Taiji : dauphins d’Electre au tableau de chasse

Dauphins d’Electre, jamais seuls !

Taiji : dauphins d’Electre au tableau de chasse

Les dauphins d’Electre ont été ajouté au tableau de chasse des tueurs de Taiji.
L’an dernier, six d’entre eux avaient été gardés en esclavage, mais l’on peut douter qu’ils survivent longtemps dans les bassins bondés et crasseux du Taiji Whale Museum. En 2018, 200 nouvelles captures et mises à mort de ce gentil dauphin ont été autorisées.

 

Le dauphin d’Electre, le grand ami des baleines

C’est qu’avec son corps fuselé, sa tête conique, ses lèvres blanches et ses yeux cernés d’ombre, ce cétacé long de 2, 50 m est essentiellement un prédateur nocturne qui ne se plaît qu’en eaux profondes et chasse la nuit dans les abysses les poissons lumineux. Son observation n’est pas donc pas facile et nos connaissances à son propos restent fragmentaires.

On sait du moins que les dauphins d’Electre sont très sociaux et qu’ils vivent en vastes tribus de 100 à 1 000 individus.
Au sein de ces communautés, les familles se déplacent le plus souvent par groupes de 10 à 15 personnes.
On sait aussi que les péponocéphales ou «melon-headed whales», comme on les nomme aussi, sont d’excellents voisins qu’on aime à fréquenter. Ils s’associent volontiers aux dauphins de Fraser et socialisent longuement avec eux. Les dauphins d’Electre aiment aussi faire un bout de chemin avec la baleine à bosse ou quelques globicéphales, mais de tous les peuples cétacés, les dauphins de Fraser restent leurs meilleurs amis. Il arrive même que des hybrides naissent de quelques unions interethniques.

Dauphins de Fraser

Quand les dauphins d’Electre se reposent à la surface  et qu’ils entendent un bateau, il n’est rare qu’ils s’en rapprochent. Ce sont des créatures aimables et curieuses.
« D’après nos observations, écrit un plongeur, l’activité du Dauphin d’Electre se décompose en deux phases, une diurne où prédomine le repos, la socialisation et éventuellement le voyage, et l’autre nocturne (dont nous sommes rarement les témoins) centrée sur la prédation.

Ce cycle caractérise au moins les péponocéphales vus sur le talus autour des îles.
En pleine journée, les groupes s’organisent pour le repos : les animaux sont souvent en surface et presque immobiles, par petites unités de 5 à 10 individus. Quand une zone de plateau existe près du talus, le site pourra être exploité pour le repos. Par-ci par-là, des phases de socialisation se caractérisent par des séries de sauts, ou de remous avec des projections d’eau, ils s’accompagnent bien sûr par des émissions sonores.
Du fait qu’un groupe de péponocéphales est généralement nombreux, il se signale à longue distance par une multitude de sifflements et autres vocalises, qui sont bien perceptibles par l’audition humaine.

On peut voir aussi, pendant dans la journée, les dauphins d’Electre se déplacer en groupe dans une direction déterminée.
  Ce type de voyage se déroule souvent parallèlement au talus ; on peut supposer que les dauphins changent alors de site de nourrissage.

Cette dernière activité se déroule donc surtout la nuit, et probablement sur un mode de dispersion en petites unités : vers le milieu d’après-midi, on observe le mouvement des péponocéphales vers les zones de nourrissages, cependant nous n’avons jamais procédé à une étude nocturne de cette espèce. S’il est évident que l’écholocalisation joue un rôle important dans la chasse du dauphin d’Electre, on peut ajouter toutefois que la blancheur de l’intérieur de sa bouche a certainement un rôle dans la prédation nocturne : peut-être y a-t-il attraction des proies vers le prédateur ? »


 

Dauphins victimes de séismes sous-marins

La vie n’est pas facile pour le dauphin d’Electre

De nombreux dauphins d’Electre sont régulièrement victimes des filets à senne coulissante destinés aux thons dans l’Est du Pacifique Sud, aux Philippines, en Indonésie, en Inde, en Malaisie, en Afrique de l’Ouest et dans les Caraïbes.
Même s’il reste abondant, ce sympathique cétacé souffrent comme tous les autres de la pollution chimique, du réchauffement des océans et de leur acidification, de la surpêche, de la radioactivité des eaux sur la côte Est du Japon.

