Roxanne, delphine pondeuse au delphinarium de Bruges

Un si bel argument de vente…

Roxanne, delphine pondeuse au delphinarium de Bruges

Septembre 2005 

La femelle dauphin Roxanne du delphinarium du Boudewijn Seapark de Bruges est à nouveau enceinte. L’accouchement est prévu pour la mi-août, a indiqué le parc aquatique flamand. Il s’agit déjà de la sixième grossesse de Roxanne.
Roxanne était, l’année passée, enceinte de jumeaux mais l’un des deux foetus avait alors perdu la vie. (Les deux, en fait).
La paternité de cette sixième grossesse revient au dauphin Beachie, qui a été amené d’un parc aquatique néerlandais dans le cadre d’un programme d’élevage. Une grossesse de dauphin dure 12 mois. Le delphinarium flamand précise que celle de Roxanne se déroule normalement et que le foetus mesure actuellement 70 cm. »

Donnons ici plus de détails : on a enlevé à Roxanne son petit Gorki, né à Bruges en 1993 et mort au Portugal en 2003, puis Luna (1996 – ) et Marco (1998 – ), qui survivraient aujourd’hui dans un bassin espagnol et portugais.
Elle enfanta aussi Simo, qui vécut moins d’un an en 1995 puis Iggy, né en 2002 et mort dans la plus grande discrétion à une date inconnue. Un article de presse daté de 1998 parle également d’un certain Poc, âgé de 8 ans. Aucune trace de sa mort sur aucun registre… Océan, né en 2003, est parti à Planète Sauvage.
Avec les deux jumeaux et l’enfant à venir, on arrive donc au chiffre de 9 enfants ! (10 en 2018)
Pas mal pour une delphine née en 1985. En principe, l’âge de la première grossesse se situe vers 12 ans en moyenne, chez les dauphins libres.
Roxanne eut son premier bébé à 8 ans… Et dans quelles conditions !

Rien à voir avec les joyeux jeux sexuels des dauphins libres, impliquant trois ou quatre mâles coursant une femelle pour la « violer », s’associant avec d’autres pour former une coalition, tandis qu’arrive un troisième groupe bien décidé à s’emparer de la belle !
Laquelle peut tout aussi bien ne pas avoir envie de faire l’amour, et lancer un cri de détresse à ses propres
amies, soeurs et cousines qui viendront la défendre.
La vraie vie, quoi ! Tout ça au sein d’une vaste tribu d’une bonne centaine d’individus qui vont conter fleurette aux beautés de la tribu voisine.

En captivité, rien de tout ça. Un seul mâle qu’on n’a pas choisi. De vieilles femelles aux flancs fatigués. Une reproduction décidée par les hommes (la pilule contraceptive est utilisée à bon escient quand nécessaire) ou carrément, l’insémination artificielle !

Par ailleurs, les femelles dauphins libres donnent naissance à un enfant tous les 4 à 7 ans, quasiment jusqu’à leur mort.
L’intervalle entre les naissances peut être réduit à un an en cas de décès de l’enfant.

La vie sexuelle et reproductive des dauphins est bien différente en liberté !

Dans le cas de Roxanne, on peut supposer que cette naissance ultrarapide après la mort de ses jumeaux est sans doute également le fruit de la volonté du cirque aquatique de faire oublier l’image désastreuse que la mort des jumeaux a collé au parc, qui avait beaucoup investi en termes publicitaires sur cette grossesse tout à fait exceptionnelle, voire inexistante en milieu naturel.

Il en avait même ouvertement escompté d’importants bénéfices, dans une déclaration faite dans une revue financière flamande.
Annoncé le 8 mai 2011, le premier jumeau de Roxanne est décédé le 5 août 2011 et le second le 30, soit aux environs de 4 mois de leur développement foetal. Compte tenu du fait qu’une grossesse chez le dauphin dure en moyenne 12 mois, nous sommes confrontés ici à un intervalle extrêmement court.

