Un mystérieux chant de baleines découvert près d’Hawaï



Une baleine à bosse femelle nage avec un mâle (sous elle) dans les eaux de Maui, Hawaï. On les a longtemps cru silencieuses, mais il semble que les femelles émettent des sons pulsés de très basse fréquence.

Un mystérieux chant de baleines découvert près d’Hawai

James Owen, National Geographic

7 décembre  2015

L’enregistrement de nouveaux sons obsédants produits par des baleines à bosses est à ce point inhabituel que les scientifiques ne savent qu’en penser.
Contrairement à tout ce qu’on peut entendre sur les plages de de l’album à succès «Songs of the Humpback Whale» sorti en 1970 et devenu disque de platine, le nouveau bruit mystérieux produit par cette baleine ressemble à un faible battement à peine audible. Proches de la limite inférieure de l’audition humaine, ces trains de sons pulsés sont les sons les plus graves qu’aucun animal de cette espèce ait jamais produit. C’est ce qu’affirme Jim Darling, un chercheur en biologie au » à Hawaï.
« On dirait un battement de cœur entendu au stéthoscope ! ».
Son étude sur le phénomène a été publiée le 5 novembre 2015 dans le Journal de l’Acoustical Society of America.
Jim Darling et collègues ont enregistré ces sons étranges près de l’île hawaïenne de Maui où près de 10.000 baleines à bosse se rassemblent chaque hiver pour donner s’accoupler ou donner naissance.

 

Pour la vidéo ci-dessus, mettre les écouteurs et le son à fond.

Les vocalisations  des baleines à bosse, en ce compris les « chants » complexes et de longue durée des mâles, se situent généralement sur une fréquence audio entre 80 et 4000 hertz (Hz).  Mais les sons pulsés nouvellement décrits se sont révélés avoir une fréquence significativement plus faible de l’ordre de 40 Hz. La limite la plus basse perceptible par l’oreille humaine est de 20 Hz.

« Nous sommes tellement habitués à entendre un certain type de sons de baleines, nous n’avons pas prêté attention à ce niveau de fréquences», explique Jim Darling.
C’est en 2008 que le chercheur a entendu les premiers «beats» des baleines à travers son casque. Il pensa tout d’abord que le passage d’hélicoptères était une source possible. Puis il attribua les sons aux bateaux, il se demanda même si les sous-marins n’étaient pas en cause. Les baleines étaient en bas de sa liste d’hypothèses.

Facilement masqué par le bruit de fond de l’océan, « il s’agissait d’un son si faible qu’il m’a fallu des années pour me convaincre que je pouvais entendre ». Même aujourd’hui, Darling, ne peut pas être absolument sûr que ce sont les baleines à bosse qui émettent ces sons.
« Je veux rester prudent,  car il est toujours possible, bien que très improbable, que ces sons aient une autre source que les cétacés ».

Alison Stimpert, spécialiste des mammifères marins au Moss Landing Marine Laboratories en Californie, dit qu’elle ne serait pas surprise que les baleines à bosse créent de nouveaux sons.
« Bien que ce soit les plus basses fréquences jamais émises par cette espèce, les baleines à bosse ont sans doute le plus vaste répertoire acoustique de tous les mysticètes » précise  Stimpert, « les baleines bleues et les rorquals  produisent également des impulsions dans une gamme de fréquence très basse, dont nous ne comprenons pas non plus la signification ».

Quel rôle ces impulsions presque infrasoniques pourraient-elles jouer dans la communication des baleines à bosse, nul ne peut le dire à ce stade.
Mais  ils ont été enregistrés lorsque les femelles adultes se trouvaient en compagnie masculine, suggérant les sons produits seraient connectés au jeu de l’accouplement.
Nous ignorons aussi si ce sont les mâles ou les femelles qui produisent ces beats profonds. Dans la seconde hypothèse, cela signifierait que les femelles, réputés réservées, « chantent » aussi pour attirer les mâles.

Le couple sous le bateau d’observation

Mais les chercheurs ont aussi remarqué les cétacés passaient beaucoup de temps sur le fond tandis que ces sons étaient émis.
En plaçant de petites caméras sur leur dos, les chercheurs ont vu pour la première fois qu’ils se nourrissaient sur les fonds.
« Nous ne connaissons toujours pas vraiment la fonction du chant des baleines à bosse. Sert-il seulement aux mâles pour séduire les femelles ? S’adresse-t-elle à d’autres mâles ? Personne n’a encore attribué une production sonore particulière aux femelles » conclut Alison Stimpert. Les chercheurs ne savent pas non plus comment les femelles attirent ou repoussent les mâles pendant la parade nuptiale. Ainsi, « l’idée que ces sons pourraient être une communication spécifique aux femelles est vraiment excitante. »

Rappelons que les baleines à bosse sont également créditées de nouveaux sons cliqués, ce qui rapproche leur répertoire vocal de celui des dauphins


Un mystérieux chant de baleines découvert près d’Hawaï

log in

reset password

Retour à
log in