Taiji, le grand massacre des globicéphales

Taiji, le grand massacre des globicéphales

 

12 septembre 2013

De nouvelles images clandestines extrêmement choquantes, réalisées par l’association Sea Shepherd, nous font  découvrir les moments atroces où un groupe de globicéphales se fait massacrer dans la crique de Taiji au Japon.

Prises dans un piège sans issue, les pauvres créatures s’accrochent l’une à l’autre tandis qu’elles vivent leurs dernières heures ensemble avant d’être traînées à terre et tuées sans pitié.
Les cétacés ont subi des heures de souffrance avant de succomber à une mort atroce, déclarent les témoins.
Les quelques cétacés restants ont été forcés de se baigner dans le sang des membres de leur famille. Des images horribles de la Sea Shepherd Conservation Society montrent des bébés nageant désespérément à côté des cadavres dépecés de leurs parents.

Le sang a commencé à s’échapper de la rive mortelle.

Un juvénile et un bébé s’attardent aux côtés de leur mère mourante.

Ces jeunes ne sont pas assez grands pour figurer dans la liste des quota et après plusieurs heures, ils ont été repoussés en mer pour s’y débrouiller par eux-mêmes.
Un total de 18 baleines pilotes a été abattu lors de cette chasse au rituel brutal et la probabilité que les jeunes cétacés abandonnés survivent est très mince.

La seule défense des dauphins adultes est de se débattre contre les rochers dans l’espoir d’échapper à la torture.

 

Les baleines pilotes ont été traînées à terre et abattues.

Aujourd’hui, les groupes de protection des animaux ont réagi avec fureur à propos de ces scènes ignobles.
« Les chasses au rabattage sont incroyablement cruelles » a déclaré Clare Perry, responsable de la campagne cétacés de l’Agence d’investigation environnementale.
« Le fait de poursuivre ces malheureux, de les laisser une nuit dans la baie, sans nourriture ni espace, puis les abattre devant des membres de leur famille, défie le sens moral. La façon dont ils sont tués n’est pas conçue pour procurer une mort rapide. Elle vise simplement à diminuer la quantité de sang qui se déverse dans la crique », a-t-elle ajouté, concluant : « C’est là une tragédie à bien des niveaux»,

Les animaux endurent des heures de souffrance avant de finalement succomber à une mort atroce, noyés lentement sous les filets et les rires de leurs tortionnaires

 

Les tueurs plongent dans l’eau afin de sélectionner les plus grands individus pour la boucherie.

Malgré l’interdiction de la Commission baleinière internationale sur la chasse commerciale depuis 1986, le Japon a continué à massacrer des baleines, après avoir obtenu une autorisation spéciale de l’Organisation des Nations Unies. Depuis cette date, le Japon a tué 14.000 d’entre elles.
Le pays continue à chasser la baleine sous le prétexte de mener des recherches scientifiques alors qu’il ne s’agit bel et bien que d’une cahsse comerciale à peine déguisée.
S’adressant à Huffington Post, Peta, le groupe de défense des animaux a déclaré que ces recherches et cette prétendue « tradition » sont tout simplement des excuses pour perpétrer le meurtre cruel de dauphins et de baleines dans un monde qui rejette une telle barbarie.

La mer devient rouge de sang

L’image obsédante des navires criminels rabattant leurs victimes

«Ces mammifères marins sont de paisibles animaux dotés d’une vie sociale complexe et d’une haute intelligence. Les massacrer est tout simplement ignoble. Le Japon ferait mieux de favoriser le whale-watching sur ses côtes que que de perpétuer des actes qui nous ramènent au temps obscurs de Moby Dick » a conclu Peta.

Cet enfant a trop lutté. Il se laisse mourir près des siens.

D’après l’article 
Sea Turns Red With Blood As Whales Are Butchered To Death In Japan


Taiji, le Grand Marché aux Dauphins Esclaves !