Comme le rappelle le site Friends of Animals : « Les accouchements en milieu naturel, qui s’accompagnent de l’aide d’autres femelles amies, cède ici la place à une manipulation purement commerciale et la participation de dresseurs et de vétérinaires. Même le lien affectif étroit qui unit la mère et son enfant se voit désormais foulé aux pieds par ces entreprises »

Mais qu’importe ! Si ce bébé naît, le delphinarium pourra relancer une nouvelle campagne de pub, claironnant dans tous les médias qu’un animal qui se reproduit en captivité est heureux
(alors que la sexualité est une activité compensatoire qui leur permet d’échapper au stress de l’enfermement à vie) et que le Boudewijn Seapark contribue à la protection d’une espèce faiblement menacée en « élevant  » des dauphins domestiques sans jamais les relâcher !


30/8/2011

Le second jumeau de Roxanne vient de mourir à son tour !

Naissance d’un delphineau en bassin


14/8/2011

Les jumeaux de Roxanne : de pire en pire

Il semble que le second foetus de Roxane soit désormais en danger lui aussi.
Le Boudewiijn Sea Park de Brugge semble sur le point de baisser pavillon et de renoncer à toute naissances.
En attendant ocotobre, les shows se poursuivent pour Roxanne…

Et si l’on avait voulu en faire trop ?
Les dauphins donnent très rarement naissance à des jumeaux. Lorsque le cas advient, le bébé meurt à la naissance et non avant, de faim, le plus généralement.
Or, le delphinarium flamand avait terriblement besoin de réparer la mauvaise image du supplice de Yotta en ce début d’année et de fournir à son public décérébré le plaisir du spectacle d’un delphineau né-captif bien frais… destiné à mourir dans moins d’une décennie.

« Des médicaments appelés « inducteurs de l’ovulation » vont stimuler les ovaires et permettre l’ovulation (naturelle ou provoquée) et l’obtention d’ovocytes de qualité optimale. Le traitement impose un suivi échographique des ovaires et des dosages hormonaux (appelé monitorage de l’ovulation) afin d’adapter la posologie à l’évolution des follicules et d’éviter ainsi les surstimulations ovariennes causes possibles de grossesses multiples. Suivant les cas le médecin pourra parallèlement tenter l’insémination intra utérine ou laisser le couple « œuvrer» naturellement au moment voulu (36 heures après l’’ovulation) »

Allez savoir ! Comme le signale le « WDCS Dolphinaria Report« , en Europe, aucun delphinarium n’est tenu de rendre public ni ses « recherches » – souvent absurdes ou sans intérêt – ni moins encore la cause des maladies ou des décès survenus dans son enceinte.

Les nécropsies ne sont jamais publiées : j’attends par exemple toujours celle d’Iris, morte le 28 mars 2003, que j’ai demandé à plusieurs reprises, par écrit et verbalement, à Manuel Hartmann, le directeur du Delphinarium de Duisburg où la malheureuse est prétendument morte d’une leucémie due à son grand âge. Selon des sources vétérinaires indépendantes de l’Industrie du Dauphin Clown, cette maladie n’existe tout simplement pas…

C’est cela la force des prisons pour dauphins : le silence et le mensonge.
Et des journalistes leur bavant aux pieds, tenus en laisse par des impératifs publicitaires, gobant sans sourciller tout ce qu’on leur sert, sans l’ombre d’une critique ou d’une investigation. Cela honorerait pourtant leur profession et l’impartialité déontologique qu’ils sont supposés respecter.


 

5 août 2011

Un décès bien opportun

« L’un des deux jumeaux que Roxane attendait vient de décéder. Les vétérinaires ont constaté que le coeur de l’un des foetus s’était arrêté. Le second se porte bien, tout comme sa mère, Roxanne. Le delphinarium de Bruges s’attendait à cette mort, sachant que les grossesses de jumeaux chez les dauphins sont extrêmement rares et très risquées. La cavité amniotique du jeune décédé est encore intacte, de sorte qu’il n’y a aucun risque d’inflammation pour la mère et l’autre petit dauphin. Le foetus mort doit normalement sortir spontanément afin que l’autre puisse grandir sans problème jusqu’à la naissance », a-t-on expliqué du côté du Boudewijn Seapark ».