A plusieurs reprises, des tremblements de terre sous-marins ont jetés des centaines de dauphins d’Electre sur les côtes du Japon. Ainsi, en mars 2011, « 50 dauphins d’Electre se sont échouées à Kashima, dans la préfecture d’Ibaraki. Quelque 200 personnes, y compris le personnel de l’aquarium d’Oarai d’Ibaraki, des fonctionnaires municipaux, des habitants et des surfeurs locaux ont essayé de sauver les cétacés en les hydratant pendant qu’ils tentaient de les faire flotter ».

Quatre ans plus tard, en 2015,  » la presque totalité des 156 dauphins qui se sont échoués ce week-end sur la côte du nord-est du Japon sont morts, alors que l’incident a également déclenché des spéculations sur l’imminence d’un autre séisme majeur.
Les agents de la garde côtière locale ont réussi à sauver trois individus des groupes de dauphins d’Electre, échoués sur une plage proche de la ville de Kashima, mais la plupart ont été enterrés.
L’échouement de tant de dauphins a provoqué des inquiétudes. En 2011, 50 cétacés de cette espèce s’étaient échouées sur la côte moins de ix jours avant le séisme de magnitude 9 qui provoqua un tsunami dévastateur et laissa derrière lui 18.000 morts, ainsi que des centrales nucléaires détruites ».


Dauphin d’Electre terrifié avant sa mort prochaine

Sans parler, bien sûr, des chasses à Taiji,

Les Pêcheries japonaises considère en effet le dauphin d’Electre, comme une ressource économique prélevée légalement dans les eaux territoriales, mais surtout comme une « peste nuisible qui mange tout le poisson ».
Un quota de 200 prises a donc été inscrit pour la saison 2016-2019

Lors de la dernière saison, pour la première fois, 191 d’entre eux avaient été rabattus pour la première fois au fond de la Baie Sanglante à Taiji. De ce nombre, 136 ont été assassinés, 8 gardés en esclavage et 47 ont du être repoussés en mer après le massacre, pour l’essentiel des juvéniles incapables de s’éloigner du lieu où leur petite tribu venait d’être anéantie.
Un témoin raconte :
« En tant qu’espèce pélagique, ces dauphins n’avaient jamais connu les sons et les images qui les entouraient. Et de manière prévisible, une panique totale s’ensuivit. Certains dauphins pétrifiés de terreur se sont retrouvés coincés dans le filet. Les plongeurs sautaient sur les dauphins et se battaient avec eux pour les maîtriser.
À un moment donné, un juvénile s’est retrouvé de l’autre côté du filet, projeté par les vagues contre les rochers. Plus il luttait, plus son corps devenait sanglant. Un plongeur a nagé vers lui et l’a brutalement saisi par le rostre pour le rejeter à l’intérieur du piège.
Un peu plus tard, un skiff rempli de dresseurs du Taiji Whale Museum s’est dirigé directement vers les bâches où les pêcheurs entraînent les dauphins pour les tuer. Ils venaient les examiner.
Sont-ils assez beaux ? N’y a-t-il pas trop de cicatrices sur leur peau ? Sont-ils en âge de se reproduire ? S’ils répondaient aux exigences du dresseur, on les emmenait alors hors de l’abattoir.
Quand six dauphins furent jugés bon pour la captivité, on les emmena et les dresseurs repartirent avec eux, sans se retourner sur ce qui allait suivre.
On entendit de violents claquements de caudale frappant l’eau sous les bâches. La baie se mit à se colorer d’une couleur rouge-brun écœurante et au moment où la journée s’achevait, les chasseurs avaient massacré 12 dauphins l’un après l’autre. Leurs cadavres ont été enlevés sous le regard des derniers survivants de la petite tribu ».

Quant aux six dauphins gardés pour l’esclavage, on doute qu’ils puissent vivre longtemps.
Dante à SeaWorld n’a pas résisté longtemps à la vie en bassin après son sauvetage. Qu’en sera-t-il de ceux capturés dans une mer de sang, qui se retrouveront dans les enclos pourri du Taiji Whale Museum ?
A ce jour, aucun document n’est disponible leur propos. Mais ce qui est sûr, c’est qu’ils n’iront plus jamais pêcher les petits poissons lumineux, les crustacés et les céphalopodes dans les profondeurs bienveillantes des abysses, ni ne rejoindront leurs vastes communautés de mille personnes soudés par le bout de la nageoire !

 


Taiji, un cauchemar sans fin ?

L’horreur à Taiji : nouveau massacre de dauphins bleus et blancs

Taiji, le grand massacre des globicéphales