Un perroquet en grande souffrance dans un hôtel de Colima



Un perroquet en grande souffrance dans un hôtel de Colima

Un perroquet en grande souffrance survit dans un hôtel de Colima au Mexique ! Ce n’est sans doute pas une information qui fera la Une des médias, mais enfin, le perroquet étant une personne, avec des ailes certes, et un bec, mais une personne tout de même, sa souffrance vaut la nôtre et il convient de l’aider.  

Le perroquet captif à Colima est un ara vert, ou Ara militaire.
Il s’agit là d’une espèce gravement menacée, déjà victime autrefois des Indiens pour ses plumes et aujourd’hui, proie favorite du trafic d’animaux sauvages.
Notre ara vert vit enfermé dans une cage vétuste et obscure à côté de la piscine d’un hôtel, où la musique joue à fond les soirs de fête. Le malheureux est manifestement atteint de sérieux troubles stéréotypiques, illustrés ici par une sorte de sur-toilettage mutilant qui lui fait se ronger la patte.
Dans la cage voisine, un ara rouge lui tient compagnie à distance. Il semble plus calme, presque résigné.

Le picage – ou « piquage » – est un trouble comportemental obsessionnel et destructeur, fréquent chez les perroquets en captivité, qui consiste en une mutilation des plumes.
Il s’associe à d’autres automutilations : morsures des pattes, comme on peut le voir sur les vidéos de l’ara captif à Colima, cognement de la tête contre les barreaux de la cage, etc.
Le picage apparaît généralement au moment de la puberté (2-3 ans chez les perroquets de taille moyenne, 3-4 ans chez les grands, 5-6 ans chez les très grands).

Le picage est aussi fréquemment associé à d’autres troubles du comportement, comme les stéréotypies (mouvements répétés inlassablement, ici un objet que l’ara fait rouler dans son bec), les comportements sexuels destinés au propriétaire (parade nuptiale et/ou régurgitation de nourriture par exemple) ou l’agressivité.

Blanca Fernandez Martinez, correspondante de Dauphins Libres, lance un vibrant appel pour qu’on leur vienne en aide.
Voici ses courriers.

Cet ara militaire est victime d’un trouble stéréotypique bien connu chez les psittacidés: le sur-toilettage mutilant ou picage.

 

Plainte à la Procuraduría Federal de Protección al Ambiente (PROFEPA)

Ce premier courrier de plainte a été envoyé à la PROFEPA de Mexico City (denuncias@profepa.gob.mx) en date du 21 mai. Celle-ci l’a retransmis à la délégation de Colima, là où j’ai découvert les Aras rouge et Militaris.

 » Monsieur, Madame,
Il y a trois semaines, lors d’un séjour familial à Colima, nous sommes allées à un hôtel proche où j’ai remarqué la présence d’un Ara rouge et d’un Ara Militaris. Les cages se trouvent à proximité de la piscine où de la musique est diffusée toute la journée à un volume sonore élevé.

Ara Militaris est un animal en danger d’extinction. Comme vous pouvez le remarquer sur la vidéo jointe, l’Ara Militaris est isolé dans sa cage et fait des mouvements répétés (stéréotypies) qui sont le signe d’un niveau élevé de stress, observé régulièrement chez les animaux en captivité. L’oiseau devient réellement fou.
Il est intolérable que cet Ara vert qui devrait être protégé, tout comme l’Ara rouge, soit laissé dans cet état de souffrance alors qu’ils devraient être transférés dans un sanctuaire.

L’adresse de l’hôtel : Hôtel Maria Isabel de Colima, Boulevard Camino Real 351 – Jardines Vista Hermosa José Maria Morelos – 27040 Colima.

Merci de protéger ces merveilleux animaux qui font partie de l’âme du Mexique.
Je souhaiterais être tenue informée par courrier électronique.
Avec mes meilleures salutations.
Blanca Fernandez Martinez »

Perroquet en souffrance dans un hôtel de Colima (3)

Perroquet en souffrance dans un hôtel de Colima (3)Ce perroquet est un ara vert, ou Ara militaire… https://www.dauphinlibre.be/un-perroquet-en-grande-souffrance-dans-un-hotel-de-colima/.

Posted by Dauphins libres et dauphins captifs on Monday, July 15, 2019

La réponse de la PROFEPA

Voici le courrier reçu le 25 juin dernier, suite à ma demande d’informations concernant la suite donnée à cette plainte.
« Je me réfère à votre plainte populaire, reçue dans nos bureaux par courrier électronique, à la date du 21 mai 2019, par laquelle vous manifestez votre désaccord contre la personne morale connue comme « Hôtel Maria Isabel de Colima » pour les faits suivants : ( cfr plainte).

