Sept dauphins de Taiji serviront la science à l’Ocean Polar World

Le transport s’est fait à sec, en recouvrant le corps des dauphins de lanoline épaisse

Sept dauphins de Taiji serviront la science à l’Ocean Polar World

Sept dauphins de Taiji serviront la science, la recherche et la conservation à l’Ocean Polar World de Penglai.
Les delphinariums chinois prennent en effet toujours bien soin de s’inspirer de l’Europe et de justifier leurs numéros de cirque par ces nobles missions. 

Ce sont pourtant des dauphins capturés dans les eaux sanglantes de Taiji qui ont été transportés du Japon jusqu’à l’Ocean Polar World de Penglai, un parc marin très populaire de la province du Shandong en Chine. Les dauphins, 4 mâles et 3 femelles âgés de 3 ans, sont arrivés dans leurs nouveaux bassins le 11 mai 2018.

Le débarquement des dauphins esclaves

Comme à chaque arrivage, Zhang Huichun, le directeur du delphinarium, a déclaré à la presse que ces dauphins seraient utilisés pour la recherche, l’élevage et l’éducation. Cependant, il semble plus probable qu’ils serviront d’abord aux shows.
Le Penglai Ocean Polar World propose en effet d’amusants spectacles de dauphins et d’otaries mais fait danser aussi des bélugas, des aras et des singes-écureuils. En outre, des séances de nage avec les dauphins et autres delphinothérapies fort populaires en Chine sont également prévues au programme, selon China Cetacean Alliance (CCA).

L’an dernier en février 2017, 10 autres dauphins étaient déjà arrivés d’Osaka, au Japon.
Les dauphins étaient également très jeunes, à peine sevrés, tous âgés de deux à quatre ans.
Selon Zhang Huichun, le conservateur du delphinarium, ces dauphins Tursiops sont une espèce protégée de classe II en Chine, où ce animal est rare. Des recherches sur la reproduction artificielle et la conservation de ces mammifères marins seront menées en temps utile.

Un dauphin femelle couché sur des serviettes sèches

Lors de ce transport de 2017, identique en tous points à celui de 2018, une photo a été prise d’un dauphin femelle couché des serviettes sèches, les yeux étroitement fermés sous la lumière artificielle aveuglante. Elle venait d’être transportée du Japon jusqu’en Chine et son vol avait pris fin. La delphine a l’air épuisée, misérable, résignée tandis que des gens se rassemblent autour d’elle en prennant des photos et la touchant.

La presse chinoise parlait alors d’Osaka comme lieu d’origine de ces dauphins. Ceta Base, une organisation qui conserve de nombreux registres de mammifères marins en captivité dans le monde, a déclaré que les dauphins provenaient en fait des tristement célèbres chasses aux dauphins à Taiji, Japon.

L’industrie du dauphin captif se nourrit désormais majoritairement des dauphins de Taiji

L’Ocean Polar World a déjà acheté 6 dauphins aux pêcheries de Taiji en 2006, puis 3 autres en 2008, 10 autres en 2013 et enfin, 10 dauphins en 2017 et 7 en 2018. Un autre parc appartenant à la même compagnie, le Jinan Ocean Spring Polar World, a également acheté plusieurs dauphins capturés à Taiji.
Tous ces malheureux ont été témoins de la mort de leurs familles, avant d’être arraché d’une mer de sang et jeté dans des enclos de bois minuscules où on les a dressé à la dure. Ceux qui ont pu survivre à ce premier cercle de l’enfer ont été chargés dans des hamacs et livrés à l’aéroport, avant de subir un terrifiant voyage en avion.

La livraison de 2017. On voit les autres cageots de dauphins qui attendent en file dans l’avion

Pour ces dauphins sauvages, être tiré hors de l’eau et se retrouver suspendu dans des hamacs, couverts de lanoline, sans une goutte d’eau autour d’eux dans la carlingue d’un avion bruyant provoque une détresse sévère.
Si les cétacés peuvent être maintenus hors de l’eau pendant un moment, la surchauffe est toujours une préoccupation majeure, tout comme les maladies respiratoires.
Nombreux sont les dauphins qui ont trouvé la mort durant ces vols ou peu de temps après leur arrivée.

Lorsqu’ils sortent de l’avion, les dauphins sont à ce point raides et affaiblis qu’il faut les soutenir dans l’eau (Mai 2018)

Toutes ces souffrance seraient donc justifiées par le même élan qui porte désormais les delphinariums du monde entier vers le cœur même de leur mission : la science, la conservation et la sensibilisation !
Voici ce qu’en a retenu une touriste :
« C’est un mix d’aquarium, de reconstitution de forêt tropicale (en béton), de zoo et de cafétéria. Beaucoup de béton et un bon coup de peinture pour tenter de mettre en valeur quelques poissons, certes avec quelquefois de belles couleurs, dans différents aquariums souvent en mauvais état. Assez décevant dans l’ensemble surtout après avoir payé 150 RMB par personne. ça n’en vaut pas le prix.
Seul le spectacle des otaries est vraiment sympa, quant à celui des dauphins: bien trop court et j’ai déjà vu beaucoup mieux. Bref vos enfants apprécierons probablement, mais pas vous ! »

Agés de 3 ans, ces dauphins sont des enfants à peine sevrés, de petite taille. En France, on attend l’âge de 5 ou 6 ans avant de séparer un delphineau de sa mère pour toujours

 

 


Delphinariums : la menace chinoise

 

Industrie de la captivité : les nouveaux empires