Voilà ce que nous en dit en substance la bonne presse.
Le coeur s’est arrêté.
Vraiment ? Comme ça, tout seul, d’un coup, sans raison médicale précise, laissant une belle cavité amniotique intacte pour l’autre bébé ?
Et si plutôt, quelqu’un l’avait arrêté ?
La direction du delphinarium le dit elle-même : cette grossesse était un challenge extrêmement dangereux pour Roxanne, qui, en outre, n’aurait jamais pu prendre soin de ses deux petits en même temps. Il aurait fallu le nourrir au biberon jour et nuit.

Après l’échec de l’accouchement de Yotta, le Boudewijn Sea Park de Bruges ne peut plus se permettre de prendre des risques. Il lui faut un bébé pour gonfler son chiffre d’entrée et prouver que « ses dauphins sont heureux, puisqu’ils se reproduisent », c’est clair. Mais pas à n’importe quel prix !

Alors, hasard ou nécessité ? A chacun de se faire son opinion.

Au fait, cela nous fera huit dauphins.
Qui partira pour céder la place et maintenir le quota légal d’animaux par mètre carré de bassin ?
Quel dauphin en surplus sera déporté vers l’Italie, la Suède ou l’Espagne ?


8 mai 2011

« Première européenne au Delphinarium de Bruges:
Roxanne, une femelle dauphin, attend des jumeaux !

« Si elle arrive à terme, en octobre, l’heureux évènement pourrait se transformer en une première mondiale grâce à la naissance et la survie de deux jumeaux dauphins en captivité ! » nous annonce gaiement le groupe Sud-presse, avide de s’attirer les publicités du parc et vidéo de l’échographie à l’appui.

Le père est évidemment Beachie, le seul mâle du bassin.
Mais le fait que Roxanne, née en 1985 et arrachée à sa famille à l’âge de deux ans (« Dolphin transferred to Brugge under Permit #620 from Gulfport. Permit #620 was issued to Brugge to capture in 1987, expiring in 1989 ») soit enceinte de jumeaux pose question : on a du la bourrer d’oestrogènes pour en arriver là afin d’être sûr qu’elle apportera à l’entreprise de Bruges ce que Yotta  n’a pas su lui donner : DU BEBE ! Fontaine de fric, source infinie de profit rapide, même si les naissances gémellaires soient plutôt rares en mer, voire inexistantes.

« Les dauphins femelles vivant en mer libre donne très rarement naissance à des jumeaux. Mais grâce à des inséminations forcées et aux doses très lourdes d’hormones qu’on leur injecte, c’est devenu un must pour les delphinariums que de donner en spectacle au public la naissance de jumeaux. Les accouchements en milieu naturel, qui s’accompagnent de l’aide d’autres femelles amies, cède ici la place à une manipulation purement commerciale et la participation de dresseurs et de vétérinaires. Même le lien affectif étroit qui unit la mère et son enfant se voit désormais foulé aux pieds par ces entreprises » explique en substance le site Friends of Animals

Un autre site ajoute : « Dans les faits, lorsque la naissance de jumeaux a pu être observée en mer, on constate que c’est le bébé le plus fort qui survit. Il est en effet presque impossible pour une mère dauphin de prendre soin de deux petits à la fois ».

Cela dit, et bien qu’en mer, la norme soit celle d’un bébé unique tous les trois ans à cinq ans, voire sept, ce genre de « phénomène de foire » n’est pas impossible : les delphines possèdent deux fentes mammaires.
En principe, Roxanne pourrait donc allaiter deux enfants à la fois. Mais sans nul doute, des « soigneurs » donneront le biberon à l’un des deux. Ce sera encore plus mignon et la presse sautera de joie devant de si touchantes images.
A supposer qu’ils survivent…
Comme le souligne Pieter De Laender, vétérinaire du parc d’attractions, « gravement pris à partie par de dangereux activistes lors de l’avortement de Yotta », les deux bébés risquent en effet de naître prématurément. Et d’ajouter  : « A 26 ans, Roxanne en est à sa 7ième grossesse. Sur les six premières, quatre enfants ont survécu, dont Océan, son petit dernier, né il  y a huit ans » … et donc promis à un transfert imminent, au risque de se faire massacrer par Beachie.