Je vous informe qu’en date du 5 juin 2019, le personnel d’inspection et de surveillance, attaché à la présente délégation, a réalisé une visite d’inspection en matière de faune sauvage
, au lieu dénoncé, où deux spécimens de faune sauvage, Ara militaris et Ara macao, ont été observés, chacun dans un espace fermé de volume adéquat, ainsi qu’une alimentation et de bonnes conditions d’hygiène.

Au moment de la visite, les deux spécimens paraissaient tranquilles et avaient un comportement normal, aucun élément de stress n’a été observé, bien qu’il soit important de mentionner, qu’au moment de la visite, il n’y avait pas de musique telle que mentionnée dans votre plainte. La personne chargée de la visite nous a signalé qu’il y a de la musique seulement quand il y a un certain nombre d’hôtes et dans les plages horaires de 13 à 18h et à un volume modéré.

Nous avons aussi vérifié les permis de détention de faune sauvage comme animal de compagnie et nous avons recommandé que des examens médico-vétérinaires soient pratiqués et dont les résultats seront joints au dossier administratif.
Je vous informe que la procédure administrative correspondante a été instaurée par la Subdélégation Juridique de cette Délégation, de sorte que dès que nous aurons les résultats, nous les porterons à votre connaissance. /…/

Cordialement
La Responsable du Bureau de la Délégation du Procureur Fédéral à la Protection de l’Environnement de l’état de Colima
Lic. ZOILA DULCE CEJA RODRIGUEZ

Perroquet en souffrance dans un hôtel de Colima (1)

Perroquet en souffrance dans un hôtel de Colima. (1)Ce perroquet est un ara rouge, qui se tient dans une cage voisine de celle de l'ara militaire… https://www.dauphinlibre.be/un-perroquet-en-grande-souffrance-dans-un-hotel-de-colima/

Posted by Dauphins libres et dauphins captifs on Monday, July 15, 2019


Bref, reprend Blanca Fernandez Martinez, « à part le fait de mentionner que les perroquets ont bien à manger et que l’endroit est propre, le reste est d’une nullité totale ».

« Aucune mention sur ce qui se voit sur la vidéo et ça m’étonnerait que cet Ara militaris fasse autre chose, aucune mention sur la souffrance de cet animal qui vit seul dans sa cage de 10 mètres carrés, à l’ombre, sans pouvoir voler, sans pouvoir avoir d’autres compagnons, sans sentir le soleil ou la pluie sur ses plumes ».

Par ailleurs, leur interrogatoire du personnel est vraiment risible, comme s’ils allaient dénoncer le bruit ambiant qui y règne les weekends et pendant les congés scolaires.
Nous y sommes passées pendant les congés de Pâques et dès 10h du matin les hauts parleurs se sont mis à hurler du reggaeton tellement fort que je suis allée demander au personnel, qui cuisinait dans le resto extérieur juste à côte des baffles, si c’était ainsi tous les jours, au même volume et à la même heure, ce qu’ils m’ont confirmé.
D’ailleurs, il suffit d’aller voir sur la page de l’hôtel et sur leur Facebook pour se rendre compte de l’ambiance qui y règne et du nombre d’événements organisés. Et en dehors de cela, comment est-il possible d’accepter la détention d’animaux sauvages en voie de disparition…. »

Perroquet en souffrance dans un hôtel de Colima (2)

Perroquet en souffrance dans un hôtel de Colima. (1)Ce perroquet est un ara vert, ou Ara militaire… https://www.dauphinlibre.be/un-perroquet-en-grande-souffrance-dans-un-hotel-de-colima/

Posted by Dauphins libres et dauphins captifs on Monday, July 15, 2019

Pour demander que les deux aras de l’hôtel soient confiés à un sanctuaire naturel en vue de leur réhabilitation, merci d’envoyer un message au bureau central de la Profepa :
denuncias@profepa.gob.mx
La plainte doit comporter le nom et domicile, le problème et le lieu et préciser que l’on désirer recevoir des nouvelles de la plainte par courrier électronique.
On contactera utilement aussi « Pericos en peligro » (perroquets en danger) qui peut recevoir les plaintes à l’adresse denuncias@pericosmexico.org y compris celles concernant « le traitement digne et respectueux de l’animal », et donc les mauvais traitements.


Zoochose et stéréotypies, cette folie qui frappe les animaux du zoo

Nager avec les dauphins au Mexique !


Un perroquet en grande souffrance dans un hôtel de Colima

log in

reset password

Retour à
log in