins pantropicaux, 256 dauphins de Risso, 134 dauphins du Pacifique à flancs blancs, 101 globicéphales et 70 fausses orques.

 

taiji-quota-2016

« J’aimerais pouvoir dire qu’il suffit de faire un film pour que le monde change dès le lendemain. Mais il faut un certain temps pour que la culture se remette à niveau » déclare Psihoyos. Lui et l’Oceanic Preservation Society ont récemment acheté les droits pour faire largement projeter «The Cove» au Japon. Nombre de citoyens nippons ne sont pas conscients de l’existence des chasses à Taiji.
« Heureusement, dès qu’ils sont informés, ils se montrent tout aussi horrifiés que le public occidental a pu l’être » ajoute-t-il. « La plupart des gens là-bas n’en croient pas leurs yeux. Ils ne peuvent tout simplement pas croire à l’horreur qui a lieu à l’intérieur de leurs propres frontières ! « 

 

September 4, 2015 // 07:00 AM

Six Years Later: Did ‘The Cove’ Impact Dolphin Hunting in Japan?
Written by Melissa Cronin


 

Merci d’aider le Ric O’Barry’s Dolphin Project.

ricbiteback2.jpg

Ric O’Barry devant le delphinarium de Bruges avec Bite Back en 2004