Roxanne et Océan

Ce qui est sûr et clair, c’est qu’on élève ici du dauphin en batterie sans raison autre que commerciale.
Pire encore , on met la vie de Roxane en danger, comme on l’a déjà fait pour la petite Yotta, en  la livrant trop jeune à l’étalon en titre du bassin de Bruges. Ainsi que le signale fort justement Chloé Ysoard de « Réseau Cétacés »,  la mise bas risque en outre d’être extrêmement périlleuse, voire mortelle, pour Roxanne.
Pour mémoire, cette dernière, capturée en Floride par Moby Solangi en 1988, à l’age de trois ans,
(Roxanne TT DB 122 F 06-May-1988 W Wild Wild) a déjà enfanté pas mal de victimes de l’Industrie :

Gorky (M) : né le 14 août 1993, transféré au Zoomarine (Portugal) le 16 janvier 2001. Mort en 2003
– Simo (M) : né le 8 juillet 1995. Je pense qu’il est mort par accident au cours d’une bagarre entre adultes à l’âge de 2,5 mois
Luna (F) : née le 3 décembre 1996, transférée au Zoomarine (Portugal) le 16 janvier 2001 ois en Italie (Rome).
Marco (M) : né le 28 juillet 1998, transféré au Zoomarine (Portugal) le 16 janvier 2001, puis en Italie, puis à
nouveau au Portugal.
– Iggy (M) : né en juillet 2002, décédé le même mois à l’âge de 4 jours d’une malformation congénitale qui l’empêchait de se nourrir correctement
– Ocean (M) : né le 13 août 2003
– Plus un 7ième, donc, dont nous ne savions rien et qui est mort aujourd’hui.

Soit un enfant à un an ou deux d’intervalle, ce qui est excessif par rapport à la normale (3 ans entre deux naissances) et dangereux pour la mère.

L’élevage en batterie est toujours cruel

Quant au travail qu’on va lui imposer, aux shows qu’elle devra performer jusqu’au terme de sa grossesse, souvenons-nous que l’on a vu des femelles accoucher en plein spectacle !
« Roxanne continuera  à participer aux spectacles, mais nous lui éviterons d’exécuter des sauts trop hauts. Si on l’isolait des autres, elle prendrait cela comme une punition.. »  poursuit Pieter De Laender
L’isolement est en effet la pire punition que l’on puisse infliger à des captifs fous d’ennui et nourris en échange de leurs services…

Une telle double naissance, pour spectaculaire qu’elle ne manquera pas d’être, à supposer qu’elle aboutisse, n’apportera aux dauphins que du malheur à terme, et ne préservera en rien l’espèce « Tursiops truncatus ».
Celle-ci est présente dans toutes les mers tempérées du monde en nombre important.
Certes, certaines populations sont menacées par la famine que leur cause la sur-pêche.
Mais le pire danger qui pèse sur ces êtres prodigieusement intelligents, doués de langage et d’une vie sociale d’une richesse inouïe, consiste d’abord et avant tout dans les captures sauvages ou les massacres cautionnés par l’IMATA,  tant au Japon qu’en Russie, qu’aux Iles Salomon que dans d’autres pays (Caraïbes, Asie, Amérique du Sud, etc…)

Linda et Matéo à Gènes (Italie)

Quand on pense à Linda et à Matéo, isolés de leur groupe brugeois d’origine et désormais laissés seuls dans leur bassin de Gènes, quand on songe à tous ces delphineaux arrachés à leur mère et à leurs amis pour aller décorer les piscines italiennes, suédoises ou espagnoles, quand on sait que l’orque Tillikum, du Seapark de San Diego, se voit régulièrement masturbé pour produire une semence vendue ensuite à d’autres « seaparks » du monde entier pour inséminer des femelles orques, à l’instar d’un taureau d’élevage, on est en droit d’avoir honte de notre propre espèce.

 


 

Bruce le dauphin esclave est mort au bout de 5 jours

 

Le Delphinarium de Bruges annonce la naissance d’un bébé dauphin

L’élevage du dauphin domestique en batterie